Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDThe Deep Eynde › Suicide drive

The Deep Eynde › Suicide drive

  • 2002 • Apollyon Apo CD 22056 • 1 CD

cd • 11 titres

  • 1Dead alive
  • 2Transformation
  • 313th floor
  • 4Red necklace
  • 5Superstition
  • 6Ignite
  • 7Sandman
  • 8Invasion
  • 9Swingtime
  • 10Deep dark secret
  • 11Alone again

enregistrement

Morceaux 3, 4, 9 enregistrés au Speed Semen Clove Factory, Holywood, USA. // Les autres morceaux ont été enregistrés au Omen Room, Huntington Beach, USA.

line up

Fate Fatal (chant, musique), The Fly (guitare, musique)

remarques

'Ignite' est une reprise des Damned. Les paroles de 'Alone again' ont été écrites par Rozz Williams

chronique

Styles
gothique
death rock
gothic rock
punk
Styles personnels
gothabilly

Deep Eynde est ce que l'on peut qualifier de groupe insaisissable, un peu à l'image de son leader Fate Fatal, véritable chaméléon, capable des performances les plus allumées. 'Suicide drive' est un album empreint d'une sensualité que je qualifierais de Lynchienne, de celle qui émane de Lost Highway ou Mullholland Drive, ou pour la définir d'une manière différente, je parlerais d'une sorte de cabaret gothabilly version gothique. La première partie de l'album est très rythmée, 'Dead alive', '13th floor' ont des bases très rock'n'roll (ce qui vaut parfois au groupe l'étiquette gothabilly) mais dont l'aspect dynamique masque une imperceptible mais profonde mélancolie. 'Transformation' oeuvre dans une voie plus gothique qui me rappelle un peu Play dead, même si je me rends compte que la comparaison peut surprendre, tandis que 'Red necklace' dans la même voie y adjoint des sons de guitare presque cold wave. 'Superstition' est plus ouvertement torturé et plus rapide également. Morceau du milieu,'Ignite' est plus calme, nocturne, débordant d'une sensualité profonde et triste qui explose en véritable colère dans la seconde partie. Cette rage se retrouve sur les chansons suivantes, 'Sandman' et surtout 'Invasion' presque punk dans ses tempi et ses atmosphères. Changement radical d'ambiance pour 'Swing time', très cabaret et qui renoue avec une forme de sensualité obscure, sensualité que l'on retrouve sur le superbe morceau final en duo avec Gitane Demone (hé oui). Je l'apprécie personnellement beaucoup de par la mélancolie qui s'en dégage, la voix grave et profonde de Fate Fatal y fait merveille. 'Suicide drive' est donc un album d'une grande profondeur, dans lequel on n'entre pas forcément tout de suite mais qui au fur et à mesure déploie toute la subtilité de ses climats. Comme un bonheur n'arrive jamais seul, Deep Eynde nous gratifient d'un très beau morceau caché en piste 14. Est-ce cet aspect Lynchien qui m'obsède ? A chaque fois que j'écoute ce disque, j'ai la vision d'une scène de théâtre en plein désert du Nouveau Mexique bordée d'une autoroute infinie sur laquelle passe une grande cadillac noire...A vous d'écouter et de dire si je suis cinglé.

note       Publiée le mercredi 3 mars 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Suicide drive".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Suicide drive".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Suicide drive".