Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNeon Rain › Dirtier Than the Dirt

Neon Rain › Dirtier Than the Dirt

cd • 10 titres • 66:46 min

  • 1Perpetual symposium
  • 2Humanity as a carrion
  • 3Obliterate, exterminate, exhumate
  • 4Misunderstood negativity 2002
  • 5And the fear never comes from outside
  • 6Worms and the realm of flies
  • 7Absence of breath
  • 8Unleash the plague
  • 9Mindache and braindead 2002
  • 10Remember

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré au studio Asylum69, France, janvier 2002

line up

Slz@PRT & OraNRDK (tous instruments et machines)

remarques

chronique

Qui a dit que la scène française était morte ? Créé en 2000 par Slz, Neon Rain sort sa première démo, ‘Aesthetic death design’. L’année suivante, il est rejoint par OraNRDK et le groupe signe chez Black Sun Rising. ‘Dirtier than the dirt’ est fin prêt début 2002, mais le label cesse toute activité, laissant Neon Rain avec son bébé sur les bras. Après quelques participations actives à diverses compilations et la création du side-project heavenly/folk Storm Of Capricorn, le groupe signe finalement en 2003 sur la jeune structure Steelwork Maschine, basée en Bretagne. L’album peut enfin être mixé et distribué. ‘Dirtier than the dirt’ a le mérite d’être varié : electro dark old school réminiscente des travaux de Klinik ou autres Wumpscut (‘Humanity as a carrion’, ‘Misunderstood nagativity 2002’), incursions technoïdes (‘Obliterate, exterminate, exhumate’) ou encore expérimentations dark ambient et industrielles (‘Perpetual symposium’, ‘And the fear never…’, ‘Absence of breath’, le très megapteresque ‘Mindache and braindead’) et agressions sonores caractérisées (‘Worms…’), le tout créant un ensemble très hétéroclite qui donne une idée assez large des possibilités d’évolution du projet. C’est peut être par ailleurs le défaut que l’on pourrait trouver à cette première véritable production : un manque d’homogénéité qui empêche d’apprécier pleinement ‘Dirtier than the dirt’ sur sa durée assez conséquente. Mais il s’agit là d’une première œuvre (malgré une démo ainsi qu’un collaboration avec le projet ‘Partners In Crime’) , l’indulgence est donc de rigueur et il est à espérer que l’avenir sera des plus réjouissant pour Neon Rain. A découvrir…

note       Publiée le jeudi 26 février 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dirtier Than the Dirt".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dirtier Than the Dirt".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dirtier Than the Dirt".

Serge › mercredi 5 septembre 2007 - 01:30  message privé !
étant donné qu'il ne connait pas ce truc "Alice", oui il semblerait.
Wotzenknecht › mercredi 5 septembre 2007 - 00:53  message privé !
avatar
Un effet de hasard ? je lui mailerai les extraits en question, dès que j'ai le temps
Note donnée au disque :       
Serge › mercredi 5 septembre 2007 - 00:38  message privé !
Je viens de demander à Nicolas (Deuterror) et il ne voit pas du tout ce que c'est ce truc 'Alice' qu'il aurait pompé.
Serge › samedi 1 septembre 2007 - 17:29  message privé !
C'est plus simple, mercredi j'ai vu Marco, il m'a demandé d'où étaient tirés les samples de Dirtier than the dirt et je lui ai répondu "Le tombeau des Lucioles". Pour Deuterror, là faudrait tout simplement demander à Nicolas, parce que là j'en sais absolument rien et que je ne sais absolument pas ce qu'est Alice.
Wotzenknecht › samedi 1 septembre 2007 - 17:22  message privé !
avatar
Héhé quand j'ai vu 'Serge' je me suis dit ça y est, Marco a appelé le principal concerné pour botter les fesses du petit Wotzen ! La banque de son, voilà la vraie réponse... Et pour Deuterror, par contre ? Je retrouverai l'extrait en question, mais c'est carrément un schéma de cordes qui est repompé !
Note donnée au disque :