Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGrauzone › Die sunrise tapes

Grauzone › Die sunrise tapes

cd | 16 titres

  • 1 Film 2
  • 2 Eisbär
  • 3 Hinter der Bergen
  • 4 Maikäfer fliegt
  • 5 Marmelade und Himbeereis
  • 6 Wütendes Glass
  • 7 Kälte Kriecht
  • 8 Kunstgewerbe
  • 9 Der Weg zu Zweit
  • 10 In der Nacht
  • 11 Träume mit mir
  • 12 Ich und du
  • 13 Moskau
  • 14 Ich lieb sie
  • 15 Schlachtet !
  • 16 Raum

enregistrement

Sunrise Studios Kirchberg, Suisse, 1980-1982

line up

Stephan Eicher, Martin Eicher, Marco Repetto, Ingrid Berney

chronique

Styles
electro
Styles personnels
new wave expérimentale / cold electro po

Stephan Eicher, vous connaissez ? Ce chanteur suisse aux origines tziganes a réussi à se forger une belle carrière en Francophonie sans passer par les voies habituelles. Toujours avide de rencontres, d’expériences nouvelles, notre homme a toujours su rester modeste et se tenir en dehors de la lumière des spots. Ce que pas mal de gens ignorent par contre, en dehors des habitués des clubs gothiques suisses et teutons, c’est que Stephan est un musicien issu de la scène underground du début des 80’s. Flanqué de son frère Martin, notre lascar avait même crée un groupe, Grauzone, fort de quelques hits qui aujourd’hui encore tournent volontiers dans les parties dark. Cette compilation nous propose justement une bonne rétrospective du travail des Eicher brothers. On y découvre un groupe fortement influencé par la Deutsche Welle et la new wave électronique minimaliste ainsi que par un humour noir directement inspiré du punk, le tout doublé d’un goût pour l’expérimentation. Dotés d’une boîte à rythmes aux sons cheap, de claviers froids, d’une bonne touche de basse et de guitares grinçantes, les deux frères nous distillent une compilation de morceaux au charme intact où l’approche pop se mêle aux improvisations loufoques ( les jappements métalliques de ‘Eisbar’, le saxo fou sur le mélancolique ‘Maikäfer flieg’), où le plus percutant (‘ Wutendes Glass’, ‘Eisbar’, ‘Schlachtet’) côtoie le kitsch (‘Marmelade und Himbeereis’). Bref, mine de rien, la musique de Grauzone préfigure le cheap décalé de And one, les sons de la synthie pop actuelle, le talent, le souffre et le mordant en plus. Du coup, ‘Die Sunrise tapes’ s’avère comme un document d’archive incontournable dont pas mal des médiocres formations electro pop contemporaines feraient bien de prendre de la graine.

note       Publiée le mercredi 24 décembre 2003

partagez 'Die sunrise tapes' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Die sunrise tapes"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Die sunrise tapes".

ajoutez une note sur : "Die sunrise tapes"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Die sunrise tapes".

ajoutez un commentaire sur : "Die sunrise tapes"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Die sunrise tapes".

Horn Abboth › jeudi 24 février 2011 - 14:59  message privé !

Yep, je vais aller voir ce que ça donne, Dankeschön!!

Twilight › jeudi 24 février 2011 - 14:38  message privé !
avatar

ceci peut-être ? Un autre groupe suisse: http://www.youtube.com/watch?v=xmcEoHquryI .

Horn Abboth › mercredi 23 février 2011 - 15:17  message privé !

Ce truc tourne en boucle depuis deux jours, c'est addictif. Eïsbar est LE tube de derrière les fagots pour faire bouncer. Si quelqu'un connaît des groupes dans le même genre, je suis preneur.

Solvant › lundi 16 juin 2008 - 20:15  message privé !
Je l'ai écouté aujourd'hui même. Je ne connaissais que par le truc 'Stef Eicher est dedans!'. Pas mauvais, mais pas plus qu'une sympathique curiosité pour ma part. C'est vrai que And One (est-ce vraiment une référence ?) a suivi le concept.
Note donnée au disque :       
dariev stands › samedi 11 novembre 2006 - 22:30  message privé !
avatar
Eisbär.... oooOOOOOh Eisbär !! ICH MÖCHTE EIN EISBÄR SEIN !! formidable. C'est du disco pour goths.