Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSopor Aeternus And The Ensemble Of Shadows › The inexperienced spiral traveller

Sopor Aeternus And The Ensemble Of Shadows › The inexperienced spiral traveller

cd | 14 titres

  • 1 Sylla borêal
  • 2 Question(s) beyond terms
  • 3 C'ayllagher a Dom' bhrail
  • 4 To a loyal friend
  • 5 Never trust the obvious
  • 6 The inexperienced spiral traveller: a fragment
  • 7 Memalon
  • 8 Memories are haunted places
  • 9 Die Wiederspenstigkeit unerwünschter Gedanken Synchronicity
  • 10 Totenlicht
  • 11 Ein freundliches Wort
  • 12 Die Toten kehren wieder mit dem Wind
  • 13 May I kiss your wound ?
  • 14 Ein gültiges Lächeln auf den Gesichtern der Toten

enregistrement

Weisser Herbst Produktion entre 1996 et avril 1997, Allemagne.

line up

Anna Varney (chant, musique), Constanze Spengler (flute), Matthias Eder (violoncelle), Una Fallada (violon), Gerrit Fischer (guitare), Sopor Aeternus and the Ensemble of shadows (tous les autres instruments et voix)

remarques

Existe en édition limitée digipack

chronique

Styles
gothique
Styles personnels
gothique médiéval mélancolique

Tendez l’oreille, écoutez l’obscurité infinie, laissez-vous bercer par son souffle froid, elle vous contera la peine d’une étrange créature perdue entre l’espace et le monde. On entre dans ‘Inexperienced spiral traveller’ comme dans un tableau médiéval ; après une introduction instrumentale glaciale comme le vent d’un cimetière, c’est une tarentelle moyen-âgeuse splendide et triste qui vous accueille. Oui, le Moyen-Age semble à nouveau l’inspiration principale des orchestrations de cet album. Fifres, vielles, flûtes, violons, cloches et tambourins, accompagnés de quelques clavecins Renaissance et de batterie sont les acteurs de structures qui ont tout d’une musique de chambre funèbre. Anachronisme ? Mélange improbable ? Que nenni, juste un style très personnel qui ne ressemble à rien d’autre. Un style étrange d’ailleurs, en apparence calme mais en réalité empli d’une mélancolie qui se diffuse de manière quasi imperceptible, contaminant l’âme d’un doux poison noir à la fois douloureux et apaisant. Reprenant les ingrédients de ‘Todeswünsch’, Anna-Varney en a gommé les imperfections pour n’en garder que le meilleur. Vocalement également, il (elle) module son chant de manière plus poignante en évitant les surcharges d’aigus qui gâchaient parfois certaines pièces du précédent opus. Que l’on soit expérimenté ou non, le voyage se révèle d’une beauté à laquelle il est bien difficile de ne pas succomber.

note       Publiée le mercredi 8 octobre 2003

partagez 'The inexperienced spiral traveller' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The inexperienced spiral traveller"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The inexperienced spiral traveller".

ajoutez une note sur : "The inexperienced spiral traveller"

Note moyenne :        13 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The inexperienced spiral traveller".

ajoutez un commentaire sur : "The inexperienced spiral traveller"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The inexperienced spiral traveller".

taliesin › samedi 15 décembre 2012 - 16:05  message privé !

Ah oui la foire de l'est, très bon - niveau sujet, j'évoquerai "Oh Coal Black Smith" de C93... (c'est au final le thème des transformations de Taliesin poursuivit par Ceridwen pour ceux qui connaissent).

Note donnée au disque :       
dariev stands › samedi 15 décembre 2012 - 15:48  message privé !
avatar

"la foire de l'est", énorme chanson à tiroirs, la version dark-folk de "biquette biquette", au bas mot !! à part celle-là je connais assez peu Branduardi qui a l'air d'être assez hors du temps comme menestrel...

taliesin › samedi 15 décembre 2012 - 13:38  message privé !

Moi aussi Twilight, c'est l'ancien Branduardi que je préfère bien sûr. Dans mes jeunes années je ne connaissais quasi que de nom - et oui bon évidemment la ritournelle 'Demoiselle' - mais c'est mon épouse qui m'a fait approfondir, et il est vrai que ce monsieur a pondu quelques petits chef-d'oeuvres !

Note donnée au disque :       
(N°6) › vendredi 14 décembre 2012 - 18:35  message privé !
avatar

Bordel, Branduardi c'est ce que j'adorais quand j'avais 8-9 ans paraît-il. Rien qu'à l'évocation de son nom il y a des remugles inconscients de "Va où le vent te mène" qui remontent à la surface. C'est de sa faute si j'ai du vouloir faire du violon, et le violon pour briller devant les filles ça le fait pas, à moins de jouer comme un Pogues. Traumatisme de l'enfance. Il doit y avoir des vinyles qui traînent chez ma grand-mère dans le grenier... Argh !

Twilight › vendredi 14 décembre 2012 - 18:30  message privé !
avatar

Hélas, je ne possède qu'un best of... J'avais une K7, 'Va où le vent te mène' mais impossible de remettre la main dessus. Cela dit, je suis surtout fan de l'ancien Branduardi, le côté Simon and Garfunkel possédé et médiéval...ma prof d'italien nous avait montré un live que tout le monde a détesté sauf les deux goths de la classe (moi et un pote) ^^. Nous on a adoré, ce mec est une bête de scène en plus d'un violoniste incroyable...Faudrait que je retrouve ce concert, ce devait être du début des 80's puisqu'on l'a vu en 87...