Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSun Ra › Meets Salah Ragab in Egypt

Sun Ra › Meets Salah Ragab in Egypt

  • 1984 • Praxis CM106 • 1 CD digipack

7 titres - 69:56 min

  • 1/ Egypt Strut (6:42)
  • 2/ Dawn (12:14)
  • 3/ Watusa (18:51)
  • 4/ Ramadan (4:19)
  • 5/ Oriental Mood (4:48)
  • 6/ A Farewell Theme (10:02)
  • 7/ Music for Angela Davis (13:00)

enregistrement

El Nahar Studio, Heliopolis et Il Capo Jazz Club, Zamalek, Le Caire, Egypte, mai 1983 et 13 janvier 1984

line up

Marshall Allen (saxophone alto, flûte), John Gilmore (saxophone ténor), Tyrone Hill (trombone), James Jacson (percussion), Eloe Omoe (percussion, clarinette), Sun Ra (claviers, melodica, Hohner), Danny Thompson (us) (saxophone baryton), Eric Walker (percussions), Chris Henderson (percussions), Claude Broche (percussions), Salah Ragab (percussions)

remarques

Ce disque a fait l'objet d'une réédition cd sur le label Golden Years of New Jazz en 1999

chronique

Styles
jazz
world music
Styles personnels
avant garde > free jazz

En 1971, Sun Ra parvient à emmener la caravane Arkestra dans son lieu de pèlerinage par excellence : l’Égypte ! Publié pour la première fois sur disque en 1983, le périple sur la terre des ancêtres et l’organisation de cette représentation ne furent pas de tout repos - comme d’habitude serions nous tentés de dire - mais cet épisode long en rebondissements, l’acquéreur de ce somptueux digipack aura l’occasion de le lire en long et en large dans les notes de pochette incluses. Comme l’affiche le laisse deviner, c’est la rencontre concrète entre le jazz mystique de Sun Ra et les sonorités orientales de la Haute Égypte que ce disque a pour but de célébrer. Si ce n’est jamais désagréable en soi, les quelques titres de la présente sélection nous pousserons plus d’une fois à se faire la réflexion que cette rencontre tant désirée ressemble plus à un mariage forcé que de raison. Concrètement, l’apport du percussionniste n’apporte pas, ce qui eut été souhaitable, de dimension supérieure à l’ensemble de Sun Ra qui est déjà en temps normal très porté sur les percussions. En réalité, ses interventions se perdent dans le feu de l’action, si bien qu’on a du mal à réellement faire la distinction entre la contribution de Salah Ragab et le reste du groupe (le très chaotique "Music for Angela Davis", aussi le titre le plus free et le moins conciliant de tout le set). Dans un autre style, mais motivé par une démarche similaire, on appréciera d’autant plus, par exemple, l’enregistrement d’Archie Shepp au Pan African Festival effectué en 1969, une véritable réussite dans le domaine. Bien qu’étant un document fort intéressant pour tous les passionnés du bonhomme, on regrettera son manque d’homogénéité notable (les sources audio étant partagées entre la prestation de l’Arkestra en compagnie du percussioniste Salah Ragab et celles du Cairo Jazz Ensemble seul), celles-ci variants même en terme de qualité de prise de son.

note       Publiée le vendredi 19 mars 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Meets Salah Ragab in Egypt".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Meets Salah Ragab in Egypt".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Meets Salah Ragab in Egypt".