Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTLes Tétines Noires › Brouettes

Les Tétines Noires › Brouettes

cd | 12 titres

  • 1 Brouette mentale
  • 2 A differant man
  • 3 N&M (histoire de Lady Na)
  • 4 Hill house
  • 5 Eleonor
  • 6 Les roseaux cervicaux
  • 7 Imminent immoral
  • 8 Lady dja lady
  • 9 Epidemik pakotill
  • 10 My nightclub head
  • 11 Et la lumière roule
  • 12 Bras sans jambe et glisse versa

enregistrement

Music'Ange, Paris, France, été 1991. 'Lady dja lady' enregistré live-souterrain à Macadet-Poissonniers, Paris, France

line up

Le Comte d'Eldorado (chant, guitare, clavier), Goliam (guitare, clavier, programmation), Eduardo Leal Dela Galla (basse)

chronique

Un deuxième album est souvent celui de la maturité, de l’évolution, celui des Tétines noires est synonyme de régression, de radicalisation. Loin de vouloir devenir adultes, ils se replient au contraire sur la folie sulfureuse de l’enfance, une enfance cruelle et drôle, insouciante et vicieuse…L’univers des Tétines noires est plus que jamais hanté par le théâtre de l’absurde, l’esprit de Artaud et Lautréamont. Toujours plus en avant dans la démarche, ils épurent leur musique, cassent l’harmonie des morceaux, laissent le délire envahir toujours plus leur création. Jouant avec la langue française, ils en explorent les contours, les sons, pour les déformer, les briser, les reconstruire…Ainsi dans ‘N& M (histoire de Lady Na)’, valse grinçante, les ‘Roseaux cervicaux’, sorte de ballade poético-psychopathe au piano ou bien entendu ‘Brouette nentale’. Si certains morceaux suivent des schémas ‘classiques’ comme ‘Hill house’ ou ‘Imminent imoral’ très branchés post punk goth, d’autres brouillent franchement les pistes comme ‘Epidemik pakotill’ rythmé par une voix féminine lancinante tandis qu’une sorte de Speedy Gonzales délire en arrière-fond ou ‘Bras sans jambe et glisse versa’ dont près de 15 minutes ne sont rien d’autres qu’un sample de brouhaha de foule qui tourne en boucle. Mon sentiment sur tout ça ? C’est génial, purement génial, fou drôle, glauque, sarcastique, débile, grandiose, bien arrangé. Un groupe culte, alors, ‘Brouette or not brouette’ ?

note       Publiée le lundi 6 octobre 2003

partagez 'Brouettes' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Brouettes"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Brouettes".

ajoutez une note sur : "Brouettes"

Note moyenne :        15 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Brouettes".

ajoutez un commentaire sur : "Brouettes"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Brouettes".

Solvant › vendredi 22 mai 2009 - 21:19  message privé !

Je réécoute cte brouette, c'est pour moi, ce qu'a fait de mieux le Comte d'Eldorado. La seule ombre c'est que c'était très fac listenning à l'époque. Et dans les campus yankees on passait quoi ? Pavement & Violent Femmes..ah ok.

Note donnée au disque :       
juj › dimanche 16 décembre 2007 - 04:20  message privé !
"Checke le premier, bro !" hahahaha, genre je le connais pas depuis une douzaine d'années
Note donnée au disque :       
cimetiere › samedi 15 décembre 2007 - 17:53  message privé !
Il m'a effectivement confirmé sa participation .
Note donnée au disque :       
Walter Benjamin › mardi 27 novembre 2007 - 04:46  message privé !
(Longtemps après mais je découvre seulement le disque, alors...) Ni Suomi ni Nippon, il y a des chances que ce soit du Joël Hubaut. C'est à dire du poète sonore complètement cintré. Pour l'avoir vu et entendu plusieurs fois en performance (notamment aux instants chavirés) et parce qu'un pote à moi bosse régulièrement avec lui, je confirme : RÉELLEMENT cintré !
Note donnée au disque :       
Solvant › mardi 24 juillet 2007 - 20:42  message privé !
Dans "Epidemik pakotill", est-ce bien un nippon fou qui est derrière ? Où alors c'est du suomi tres rauque...
Note donnée au disque :