Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGong › Angel's egg (radio gnome invisible part 2)

Gong › Angel's egg (radio gnome invisible part 2)

15 titres - 45:08 min

  • 1/ Other Side of The Sky (7:40)
  • 2/ Sold to the Highest Buddah (4:24)
  • 3/ Castle in the Clouds (1:15)
  • 4/ Prostitute Poem (4:52)
  • 5/ Givin My Luv to You (0:48)
  • 6/ Selene (3:38)
  • 7/ Flute Salad (2:09)
  • 8/ Oily Way (3:37)
  • 9/ Outer Temple (1:08)
  • 10/ Inner Temple (2:33)
  • 11/ Percolations (0:46)
  • 12/ Love is How Y Make It (3:28)
  • 13/ I Never Glid Before (5:37)
  • 14/ Eat That Phone Book Coda (3:13)

enregistrement

Manor Mobile, Pavillon du Hay, France, août 1973

line up

Daevid Allen (guitare, chant), Mireille Bauer (glockenspiel, percussions), Tim Blake (synthétiseurs, claviers), Steve Hillage (guitare), Mike Howlett (basse), Didier Malherbe (saxophones ténor et soprano), Pierre Moerlen (batterie, percussions, vibraphone, marimba), Gilli Smyth (chant, murmure spatial)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
progressif
Styles personnels
canterbury > space rock

Pour assurer la continuité qui lie ce "Angel's Egg" au "Flying Teapot" qui le précède, rien de tel qu'un tapis de sons hypnotiques sortis tout droit de la machine à crystal de l'impérial Tim Blake. "Other Side of the Sky" est le parfait enchaînement ; aventureux, planant, fun. Pourtant, "Angel's Egg" va jouer la carte de la diversité puisqu'une grande majorité des titres qui le constituent vont asseoir Gong non plus comme un banal collectif vaguement anarchiste, mais comme un véritable groupe. Poétique et d'inspiration orientale ("Sold to The Highest Buddah", "Prostitute Poem" ou "Love is How Y Make It"), mélodiquement tributaire des Beatles période "Sgt.Pepper's" ("Selene"), jazzy par l'entremise de monsieur Didier Malherbe ("Oily Way", "I Niver Glid Before"), Gong multiplie les perspectives et parvient néanmoins à rester lui-même en introduisant dans chacun des univers qu'il explore le parfum d'encens nécessaire afin que ceux-ci basculent définitivement dans leur monde. Moins ouvertement progressif dans la forme, Gong l'est peut-être plus dans le fond en accumulant une série de pièces courtes plus riches les unes à côtés des autres qu'autrement réunies au sein d'un même titre frôlant le quart d'heure. A présent managé par Giorgio Gomelski, à qui l'on doit déjà le phénoménal "Mekanïk Destruktïw Kommandöh" de la bande à Christian Vander, Gong n'est plus vraiment le refuge que s'était construit Daevid Allen. Le phénomène est tellement important que Gong s'exporte. Ne nous voilons pas la face ; c'est une affaire qui tourne. La trilogie "Radio Gnome Invisible" sera d'ailleurs entièrement réalisée en Angleterre, et on se bouscule aux portillons pour être celui qui brillera le plus sous les projecteurs (Steve Hillage, Mike Howlett et Pierre Moerlen représentant un bloc de plus en plus compact qui va finir par avoir raison de l'âme même du groupe). Superbement produit et fondamentalement pertinent, "Angel's Egg" incarne sans doute le point culminant de la carrière de Gong, du moins comme l'entendait son créateur, Monsieur Daevid Allen.

note       Publiée le samedi 1 novembre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Angel's egg (radio gnome invisible part 2)".

notes

Note moyenne        15 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Angel's egg (radio gnome invisible part 2)".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Angel's egg (radio gnome invisible part 2)".

SEN › vendredi 22 août 2014 - 20:00  message privé !

Celui là aussi il est indispensable d'ailleurs !

Note donnée au disque :       
zugal21 › mardi 4 septembre 2012 - 20:49  message privé !

J'adore ce truc. Avec une jubilation systématique pendant les premières secondes d' Outer Temple^^. Ca a tourné tout le mois d'août, ici.

Note donnée au disque :       
boumbastik › mardi 4 septembre 2012 - 20:10  message privé !

1ère écoute attentive et qualitative (hi-fi etc.) après quelques écoutes merdiques en bagnole : c'est le jour et la nuit. Onirique et planant. Cool.

torquemada › mardi 21 décembre 2010 - 12:56  message privé !

Bon délire, même si je préfère "You".

Note donnée au disque :       
Sirius › mardi 9 février 2010 - 21:45  message privé !

Ca fait bizarre d'écouter celui-là quand on a découvert You en premier. J'ai dans un premier temps été un peu déçu du manque de longues plages avec plein de solos, et puis finalement il est très bon cet album, plus délirant, plus varié peut-être, un peu moins homogène (entre le débile "Eat that phone book coda" et "Prostitute poem" qui me fout mal à l'aise, y'a un monde...). Ceci dit je préfère quand même You.

Note donnée au disque :