Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSun Ra › Lanquidity

Sun Ra › Lanquidity

5 titres - 43:29 min

  • 1/ Lanquidity (8:21)
  • 2/ Where Pathways Meet (6:32)
  • 3/ That's How I Feel (8:05)
  • 4/ Twin Stars of Thence (9:34)
  • 5/ There Are Other Worlds [They Have Not Told You of] (10:57)

enregistrement

Blank Tapes, New York City, USA, 17 juillet 1978

line up

Marshall Allen (saxophone alto, flûte, hautbois), John Gilmore (saxophone ténor), James Jacson (flûte, hautbois), Eloe Omoe (clarinette, flûte), Sun Ra (arp, Fender Rhodes, orgue, Hammond B3, minimoog, piano, clochettes, synthétiseur, chant), Danny Thompson (us) (saxophone baryton, flûte), June Tyson (chant), Richard Williams (contrebasse), Michael Ray (trompette), Eddie Gale (trompette), Luqman Ali (percussions), Artaukatune (congo, timpani), Julian Pressley (saxophone baryton), Dale Williams (guitare), Disco Kid (guitare), Michael Anderson (percussions), Eddie Tahmahs (chant)

remarques

Ce disque a fait l'objet d'une réédition cd sur le label Evidence en 2000

chronique

Styles
jazz
ovni inclassable
Styles personnels
kozmigroov'

Ce qui surprend d'emblée avec "Lanquidity", très vraisemblablement le disque le plus mâture et maîtrisé du bonhomme, c'est son impeccable production. Sur ce disque, plus que sur n'importe quel autre, il est question de groove. Luqman Ali, Artaukatune et Michael Anderson sont les trois personnes qui doivent en recevoir tous les crédits. Les rythmes sont immuables mais entêtants. Répétitifs mais solides. Comme le déroulement d’un rituel vaudou où les percussions doivent se faire insistantes pour provoquer l’état de transe recherché. Cela ne s’affole jamais, contrairement à ce que l’on peut entendre quand on songe à ce surexcité d’Al Foster, membre quasi permanent du Miles Davis Band. Mais il y a indéniablement un feeling électrique et tripant sur "Lanquidity" qui séduira aisément les amateurs d’"Agartha" ou "Pangaea". Un aplomb et un entrain qui permettent au groupe tout entier de jammer le plus librement du monde. Comme sur "Cosmos" aussi, il y a une incroyable impression d'apesanteur sur ce disque, et ce malgré la métronomie des éléments percussifs, juste là pour donner plus de poids, c'est-à-dire ; de gravité. C'est sans doute dû à ce paradoxe que "Lanquidity" ballade avec lui une atmosphère étrange dont le point culminant demeure sa plage finale, "There Are Other Worlds (They Have Not Told You Of)", où de multiples voix, dont celle de Sun Ra, profondes et répétant chacun de leurs mots avant de les exprimer comme pour en mesurer la portée, viennent maintenir nos sens en éveil dans ce qui s'apparentait jusqu'ici à un formidable rêve aux vapeurs d'encens. Un rêve qui débuta avec la plage titre, en ouverture, à la mélodie aussi imparable que mémorable, portant en elle les germes d’une évidence, d’une simplicité désarmante et naturelle. Dans la quantité impressionnante de disques de Sun Ra, cette réédition unique d’un de ses titres les plus rares s’impose, sans discussion possible, comme un maître achat.

note       Publiée le vendredi 19 mars 2004

partagez 'Lanquidity' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Lanquidity"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Lanquidity".

ajoutez une note sur : "Lanquidity"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lanquidity".

ajoutez un commentaire sur : "Lanquidity"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lanquidity".

Klarinetthor › mardi 30 décembre 2014 - 00:03  message privé !

sortir le solo de hautbois completement dissonant et magnifique sur du jazz-funk, il faut quand meme oser, meme pour l'arkestra; je comprends mieux l'aura particulière de ce disque au sein de la disco de Sun Ra: perso je prefere quand c'est plus frontal, cassé, raturé, mais effectivement c'est d'une beauté imparable.

Note donnée au disque :       
Dioneo › lundi 23 juin 2014 - 22:21  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

Ouip ! Un univers plein de surprises (et parfois d'éléphants roses).

Et c'est vraiment le pied de se laisser attraper par leurs drôles d'idées, à ceux-là, clairement ! Vu que ce sont en fait des enchantemants.

Aladdin_Sane › lundi 23 juin 2014 - 22:08  message privé !

Bon, j'y vais un peu au hasard au final avec Sun Ra. Je me suis procuré "The Nubians of Plutonia" et le "Live at Praxis 1984" que je pensais plus axé sur le free jazz mais en fait qui contient plein de reprises de classiques comme "Somewhere over the rainbow". Bref, j'ai l'impression que tout un univers musical s'ouvre à moi (et ce n'est que le début).

Dioneo › mercredi 18 juin 2014 - 21:55  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

Oh... Toi tu t'es bouffé une campagne Amnesty ou quoi ?!

Enfin, je maintiens que télécharger les Sun Ra cinquante par cinquante - par tranches de six mois quoi - pour les écouter "au hasard", c'est pas exactement la même, côté "faire le choix de ceux qu'on gardera/à quoi on reviendra souvent/sous la forme qu'on voudra" que... D'essayer les mêmes en les achetant tous en pareils blocs - la différence était que c'est... Faisable, en fait, simplement. (Je dis ça... J'en ai acheté certains - bon, j'étais en fonds un peu plus - sans forcément savoir de quand/avec qui/ce qui s'y passait du tout, j'avoue... Mais pas par méga-lots comme ça m'arrive en didjitôl, quoi qu'il en soit, avec des discos d'artistes que j'ai envie d'aborder).

Klarinetthor › mercredi 18 juin 2014 - 21:45  message privé !

@dio qui dégaine trop vite pour mes mains arthrosées par le buckfast: certes, mais ça pose autant des question de choix et de priorité que quand on en achète; à l'heure où si tu n'as pas 40 albums solo à 50 ans, tu as raté ta vie.

Note donnée au disque :