Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSun Ra › Nothing is...

Sun Ra › Nothing is...

8 titres - 40:15 min

  • 1/ Dancing Shadows (9:50)
  • 2/ Imagination (1:53)
  • 3/ Exotic Forest (9:50)
  • 3/ Sun Ra and His Band from Outer Space (1:58)
  • 5/ Shadow World (13:48)
  • 6/ Theme of the Stargazers (0:40)
  • 7/ Outer Spaceways (1:42)
  • 8/ Next Stop Mars (0:38)

enregistrement

Tournée New Yorkaise, USA, mai 1966

line up

Marshall Allen (saxophone alto), Ronnie Boykins (contrebasse, tuba), Robert Cummings (clarinette), John Gilmore (saxophone ténor), Ali Hassan (trombone), James Jacson (batterie, flûte), Clifford Jarvis (batterie), Teddy Nance (trombone), Pat Patrick (saxophone baryton), Sun Ra (piano), Carl Nimrod (trompette du soleil, gong)

remarques

Ce disque paru à l'origine sur le label ESP a été réédité sur support cd en 1998 au format cartonné

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
post bop > free jazz

Connu aussi sous les noms de "Heliocentric Worlds of Sun Ra Volume 3" ou "Dancing Shadows", "Nothing Is..." est un témoignage en concert timidement cintré. Nous sommes en 1966 quand cette performance a été enregistrée, et Sun Ra donne le sentiment d’être prêt à s'abandonner progressivement à ses délires fumeux. Dissonances, harmonies brisées, désir irrépressible de liberté (au travers des interventions aux cuivres des toujours impeccables Gilmore, Allen et Patrick) et incantations ("Theme of the Stargazers", "Next Stop Mars") sont déjà légions. En ouverture, une interprétation toute allumée du "Dancing Shadows", issu de "When Sun Comes Out", permet de mesurer très rapidement l’avancée du groupe dans des territoires troubles où seules les prises de risques sont récompensées. Plus que jamais ouvertement free, Sun Ra et ses disciples ouvrent le bal de cette musique tribale avec grand fracas. Les thèmes se succèdent avec une frénésie toute mesurée et le carnaval déployé voit ses protagonistes changer de masques au gré des atmosphères mises en place ici. Il y a une forte dose d’intensité, mais c’est surtout vrai en début de disque. L’osmose entre les musiciens est quant à elle nettement palpable. Toutefois, l’immédiateté du discours autrefois si précieux, voire intimiste ("Fate in a Pleasant Mood"), tend à disparaître sans pour autant trouver une compensation suffisamment satisfaisante dans la débauche technique - mais pas seulement - des musiciens. Bien que doté de qualités indiscutables, le set de "Nothing Is…" semble ne jamais vouloir s’engager ouvertement dans les chemins de traverses qui font pourtant poindre leur bout de leur nez. Ce qui nous laisse à penser que pour l’instant, le groupe est encore trop timide - ou sont-ce ses scrupules qui l’en empêche ? – nous laissant, au final, avec un goût de trop peu.

note       Publiée le vendredi 19 mars 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nothing is...".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nothing is...".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nothing is...".

chelonian dundee › vendredi 26 juin 2009 - 13:19  message privé !

ça a parfois un certain charme l'hesitation au bord du gouffre

Note donnée au disque :