Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGong › You (radio gnome invisible part 3)

Gong › You (radio gnome invisible part 3)

8 titres - 44:35 min

  • 1/ Thoughts for Naught (1:32)
  • 2/ A P.H.P.'s Advice (1:47)
  • 3/ Magick Mother Invocation (2:06)
  • 4/ Master Builder (6:07)
  • 5/ A Sprinkling of Clouds (8:55)
  • 6/ Perfect Mystery (2:26)
  • 7/ The Isle of Everywhere (10:20)
  • 8/ You Never Blow Yr Trip Forever (11:22)

enregistrement

The Manor, été 1974

line up

Daevid Allen (chant, guitare), Mireille Bauer (percussions), Tim Blake (moog, synthétiseurs), Steve Hillage (guitare), Mike Howlett (basse), Didier Malherbe (saxophones, flûte), Pierre Moerlen (batterie, percussions), Gilli Smyth (chant, murmure spatial)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
progressif
Styles personnels
canterbury > space rock

Dernier chapitre de la plus fascinante trilogie qui soit sur disque, "You" est mon album préféré de Gong. Et ce même si l'histoire du disque en lui-même porte une lourde symbolique. Comme on a pu le comprendre, Daevid Allen et Gilli Smyth se sentent de plus en plus à l'étroit sur cette planète "peace and love", devenu pour le coup un espèce de cirque excentrique pour musiciens aux talents indéniables, il est vrai, mais dont le seul moteur semble être celui de la course à la reconnaissance professionnelle et internationale. On avait déjà pu y goûter sur "Angel's Egg", mais "You", en ce sens, est un vrai festival pyrotechnique. Qu'il s'agisse de "Master Builder", le monumental "A Sprinkling of Clouds" ou "The Isle of Everywhere", l'attrait principal du disque devient les envolées monstrueuses et inspirées que se payent, de concert, Hillage, Howlett, Moerlen et Malherbe, faisant du collectif Gong un Mahavishnu Orchestra sous le joug d'une massive overdose d'ecstasy. Musicalement, "You" est de loin ce que Gong a accompli de plus abouti et de plus complexe (un moment à graver d'une pierre blanche parmi les pages les plus importantes de la musique progressive est ce passage d'anthologie juste avant de débouler sur le solo de guitare de Steve Hillage dans le déjà cité "A Sprinkling of Clouds"). Mais s'il n'y avait plus les quelques timides interventions de Daevid Allen ("A P.H.P.'s Advice" ou "Perfect Mystery"), on aurait bien du mal à admettre que c'est à ce groupe que l'on doit le décomplexé "Camembert Électrique". Même si les circonstances dans lesquelles cela se déroule sont loin d'être celles qui avaient été imaginées, Daevid Allen et son épouse, en mettant donc un point final à leur trilogie, prennent aussi la grave décision de quitter définitivement le navire. La voix nasillarde et mutine de Daevid, proche de Robert Wyatt, nous manquera. Ainsi que les râles de plaisirs de Gilli. Ce qui ne nous empêche pas de saluer ce magistral "You" qui oscille entre moments de légerté et moments de grandes intensité avec une rare élégance. Et il y a de quoi s'en vouloir à vie de ne pas l'avoir écouté.

note       Publiée le samedi 1 novembre 2003

partagez 'You (radio gnome invisible part 3)' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "You (radio gnome invisible part 3)"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "You (radio gnome invisible part 3)".

ajoutez une note sur : "You (radio gnome invisible part 3)"

Note moyenne :        36 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "You (radio gnome invisible part 3)".

ajoutez un commentaire sur : "You (radio gnome invisible part 3)"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "You (radio gnome invisible part 3)".

Dun23 › samedi 1 août 2015 - 19:35  message privé !

Un disque sous champignons. Ce qui font rire et ceux qui font autre chose. Je dois dire que ceux qui font rire ne sont pas mes préférés. Heureusement, ce sont ceux à l'effet de courte durée.

Note donnée au disque :       
torquemada › samedi 14 mars 2015 - 22:15  message privé !

Tiens, jamais noté jusqu'à present ! Adieu Daevid Allen !

Note donnée au disque :       
22goingon23 › mardi 9 septembre 2014 - 12:21  message privé !

L'enchaînement ou plutôt la transfiguration céleste Magick Mother Invocation / Master Builder confine à la pure béatitude stellaire.

Au casque, entre concentration et décentrement, le pavillon auriculaire s'offre une grandiose mise sur orbite.

Note donnée au disque :       
SEN › vendredi 22 août 2014 - 19:59  message privé !

Un monument ! Un des premiers vinyles que j'ai racheté ! Impensable de mettre moins de 6 boules à ce chef d'oeuvre !

Note donnée au disque :       
amazingrèce › mercredi 20 août 2014 - 04:22  message privé !

Le Chef-d'oeuvre de Gong, indispensable...