Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGong › Camembert électrique

Gong › Camembert électrique

11 titres - 39:42 min

  • 1/ Radio Gnome (0:26)
  • 2/ You Can't Kill Me (6:23)
  • 3/ I've Been Stone Before (4:53)
  • 4/ Mister Long Shanks : O Mother I am Your Fantasy (3:41)
  • 5/ Dynamite : I am Your Animal (4:32)
  • 6/ Wet Cheese Delirium (0:29)
  • 7/ Squeezing Sponges over Policemens Heads (0:13)
  • 8/ Fohat Digs Holes in Space (6:24)
  • 9/ Tried So Hard (4:39)
  • 10/ Tropical Fish : Selene (7:36)
  • 11/ Gnome The Second (0:26)

enregistrement

Strawberry Studios, Herrouville, France, mai - juin et septembre 1971

line up

Daevid Allen (guitare, chant), Eddy Louiss (orgue, piano), Didier Malherbe (flûte, saxophone), Pip Pyle (batterie), Gilli Smyth (chant, murmure spatial), Christian Tritsch (guitare, basse), Constantin Simonovitch (piano)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
progressif
Styles personnels
canterbury > psychédélique

Après deux participations capitales, l'une à la bande son du film de leur ami Jérôme Laperrousaz, "Continental Circus" et le cultissime "Obsolete" de Dashiell Hedayat (anciennement Melmoth, et dont le vrain nom est en réalité Jack-Alain Léger), la planète Gong nous revient avec, sous le bras, ce qui peut-être considéré à juste titre comme le premier manifeste crédible de leur univers allumé. "Camembert Électrique" a ce grain de folie par lequel tout Gong se définit. Mieux : "Camembert Électrique" est ce grain de folie qui a permi de mettre sur les rails de manière définitive la planète Gong. Aux fidèles Gilli Smyth et Didier Malherbe viennent se greffer d'importants éléments comme le guitariste Christian Tritsch, dont on minimise hélas trop souvent le rôle essentiel, et le batteur Pip Pyle, autre figure emblématique du courant Canterburien, et dont l'unique participation ici déblayera le terrain pour Pierre Moerlen qui attend déjà dehors, prêt à en découdre et à jouer des coudes. Les compositions sont plus floues, les musiciens, de toute évidence, beaucoup plus à l'aise avec leur nouveau mode d'écriture, se laissent aller au gré de leur jeu dans des séquences où les répétitions prévalent, accentuant le côté hypnotique que leur musique spatiale possédait déjà (comme l'atteste la structure type de "Fohat Digs Holes in Space" avec sa ligne de basse lancinante sur laquelle le groupe va venir improviser). Mais Gong sans humour n'est pas Gong. Aussi, les petits interludes déjantées se multiplient et s'intercalent à point nommé entre les pièces à prétention psychotrope, comme autant de jingles radio nous rappelant jamais assez que nous sommes en train d'écouter un programme de la Planète Gong. Le vent des claviers d'inspiration orientale et l'écho sans fin des voix de Daevid Allen et Gilli Smyth, sans oublier ses célèbres murmures spatiaux, n'ont pas fini de faire tourner la tête de leurs plus fidèles admirateurs.

note       Publiée le samedi 1 novembre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Camembert électrique".

notes

Note moyenne        23 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Camembert électrique".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Camembert électrique".

SEN › vendredi 13 mars 2015 - 14:13  message privé !

Il ne reste plus que Wyatt comme dernier fondateur de Soft Machine encore en vie...

Klarinetthor › vendredi 13 mars 2015 - 13:27  message privé !

le reste a vivre ce n'est pas minuté comme la grossesse helas. Je pense qu'il etait deja bien courageux de coutinuer a tourner jusqua l'an dernier.

SEN › vendredi 13 mars 2015 - 11:41  message privé !

Mais quelle année de merde !!! Il avait dit qu'il lui restait 6 mois à vivre au mois de février... Adieu Mister ALLEN et merci pour tout !

Dioneo › vendredi 13 mars 2015 - 11:20  message privé !
avatar

Arf, ouais... Suis généralement pas porté sur les "RIP untel" mais là... Ça fait vraiment bizarre. Bordel... La bise au Cosmos, alors, M'sieur L'Aelien.

Note donnée au disque :       
Wendy Scabtree › vendredi 13 mars 2015 - 11:14  message privé !

Oh putain quelle nouvelle de merde :'( :'(