Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBrulé › Lakota piano

Brulé › Lakota piano

cd • 8 titres

  • 1Color Nature Gone
  • 2Anthem of the American Indian
  • 3Birth
  • 4At peace
  • 5Awakening
  • 6Nihaa Shil Hozho (I am happy about you)
  • 7Someday
  • 8End

enregistrement

Soar Corporation, Etats-Unis, 1997

line up

Nicole La Roche : flûte amérindienne et traversière Paul La Roche : pianos et synthés Steve Raosdale : guitares Eagle : tambours amérindiens traditionnels Red Elk, Davis Mitchell, Alexander Santos et Bryan Akipa : chanteurs et conteurs traditionnels

remarques

chronique

« Brulé » : c’est le nom d’une des sept tribus de la nation Sioux Lakota, aujourd’hui localisée sur la réserve de Rosebud dans le Dakota du Sud. Mais c’est aussi le nom d’un groupe de rock/ easy listening — « ethno-électro-mélodique » — fondé en 1997 par Paul La Roche (comme beaucoup de Sioux, il a un nom français, car avant la vente de la Louisiane par Napoléon au président Jefferson en 1804, une bonne partie de l’actuel territoire des Etats-Unis d’Amérique « était française »). L’histoire de Paul La Roche n’est en elle même ni unique ni atypique : métis né sur la réserve de Rosebud, il est élevé par une famille d’agriculteurs blancs du Minnesota. Enfant, il apprend la musique, puis devient professionnel. Ce n’est que passé la trentaine qu’il découvrira son ascendance et son héritage indien. En 1996, il retourne à Rosebud et retrouve ses parents Sioux. Dès l’année suivante, il enregistre deux album : « We the people », puis le présent « Lakota piano », qui ont pour principe d’incorporer à la musique du compositeur des influences nord amérindiennes (principalement au niveau du rythme, des chants et de la flûte des Indiens des Plaines), fruits et symboles de la redécouverte de son héritage Sioux. Ce second album, « Lakota piano », a la particularité de reprendre des titres d’un groupe de rock amérindien des années 1970 : XIT, en les réarrangeant complètement avec de nombreux claviers et pianos qui se juxtaposent avec harmonie et élégance. Difficile de décrire véritablement ni de donner un genre au produit final. Personnellement, je trouve que celui-ci est plutôt original, singulier et réussi, malgré des côtés « kitch », électro et « easy listening » un peu trop prononcés par moment, et qui ne manqueraient pas d’en agacer plus d’un. On se laisse néanmoins emporter et voguer par une musique plane, carrée, répétitive, contemplative et fort agréable. Une musique bien posée et qui nous fait voyager. Les sons sont à large dominante électroniques et synthétiques : batterie, basse, nappes de synthé (quasi-permanentes)… une guitare occasionnelle et très discrète, des pianos Steinway, une flûte amérindienne des Grandes Plaines, quelques chants traditionnel et quelques percussions.
Le résultat de ce mélange entre musique traditionnelle et moderne est donc une réussite ; on appréciera particulièrement les passages qui empruntent le grand tambour des pow-wows (« large drum ») ou le petit de la Native American Church (« small drum »), même si parfois synthétiques. De la même façon, le fait d’y apposer des passages de chants traditionnels me paraît par moments un peu trop mécanique et artificiel. En conclusion, ce n’est pas le meilleur album de Brulé, mais c’est un bon début, et la flûte amérindienne et les parties mélodiques constituent le charme des compositions. Ravira les amateurs de New Age, de musiques nouvelles, électroniques ou mélodiques.

note       Publiée le mercredi 29 octobre 2003

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Lakota piano" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Lakota piano".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "Lakota piano".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Lakota piano".