Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTMasahiko Togashi › Rings

Masahiko Togashi › Rings

12 titres - 73:53 min

  • 1/ Ring 1 (7:44)
  • 2/ Ring 2 (6:03)
  • 3/ Ring 3 (6:10)
  • 4/ Ring 4 (6:49)
  • 5/ Ring 5 (4:33)
  • 6/ Ring 6 (6:00)
  • 7/ Ring 7 (15:27)
  • 8/ Ring 8 (1:39)
  • 9/ Ring 9 (6:59)
  • 10/ Ring 10 (4:06)
  • 11/ Ring 11 (4:41)
  • 12/ Ring 12 (3:42)

enregistrement

Tokyo, Japon, novembre 1975

line up

Masahiko Togashi (batterie, percussions, marimba, celeste, glockenspiel)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Masahiko Togashi a beau être hémiplégique, il n'en demeure pas moins un des percussionistes japonais les plus émérites du continent asiatique. Un peu à la manière de Paul Lovens, il a une approche de la percussion tout en nuance, où le silence prend un espace considérable pour mieux générer les tensions qui en résultent mais aussi pour donner plus de poids à chaques notes. Collaborateur à ses heures de son compatriote et ami, le guitariste Masayuki Takayanagi, on l'a déjà vu aux côtés de gens comme Steve Lacy ou Don Cherry, avec lesquels il partage pour l'un l'approche avant-gardiste, pour l'autre un intérêt marqué pour les musiques du monde. La musique de Rings a un côté méditatif, serein, où ce sentiment de plénitude confine à un semblant de sagesse, que la pochette ne manque pas d'évoquer. Parfois soulignées discrètement par quelques lignes de claviers, les douze étapes de ce cercle ne s'emballe que très rarement. Les seules fois où Togashi occupe l'espace pleinement en démultipliant les pistes avec, par exemple, des patterns rythmiques lancinant joués aux rototoms, c'est pour mieux avoir les mains libre afin de donner la part belle au pouvoir mélodique des vibraphones et autres percussions à bois. "Rings" est un album rare, non seulement parce que, c'est vrai, il n'est pas facile à se procurer, mais surtout parce qu'il s'éloigne singulièrement des albums solo du même genre, généralement ouvertement démonstratifs et dégoulinants d'égocentrisme. Aérien et sensible, cet album de Masahiko Togashi paru en 1975 ne fera certainement pas pâle figure dans votre collection de disques, intercalé quelque part entre Codona et Geinoh Yamashirogumi.

note       Publiée le jeudi 2 octobre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Rings".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Rings".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Rings".

bubble › jeudi 2 octobre 2003 - 14:55  message privé !
et ensuite tu nous fait quoi ? l'album blanc des beatles ? ;-)