Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAlec Empire Vs Merzbow › Live CBGB's NYC 1998

Alec Empire Vs Merzbow › Live CBGB's NYC 1998

cd • 19 titres

  • 1The alliance3:17
  • 2The destroyer and merzbow2:23
  • 3A fire will burn0:47
  • 4Nightmare Vision2:08
  • 5The Full Destroyer / Merzbow meltdown4:26
  • 6The white man destroys his own race2:28
  • 7Curse of the golden angel3:26
  • 8The predator1:49
  • 9Brooklyn connection2:10
  • 10Dawn1:47
  • 11The slayer calls at night5:08
  • 12Blow this thing2:13
  • 13606: the number of the beast1:00
  • 14202 lightyears from home1:18
  • 15Shock treatment for corporate control2:18
  • 16Enter the forbidden space5:31
  • 17A degenerated nation reacting to fear2:59
  • 18A degenerated nation reacting to fear pt.II8:25
  • 19Some might even die...4:08

enregistrement

Recorded at CBGB’s 11/4/1998, New York, during the Digital Hardcore Festival. All tracks written and performed by Masami Akita and Alec Empire

line up

Alec Empire (samples), Merzbow (noise)

remarques

chronique

Styles
techno
indus
ovni inclassable
Styles personnels
bruitiste furieux

L’intitulé a de quoi faire frémir. Imaginez un peu : Alec Empire, ancien boss de Atari Teenage Riot, roi de la techno-punk-hardcore, rencontre Masami Akita, aka Merzbow, pape de la musique bruitiste. Certains d’entre vous en avaient rêvé, et c’est au Digital Hardcore Festival de 1998 qu’ils l’ont fait. 5 ans plus tard, Alec Empire nous sort enfin cet enregistrement. Pourquoi ne pas l’avoir sorti plus tôt ?? Cela reste un mystère, sans doute pour des raisons pécuniaires mais nous sommes là dans un registre extramusical qui n’a pas lieu d’être. Et surtout il est temps de mettre la galette dans mon mange disque pour écouter à quoi peut bien ressembler un tel choc musical. Je n’ai pas encore appuyé sur la touche « Play » que mes oreilles sifflent déjà. Et lorsque la « musique » commence, c’est l’enfer. Imaginez le chaos, le bruit. Derrière, quelques beat relativement lents. Étonnement, je m’attendais à pire d’une telle rencontre. C’était sans compter sur le deuxième titre, à la rythmique « Aphex Twinienne », parfois hardcore, typique de ce que propose Alec dans ses projets solos les plus virulents, mélangée au bruit zen orchestré de main de maître par notre ami japonais, pour un résultat des plus jouissivement douloureux… Ainsi, les titres défilent, passant du calme (rare mais présent, dû à quelques passages ambiant du meilleur effet) au chaos, à l’ultraviolence, à l’enfer, au bruit. Dans ces moments de jubilations extrêmes, nos deux amis psychopathes s’entendent comme jamais pour nous traumatiser les oreilles, si bien qu’il est même parfois difficile de tenir durant certains morceaux (le cinquième titre est ahurissant). Étonnamment, le disque reste tout de même assez facile d’accès pour un album bruitiste, bien plus que les albums solos de Merzbow par exemple. L’ajout de beat au rythme variable (passant de rythmes quasi hip-hop à des rythmes limite speedcore), dû à la présence de ce bon vieux Alec, facilite sans doute l’écoute de ce disque. Mais n’exagérons rien, seuls les plus extrêmes d’entre nous pourrons apprécier ce disque à sa juste valeur, c'est-à-dire un des meilleurs disques de bruitiste/extrême/hardcore jamais sorti. Si vous pensez que le dernier Alec Empire est un chef d’œuvre, que la scène bruitiste n’a plus rien d’intéressant à offrir, procurer vous cette galette. De part sa variété, sa violence extrême, son intelligence, elle comblera les amateurs de sensations fortes. Et sera sans doute trop forte pour les autres. Vous êtes prévenus.

note       Publiée le samedi 20 décembre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Live CBGB's NYC 1998".

notes

Note moyenne        14 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Live CBGB's NYC 1998".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Live CBGB's NYC 1998".

Wotzenknecht › jeudi 5 janvier 2012 - 23:52  message privé !
avatar

C'était contre des Autechre, genre 2005-2006... ma rondelle est encore vierge (de punks tout au moins)

Solvant › jeudi 5 janvier 2012 - 23:43  message privé !

les punks ont toujours un skeud à passer qui va ouvrir ton cul... sinon... t'étais né en 98 wotzy ? Tu devais être tout mimi ^^

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › jeudi 5 janvier 2012 - 23:37  message privé !
avatar

Marrant que tu dises ca, c'est un punk qui me l'avait filé à l'époque

Solvant › jeudi 5 janvier 2012 - 23:12  message privé !

bah si, 6/6 parcequ'il a marqué son temps, et aussi parcequ'il a vulgarisé un peu Merzbow dans le milieu punk

Note donnée au disque :       
Kronh › jeudi 5 janvier 2012 - 22:57  message privé !

Une tuerie ce disque! Après, je ne sais ce qui me retient de mettre 6, mais je n'irai pas jusque là. Une intensité énorme, vif et palpitant, impressionnant! A écouter au casque.