Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAnd Also The Trees › A retrospective 1983-86

And Also The Trees › A retrospective 1983-86

cd • 14 titres

  • 1Shantell
  • 2Talk without words
  • 3Shrine
  • 4Midnight garden
  • 5Impulse of a man
  • 6Twilights pool
  • 7A room lives in Lucy
  • 8Scarlet arch
  • 9Slow pulse boy
  • 10Maps in her wrists and arms
  • 11The dwelling place
  • 12Vincent Craine
  • 13Gone like the swallows
  • 14Virus meadow

enregistrement

Morceau 1, Cargo Studios, septembre 1983. // Morceaux 2-6, Southern Studios, novembre 1983. // Morceaux 7 et 8, Southern Studios, septembre 1984. // Morceaux 9-14, Rich Mixture, novembre 1985-mars 1986.

line up

Steven Burrows (basse), Nick Havas (batterie), Simon Huw Jones (chant), Justin Jones (guitare)

remarques

Les morceaux 1- 6 ont été produits par Lol Tolhurst ( The Cure)

chronique

Styles
gothique
cold wave
post punk goth
Styles personnels
romantisme noir

‘Romantique’ est le mot qui désigne le mieux And also the trees. Attention, ne comprenez pas ‘fleur bleue’, je parle du romantisme dans son essence pure, du mouvement artistique né au en Europe au cours du XVIIIème siècle. Nos Anglais ont en effet cette sensibilité écorchée et violente, cette mélancolie douce et sombre qui transporte le cœur et le fait battre douloureusement. Simon, le chanteur, est justement ce genre de personnage qui parcourt la campagne anglaise pour en capter la poésie et en faire le miroir de ses émotions. Ses textes ont ce côté clair obscur des toiles de Constable, cette saveur sucrée-amère des livres de Thomas Hardy qui traduisent en mots un mal-être doublé d’une sensibilité quasi extatique. La musique du groupe traduit cette lutte intérieure; sensuelle, noire, elle rampe, explose en colère, en rage, cherche à saisir l’insaisissable, échoue, se replie dans une mélancolie feutrée…Des guitares cold qui rappellent parfois Joy Division, Siouxsie ou certains Cure, un jeu en finesse et en variations, des touches cristallines qui finissent par grincer, et un chant profond, sans cesse sur le fil du rasoir…et cela nous donne une collection de morceaux d’une beauté à vous hérissez le poil, de la mélancolie lyrique de ‘Shantell’ au désespoir sentimental de ‘Impulse of a man’ ou ‘A room lives in Lucy’, sans oublier la sensualité crépusculaire de ‘Twilight’s pool’. Non, rien de naïf dans le romantisme de And also the trees, mais une noirceur profonde et belle qui mêle en une merveilleuse alchimie la sensibilité et la passion de Keats, Shelley, Byron, Wordsworth et les autres avec l’énergie du post punk. Cette rétrospective est une belle occasion de s’y plonger…

note       Publiée le mercredi 29 octobre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A retrospective 1983-86".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A retrospective 1983-86".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A retrospective 1983-86".

stankey › mercredi 16 octobre 2013 - 11:46  message privé !

Selon Carnets Noirs, il comporte 5 chansons sorties exclusivement en 45 tours .

novy_9 › mercredi 16 octobre 2013 - 10:11  message privé !

Si il y a spécialiste, peut il me dire si cette compilation apporte quelque chose quand on a les albums ? inédits ? versions différentes ?

Note donnée au disque :       
Captain_Flambé › dimanche 25 juin 2006 - 11:12  message privé !
encore un groupe des années 80 injustement oublié à l'heure actuelle, pourtant c'est pas faute pour robert smith d'ne avoir fait la promotion lol je suis assez d'accord avec la chronique de twilight, and also the tree, c'est vraiment le romantisme de la dark/cold wave, on les imagine vêtu de noirs déambuler dans des landes perdues de l'angleterre du XVIII/XIXème au mileu de manoirs hantés de fantômes, bon c'est bien beau tout ça mais la musique ? le point fort et le point faible également du groupe, tout du mons dans les albums des années 80, c'est d'avoir développé un style unique, trés classieux, avec ces belles volutes de guitare et ce chant parfois hanté, parfois possédé, avec une sorte de mélancolie désenchantée et classieuse, sur les morceaux des débuts on sent parfois encore une énergie brute s'exprimer avec des intonnations à la nick cave, mais déjà au final de cette rétrospective qui résume trés bien la première partie dela carrière du groupe, on a l'impression que le groupe exloite un peu toujours la même formule avec plus ou moins de bonheur selon les morceaux... un album à posséder nbéanmoins pour tout amateur de rock gothique qui aurait rêvé de naitre dans quelque nobles demeure quelque siècles plutôt.
Note donnée au disque :