Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJLes Joyaux De La Princesse / Regard Extrême › Die Weisse Rose

Les Joyaux De La Princesse / Regard Extrême › Die Weisse Rose

cd | 13 titres

  • 1 Tiefe Sehnsucht (zu neuen Ufern)
  • 2 Die Natur ist jetzt mit Waffenkland erwacht
  • 3 Jetzt aber tagts
  • 4 Der Reissend Hinabschäumt
  • 5 Rösen des Lebens
  • 6 Die Jügend trauert (Marche funèbre)
  • 7 Weisse Blätter
  • 8 Letzte Kampf des Lebens
  • 9 Die Flammen entbunden
  • 10 Weisse Rose
  • 11 Der Abschied
  • 12 Tiefe Sehnsucht
  • 13 Sag mir 'Adieu'

enregistrement

hiver 1996

chronique

Styles
ambient
Styles personnels
ambient néoclassique martial

Pour une fois, on ne pourra pas reprocher aux artistes une fascination douteuse pour le régime nazi. C’est en effet une association d’étudiantes ayant combattu le régime totalitaire hitlérien qui sert ici de toile de fond à la collaboration entre Les Joyaux de la Princesse et Regard Extrême. Menées par une certain Sophie Scholl (à qui l’album est dédié) qui mourra décapitée par les Nazis, la plupart des jeunes filles de la ‘Weisse Rose’ payeront leur combat de leur vie. Rien d’étonnant donc à ce que ce disque soit baigné de mélancolie. Les pièces sont généralement assez courtes et alternent entre plages ambient d’inspiration néoclassiques et compositions au piano. Quelques morceaux ont une approche plus martiale comme le superbe ‘Der Reissend Hinabschäumt’ avec ses roulements de tambours sur fond d’orgue funèbre, dont l’atmosphère est complétée sur ‘Abschied’, ou le triste ‘Weisse Rose’ construit sur des boucles avec montées percussives progressives. On songe volontiers à In the Nursery, parfois à certains travaux de Kirlian Camera et un titre comme ‘Tiefe Sehnsucht’ pourrait même évoquer Raison d’être, le piano en plus. Et surprise, ‘Sag mir Adieu’ inclut une voix, celle de Alzbeth de Moon Lay Hidden Beneath A Cloud. Outre la qualité de ses compositions, ce qui fait la beauté de cet album, c’est la pudeur et la retenue qui l’imprègnent. Pas de grandiloquence pompeuse ou d’exaltation de mauvais goût, les orchestrations sobres respectent la gravité du sujet.; même les quelques passages de percussions sont traités avec une grande délicatesse. Un album à découvrir, d’autant plus qu’il s’agit d’un des rares travaux des Joyaux de la Princesse à n’être pas drastiquement limité au niveau exemplaires.

note       Publiée le mardi 7 octobre 2003

partagez 'Die Weisse Rose' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Die Weisse Rose"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Die Weisse Rose".

ajoutez une note sur : "Die Weisse Rose"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Die Weisse Rose".

ajoutez un commentaire sur : "Die Weisse Rose"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Die Weisse Rose".

novy_9 › jeudi 13 février 2014 - 21:09  message privé !

exactement :) il m'est arrivé de m'endormir avec ...

Note donnée au disque :       
zugal21 › jeudi 13 février 2014 - 20:44  message privé !

Ca se déroule, comme ça, sur une durée classique, sans jamais décoller, c'est ça le truc

Note donnée au disque :       
Twilight › samedi 19 mars 2011 - 12:09  message privé !
avatar

Peut-être bien...mais j'avoue que je ne verrais pas alors l'intérêt de sortir un disque dédié à un mouvement anti-nazi o_O

Int › vendredi 18 mars 2011 - 18:19  message privé !

"Pour une fois, on ne pourra pas reprocher aux artistes une fascination douteuse pour le régime nazi. "

"Il y a dans notre disque (LJDLP & Regard Extrême) autant de symboles que d’émotion pouvant nous renvoyer autant à la naissance de ce mouvement qu’à sa légitimité."

http://www.heimdallr.ch/Interviews/1999/ljdlp.html

C'est assez ambigu comme propos je trouve... Le genre d'affirmation difficile à interpréter, conformément aux habitudes de la famille Néofolk.

Jacques Capelovici › dimanche 13 septembre 2009 - 11:52  message privé !

Pour ceux que le sujet intéresse un film, "Sophie Scholl - Die letzten Tage", est sorti en 2005 en Allemagne. Il est bien paraît-il.