Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDas Ich › Morgue

Das Ich › Morgue

cd • 14 titres

  • 1Mann und Frau gehen durch die Krebsbaracke
  • 2Kleine Aster
  • 3Saal der kresisenden Frauen
  • 4Drohung
  • 5Curretage
  • 6Schöne Jugend
  • 7Requiem
  • 8Negerbraut
  • 9Mutter
  • 10Kreislauf
  • 11Der Artzt I
  • 12Der Artzt II
  • 13Der Artzt III
  • 14Erde ruft

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Danse Macabre Studios, Bayreuth, Allemagne, 1998.

line up

Stefan Ackermann (chant, récitation), Bruno Kramm (claviers, machines, samples, synthés), Daniel Galda (claviers), Dominik Sebald (batterie)

remarques

Tous les textes sont de Gottfried Benn (1886-1956)

chronique

Styles
gothique
dark wave
Styles personnels
cabaret indus / goth électro

Beaucoup de gens croient connaître Das Ich et pourtant négligent certaines de leurs œuvres qui pourtant nous en disent beaucoup sur eux. ‘Morgue’ est de celles-ci. Après avoir pondu un ‘Egodram’ plus dansant, destiné aux dancefloors, le duo teuton en revient à son côté plus théâtral et expressionniste en adaptant en musique ‘Morgue’, collection de poèmes de l’Allemand Gottfried Benn. Comme le nom l’indique clairement, l’univers de ces textes est glauque, pue la mort, la charogne, la maladie…et pourtant, de ce cloaque de sang, de merde et de viande froide, le poète arrache quelques bribes de beauté, de compassion, de sentiments…une œuvre profonde et bouleversante que Das Ich a parfaitement su s’approprier. ‘Morgue’ est un disque varié et complexe où le groupe décline l’éventail de ses capacités. Il parvient à mêler des atmosphères cabaret des années 30 (‘Kleine Aster’), des sonorités industrielles, des structures plus rythmées (‘Erde ruft’, ‘Negerbraut’, ‘Saal der kreisenden Frauen’) et une noirceur dramatique, presque gothique (‘Mutter’, ‘Der Artzt’). Grincements, piano, basses organiques côtoient des samples orchestraux, des percussions métalliques en une parfaite alchimie d’intensité angoissante et douloureuse. La voix de Stefan s’y révèle un élément prépondérant. A l’instar de son collègue Oswald Henke (Goethes Erben), il maîtrise la langue allemande, sait jouer de ses nuances, de sa musique, de sa laideur et de sa beauté pour en faire un instrument à part entière. Tous ces éléments font de ‘Morgue’ une totale réussite et un travail complexe qui requiert une écoute profonde ; pas étonnant qu’il ait échappé à l’attention des crétins qui ne connaissent du goth que ce qu’ils entendent sur les dancefloors, dommage pour eux. Je ne peux également que conseiller la lecture des œuvres de Gottfried Benn disponibles en traduction chez Gallimard, ou du moins en allemand à l’intérieur du livret, elle en vaut la peine.

note       Publiée le dimanche 26 octobre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Morgue".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Morgue".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Morgue".

juj › jeudi 16 août 2007 - 11:29  message privé !
déception, je me rappelle des pièces qui me semblaient toutes se finir bien trop vite (mais aussi pas mal de moments de grâce dans la diction)
Solvant › lundi 25 juin 2007 - 11:29  message privé !
J'ai dû l'écouter 4 fois en 9 ans, c'est dire de l'intêret que je porte à la chose, non, vraiment c'est une énorme surenchère appuyée...dommage car il y a du bon travail indus assez original. Allez lire Gottfried Benn ("cerveaux" - ed.La difference) plutôt, ça se passe de décorium adolescent.
Note donnée au disque :       
Twilight › jeudi 28 juillet 2005 - 19:36  message privé !
avatar
Disons que sur 'Satanische Verse', 'Propheten' et 'Anti'Christ', il est beaucoup question de la bible, du Jardin d'Eden, Kain et Abel, la chute de Satan etc à la manière de poètes comme Baudelaire, Hugo...Le 'Morgue' de Benn existe en version billingue, ça vaut la lecture...
Slugbait › jeudi 28 juillet 2005 - 19:14  message privé !
je suppose que sur des albums comme Die Propheten ou Anti Christ, ça doit etre plutot "mystique"... La en l'occurence, ce sont des poemes d'un auteur allemant Gottfried Benn... donc j'ignore ce que raconte le pere steff
Note donnée au disque :       
Les.Mondes.Gothiques › jeudi 28 juillet 2005 - 14:04  message privé !
on m'a DIt que lEUrs tEXtES soNt aSSEz déJANtés tENDanCe "666" . . . MAIs j'aimERAi uNe coNFIRmatIon jUSte d'1 FAn ou d'1 KRoniKEur . ..