Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSStrapping Young Lad › Heavy as a really heavy thing

Strapping Young Lad › Heavy as a really heavy thing

10 titres - 50:54 min

  • 1/ S.Y.L. (4:47)
  • 2/ In the rainy season (4:37)
  • 3/ Goat (3:30)
  • 4/ Cod metal king (5:08)
  • 5/ Happy Camper (Carpe B.U.M) (3:00)
  • 6/ Critic (4:07)
  • 7/ The Filler – sweet city jesus (5:24)
  • 8/ Skin Me (3:29)
  • 9/ Drizzlehell (3:09)
  • 10/ Exciter (Judas Priest cover) (13:39)

enregistrement

Produced by Devin Townsend, mixed by Greg Reely and Devy, at machine works, dec 94. All songs, lyrics and arrangements by Devin.

line up

Devin Townsend (all)

Musiciens additionnels : Adrian White (drums), Jed Simon (guitar on 6 & 8), Chris Bayes (drums on 6 & 7), Chris Meyers (keys on 3 & 8), Greg price (assistant drum prog on 8 & 9) , smokin’ lord toot (drums on 4), stooly and E. Val Yum (Bon Jovi gang vocals).

remarques

L’hilarant « Exciter » n’est disponible que sur la version européenne.

chronique

Styles
indus
metal
Styles personnels
cyber-metal

Ce premier album de Strapping Young Lad est carrément fou ! En colère contre toute la scène musicale de l’époque et sa mentalité (le metal montré du doigt), mais aussi du business lié à la musique (maisons de disques, etc…), Devin Townsend monte ce projet pour extérioriser ses sentiments. Du coup, il fait tout, tout seul : composition, production, interprétation (malgré quelques invités, comme Jed Simon, futur membre permanent de SYL), etc… Ah c’est bien, mais la musique là dedans ? Ah la musique… comment décrire ce qui, par définition même, est indescriptible ? Accouplement bâtard entre l’indus le plus violent et le metal le plus virulent, SYL s’impose d’emblée comme le roi d’un style dont l’utilisation est trop galvaudée (qui a dit Fear Factory ?) : le « Cyber-metal ». Samples à gogo, batterie effrénée (remplacé par une boite à rythme sur certains morceaux), murs de grattes, distorsion sonore constante et hurlements novateurs (Devin reste le dépositaire d’un type de chant agressif que lui seul arrive à utiliser), voilà ce que propose cet album. Les morceaux sont très variés, passant d’un metal-indus plutôt classique (« Goat », « Critic ») à des morceaux plus typiquement indus (« Cod metal king », « the filler – sweet city jesus ») ou à d’autres carrément grind (« Happy Camper (Carpe B.U.M) »). La réelle constante dans ce disque, c’est l’hystérie systématique des compos, l’incroyable intensité d’une colère incontrôlée. Les textes sont en parfaite adéquation avec la musique : ironiques et ultra violents (lisez « Happy Camper », véritable résidus de haine à faire pâlir n’importe quel black metalleux). Pour le coup, une discographie sans disque de SYL, c’est une faute de goût. Alors une discographie metal sans les albums de SYL, c’est ridicule. Alors faites moi plaisir, achetez ce disque ! Et n’oubliez pas d’écouter la ghost track !

note       Publiée le samedi 20 décembre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Heavy as a really heavy thing".

notes

Note moyenne        26 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Heavy as a really heavy thing".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Heavy as a really heavy thing".

Dead26 › jeudi 30 août 2018 - 13:24  message privé !

Première véritable écoute 20 ans après la guerre. Fun, frais et tout bonnement excellent. Quoique moins incisif que l'ultime City mais bien meilleur à mon sens que le surestimé Demanufacture sorti à cette même époque. Quelle classe ce Devin Townsend n'empêche !

Note donnée au disque :       
Kagoul › dimanche 22 février 2015 - 14:52  message privé !

Fan de métal indus, je me demande comment j'ai pu passer à côté de ce groupe de folie ! pour un premier album c'est un coup de maitre !

Note donnée au disque :       
Potters field › vendredi 30 novembre 2007 - 10:48  message privé !
enorme kiff quand il est sorti celui-là. un côté bon enfant, limite regressif, que j'ai pas retrouvé dans les suivants. pas re-écouté depuis mais faut que je corrige ça.
Powaviolenza › lundi 11 juin 2007 - 00:39  message privé !
avatar
Putain d'album, plus opaque et moins facile d'accès que "City" et la suite, mais avec un sacré charme... Rahhh putain "Cod Metal King"..
Note donnée au disque :       
Aiwass › dimanche 10 juin 2007 - 22:18  message privé !
Bordel, ce truc est vraiment lourd de chez lourd. Et pas dans le bon sens du terme. (par contre la bonus track "Satan's Ice Cream Truck" est fantastique)
Note donnée au disque :