Vous êtes ici › Les groupes / artistesTType O Negative › World coming down

Type O Negative › World coming down

cd • 13 titres

  • 1Skip it
  • 2White slavery
  • 3Sinus
  • 4Everyone I love is dead
  • 5Who will save the sane ?
  • 6Liver
  • 7World coming down
  • 8Creepy green light
  • 9Everything dies
  • 10Lung
  • 11Pyretta blaze
  • 12All hallows eve
  • 13Day tripper

enregistrement

Enregistré aux Systems Two à Brooklyn

line up

Kenny Hickey (guitares, chant), Johnny Kelly (batterie, chant), Josh Silver (claviers, chant), Peter Steele (chant, basse, guitares, claviers)

remarques

chronique

Ce nouvel album a été enregistré dans la douleur et cela s'entend ! L'atmosphère est vraiment très sombre, sans aucun doute le plus sombre de la carrière du groupe. Il suffit juste d'écouter les interludes de l'album pour s'en convaincre, comme par exemple le très macabre "Lung". Certains titres sont même très explicites comme "Everyone I love is dead" ou "Everything dies". Musicalement, après l'inégal "October rust", ce CD est beaucoup plus compact avec d'excellents morceaux, comme par exemple "All hallows eve" qui est l'un des tous meilleurs titres de l'année. L'inspiration est vraiment présente tout au long de l'album. Malgré tout, il manque ce petit quelque chose qui fait qu'il s'agit d'un très bon album. On n'est pas encore revenu au niveau de "Bloody kisses", mais on a quand même ici l'un des meilleurs albums de l'année 1999.

note       Publiée le mardi 3 juillet 2001

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "World coming down" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "World coming down".

notes

Note moyenne        54 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "World coming down".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "World coming down".

Lord Tom Envoyez un message privé àLord Tom

Oué Creepy green light, cte mélodie qui rebondit vertement du pont de Brooklyn jusqu'en Auvergne, sacré Pete ... Ce titre est vraiment l'essence de la pochette, de la basse d'intro a son break Berlioz/The Shining

Message édité le 07-01-2022 à 20:40 par lord tom

Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

Ouais. Sand out celui que je garderais si on me mettais un flingue sur la pente, même si October Rust est plus charmeur charmant princier, autre délire, retour à la ville (pochette), voire aux ambiances des Slow Feces, là on touche le nerf du Peter, le cœur du Goth, le core du visigoth, l'épine dorsale du Type O, jusque dans le CD qui saute et les interludes si... américains. Et les "GODDAM IT", descendants d'Ozzy, mais nettement plus euh... AMPLES. Là je bloque sur Green Light comme jamais avant. Et je matte le Vert du Géant Vert, parfaitement teinté sur la pochette (et quelle pochette)... Et leurs fringues au verso. Et leurs tronches aussi. Soudées au son. Ample, ouais. Immortel ce disque !

Note donnée au disque :       
Consultant en informatique Envoyez un message privé àConsultant en informatique
avatar

Rien qu'avec le niveau du premier morceau, le ton est donné.

Note donnée au disque :       
Fryer Envoyez un message privé àFryer

@:rendez-moi2, si même sensation chez moi, disque doudou - avec le précédent bien sûr.

Note donnée au disque :       
Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

"Everyone I love is... Dead..."

Frissons à tous les coups.

Note donnée au disque :