Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCoalesce › There is nothing new under the sun

Coalesce › There is nothing new under the sun

7 titres - 28:22 min

  • 1/Immigrant song
  • 2/Heartbreaker
  • 3/Black dog
  • 4/Out on the tiles
  • 5/Whole lotta love
  • 6/That's the way
  • 7/Thank you

enregistrement

Red House Studios, Lawrence, Etats-Unis, 4 au 7 Septembre 1998.

line up

James Dewees (batterie, back voice), Nathan Ellis (bass), Sean Ingram (chant), Jes Steineger (guitares). Musicien additionel: Matt Pryor (chant)

chronique

Styles
hardcore
Styles personnels
reprises

Étant fan de Led Zeppelin et de Coalesce, vous imaginez mon bonheur, quand ces-derniers reprennent quelques-uns des plus grands titres du dirigeable !!! On sait que l'exercice de la reprise n'est pas évident : soit c'est une réussite, soit un fiasco total. En faire un album complet relève donc du défi, et celui-ci est remporté haut la main. On commence fort, avec un Immigrant Song survolté, avec la voix si singulière et rocailleuse de Sean Ingram, et là, on se dit déjà : " Mais c'est ÉNORME !!! " Je ne vais pas m'attarder sur la qualité des titres, qui vous sont certainement déjà tous connus, je dirais simplement que ceux-ci sont tout à fait fidèles aux originaux, et que Coalesce les interprète avec panache et brio. Même les chansons acoustiques passent merveilleusement bien, et nous laissent découvrir un chant entièrement clair, assez inhabituel pour du Coalesce ! Le son est bien sûr absolument énorme (on a l'habitude avec eux). J'ajouterais encore que le design de l'album a été réalisé par David Lynch en personne. Il s'agit à l'heure actuelle du meilleur album de reprises que j'ai entendu (même le Tribute to ABBA ne lui arrive pas à la cheville), Coalesce a su garder l'esprit de Led Zeppelin tout en y apportant son style si particulier ! Il n'y rien de nouveau sous le soleil, mais c'est tellement bien qu'on en redemande !

note       Publiée le mardi 30 décembre 2003

partagez 'There is nothing new under the sun' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "There is nothing new under the sun"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "There is nothing new under the sun".

ajoutez une note sur : "There is nothing new under the sun"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "There is nothing new under the sun".

ajoutez un commentaire sur : "There is nothing new under the sun"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "There is nothing new under the sun".

Alfred le Pingouin › dimanche 3 août 2014 - 11:44  message privé !

J'ai juste écouté Heartbreaker et Whole Lotta Love... Bof, c'est pas mal, mais ils virent tout le côté sexuel, reptilien du truc, même s'ils transmettent bien la lourdeur du son. Mais Led Zep sans sexe, c'est comme Robert Smith en jogging ou comme Arvo Pärt en polo rose...

Damodafoca › jeudi 2 juillet 2009 - 16:03  message privé !

C'est une réed augmenté des morceaux issus de différents splits (avec boy sets fire, get up kids, today is the day...) et deux morceaux réenregistré (thank you et that's the way).

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › jeudi 2 juillet 2009 - 14:57  message privé !

N'étant pas particulièrement porté sur le hardcore, j'ai été trés agréablement surpris par cet album de reprises. Je trouve que les classiques de Led Zep prennent une bouvelle jeunesse à travers cette relecture violente et efficace. A signaler qu'il existe une version 15 titres de cet album avec notamment une reprise de Black Sabbath en plus (Supernaut).

Note donnée au disque :       
Painkiller › mardi 13 mai 2008 - 00:50  message privé !
En faire tout un album surtout...
Note donnée au disque :       
dimegoat › lundi 12 mai 2008 - 23:20  message privé !
j'ai eu bien du mal avec ce disque...faire des reprises copier-coller est assez risqué et là je n'ai eu qu'une envie: réécouter les originaux (surtout les acoustiques...Thank you m'a particulièrement déçu). Un peu comme DEP qui reprend Angel ou Six feet under TNT. Cette fois c'est sûr je n'aime que les reprises vraiment transformées et réappropriées (Raining blood de Tori Amos ou Light my fire par Massive Attack par exemple...). On sent qu'ils se sont fait un petit plaisir mais de là à y voir un intérêt spécial bof bof, en s'attaquant en plus aux archi-classiques bien ancrés dans la tête de tout le monde. Audacieux quoiqu'il en soit...
Note donnée au disque :