Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLiving Colour › Vivid

Living Colour › Vivid

cd • 11 titres • 49:08 min

  • 1Cult of Personality4:54
  • 2I Want to Know4:24
  • 3Middle Man3:47
  • 4Desperate People5:36
  • 5Open Letter [To a Landlord]5:32
  • 6Funny Vibe4:20
  • 7Memories Can't Wait4:30 [reprise des Talking Heads]
  • 8Broken Hearts4:50
  • 9Glamour Boys3:39
  • 10What's Your Favorite Color ? [Theme Song]3:56
  • 11Which Way to America ?3:41

enregistrement

Skyline , Sound on Sound et Right Track Studios, New York City, USA, 1988

line up

Will Calhoun (batterie, percussions, chœurs), Corey Glover (chant), Vernon Reid (guitare, choeurs), Muzz Skillings (basse, chœurs)

Musiciens additionnels : Public Enemy (6), Mick Jagger (harmonica 8, choeurs 9), The Fowler Family (choeurs 5)

remarques

chronique

Styles
metal
fusion
Styles personnels
black metal fusion

Le premier Living Colour restera à jamais salué, non pas forcément pour son contenu, mais avant tout pour ce qu'il représente, et ce qu'il impliquera par la suite. Premier groupe métal 100% black à tenir la dragée haute face aux ténors du genre, ce "Vivid" relève de l'exploit dans un milieu qui se veut l'exact reflet de la société dans laquelle on vit. Avec cet album, Living Colour fait s'écrouler une barrière qui, hélas, aura avant tout des répercussions d'ordres économiques. Pourtant, le groupe de Vernon Reid et Corey Glover n'est pas avare en discours idéologique, au moment même où le monde subit lui aussi un chamboulement inattendu dont on paye aujourd'hui les conséquences (fin de l'Apartheid en Afrique du Sud, effondrement du bloc communiste, chute du mur de Berlin). Cela démarre très très fort avec "Cult of Personality", titre qui demeurera sans doute à jamais le plus emblématique du groupe. Et on serait tenté de dire qu'à part ça, il n'y a rien d'autre à signaler (voilà, c'est fait). Car en dépit de très bons titres, bien construits, bien joués ("Desperate People", "Open Letter (to a Landlord)"), rien n'arrive à la hauteur de cette gifle en introduction d'un album qui se veut incisif. La critique sociale se porte bien, merci pour elle, et s'illustre aussi bien dans "Middle Man" que l'enlevé "Which Way to America ?" qui conclut le disque. Tout au long du parcours, Living Colour varie les plaisirs en revendiquant des couleurs autres que rock (les funky "What's Your Favorite Color ?" et "Funny Vibe" après un démarrage en trombe, le léger "Broken Hearts", le presqu'antillais "Glamour Boys"). Si les idées sont là, pleines de vigueur, la production de l'époque, caractéristique d'un manque de dynamique et de relief, rend le tout assez inoffensif, pour ne pas dire aujourd'hui complètement désuet. Heureusement pour nous, Living Colour va s'employer à utiliser la même recette pour son disque suivant, l'excellent "Time's Up" qui, tout en demeurant varié, représentera en soi une forme d'aboutissement.

note       Publiée le mardi 28 octobre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Vivid".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Vivid".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Vivid".

(N°6) › mercredi 8 juillet 2020 - 10:52 Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

C'est drôle cette période si spécifique de metal-funk eighties, à l'écoute de Broken Heart on sent bien que c'est exactement la même période que le FNM du début. Bon tout a été dit sur le titre d'intro, mais toute la première moitié est une grosse branlée (Desperate People). Quand ça joue du funk, ça joue du funk mais c'est beaucoup plus metal que Fishbone qui a la même époque oeuvrait dans un style voisin (question fusion) et faut quand même dire que Vernon Reid a du en traumatiser plus d'un, à commencer par Tom Morello. C'est ce qui ressort sans doute le plus une fois passé le gros kiff du gros tube, ce putain de guitariste avec ce son de fou.

mangetout › jeudi 3 mai 2018 - 18:42 Envoyez un message privé àmangetout

Je ne connaissais pas cette reprise du "Memoiries can't wait" des Talking Heads, bon, même si elle n'est pas désagréable, voire plutôt bien foutue, on est quand même à des années lumières de l'originale et son atmosphère psychotique truffée de bizarreries cold-funk (merci Eno).

Aladdin_Sane › jeudi 3 mai 2018 - 14:06 Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Qu'est-ce que j'ai pu l'écouter cet album à la fin des 80's. J'adorais "Memories can't wait" avant de savoir que c'était une reprise de Talking Heads. La version de cette chanson sur l'EP "Biscuits" est phénoménale.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › jeudi 13 novembre 2014 - 11:59 Envoyez un message privé àSeijitsu

Vraiment dommage que le (fabuleux) premier morceau bouffe tout le reste.

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › samedi 4 juillet 2009 - 01:01 Envoyez un message privé àE. Jumbo

Ben juste avant que le chanteur n'assène "cult of personality", j'ai toujours l'impression qu'il va dire "hotel california"...