Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCentipede › Septober energy

Centipede › Septober energy

  • 1972 - Neon, NE9 (2 vinyle)

4 titres - 85:23 min

  • 1/ Septober Energy Part One (21:43)
  • 2/ Septober Energy Part Two (23:34)
  • 3/ Septober Energy Part Three (21:21)
  • 4/ Septober Energy Part Four (18:45)

enregistrement

Wessex Studios, Londres, Angleterre, juin 1971

line up

Dave Amis (trombone), Roy Babbigton (basse), Brian Belshaw (contrebasse), Boz Burrell (chant), Ian Carr (trompette), Mark Charig (cornet), Jeff Clyne (basse), Nick Evans (trombone), Mongezi Feza (trompette), Wilf Gibson (violon), Brian Godding (guitare), Karl Jenkins (saxophone baryton, hautbois), Ian Macdonald (saxophone alto), John Marshall (batterie, percussions), Harry Miller (basse), Mike Patto (chant), Paul Rutherford (trombone), Elton Dean (saxophone alto), Rod Skeaping (Roddy Skeaping) (violon), Alan Skidmore (saxophone ténor), Brian Smith (saxophone ténor), Larry Stabbins (saxophone ténor), Keith Tippett (piano), Julie Tippetts (chant), Dave White (clarinette), Gary Windo (saxophone ténor), Robert Wyatt (batterie), Wendy Treacher (violon), John Trussler (violon), Carol Slater (violon), Louise Jopling (violon), Garth Morton (violon), Channa Salononson (violon), Steve Rowlandson (violon), Mica Gomberti (violon), Colin Kitching (violon), Philip Saudek (violon), Esther Burgi (violon), Michael Hurwitz (violoncelle), Timothy Kramer (violoncelle), Suki Towb (violoncelle), John Rees-Jones (violoncelle), Katherine Thulborn (violoncelle), Catherine Finnis (violoncelle), Peter Parkes (trompette), Mick Collins (trompette), Jan Steel (saxophone alto), John Williams (saxophone soprano), Dave Perrottet (trombone), Tony Fennell (batterie), Maggie Nicholls (chant), Zoot Money (chant), Jill Lyons (basse), Dave Markee (basse)

remarques

Paru à l'origine sur le label Neon, lancé par RCA qui voulait concurrencer le label prog Vertigo lancé par Philips, ce disque a connu depuis deux rééditions cd assez tardives. Pour ceux qui veulent néanmoins se procurer l'objet, je vous conseillerais d'acquérir l'édition double cd réalisée par Beat Goes On ; bien qu'elle ne se présente pas sous sa pochette originale (celle que vous voyez), elle a au moins l'avantage de vous proposer le disque dans son intégralité et sous format double cd.

chronique

Styles
jazz
progressif
Styles personnels
british jazz > free > canterbury

Centipede, c'est un peu le Grääl du rock progressif anglo-saxon, celui qui lorgnait, et pas qu'un peu, sur le jazz britannique, au point de parfois les confondre. Hélas, il est aussi porteur d'une déception immense, une farce involontaire, un pétard mouillé qui n'a pas su répondre à l'énorme attente qu'une affiche aussi incroyable que monstrueuse ne pouvait qu'engendrer. Nous sommes en 1971 et ce disque réunit autour de Keith Tippett et sa jeune épouse, Miss Julie Driscoll, tenez vous bien : King Crimson, Nucleus et Soft Machine. Ouais, je sais... Ça ne rigole pas. Souvenez-vous, Robert Fripp, éminence grise plutôt noire du Roi Pourpre, faisait alors des pieds et des mains pour tenter de persuader Keith Tippett d'intégrer une fois pour toutes King Crimson. Sans espoir. Au mieux, il pourra jouir de son apport crucial sur leur second, troisième et quatrième album. Et bien que les deux hommes soient restés fort proches, ce mariage de raison ne verra jamais le jour. S'improvisant producteur, Fripp sera derrière les manettes de son projet Ovary Lodge, mais aussi son introverti "Blueprint" qui surviendra après ce pantagruélique "Septober Energy". Encore un double album comme savait le produire cette époque fertile. Encore quatre longues plages, une par face, d'environ vingt minutes chacunes. Mais une demi réussite, je le disais plus haut. Si l'intention est honorable et les moyens mis en oeuvres considérables, "Septober Energy" se perd hélas trop souvent dans des exercices fastidieux qui renvoient, au mieux, au passage improvisé du "Moonchild" du premier King Crimson. Heureusement, les cuivres donnent leur pleine puissance au sein des morceaux, leur conférant une consistance qu'on a parfois bien de la peine à distinguer. Parmi les bons moments, on signalera tout de même que la quatrième partie n'est en réalité qu'une adaptation du magnifique "Green and Orange Night Park" que l'on trouvait déjà sur le second album du Keith Tippett Group. Mais nullement découragé, Tippett renouvellera l'expérience du super big band, et le réussira cette fois, avec Hugh Hopper aux manettes ; ce sera "Frames (Music for an Imaginary Film)" en 1977.

note       Publiée le jeudi 2 octobre 2003

partagez 'Septober energy' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Septober energy"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Septober energy".

ajoutez une note sur : "Septober energy"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Septober energy".

ajoutez un commentaire sur : "Septober energy"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Septober energy".

kranakov › mercredi 16 octobre 2013 - 18:54  message privé !

LITTÉRALEMENT ÉPOUSTOUFLANT ! c'est probablement pour cela aussi que se taper les 80 minutes d'une traite peut être un rien fastidieux. Mais quel pied !

Note donnée au disque :       
Coltranophile › vendredi 6 juillet 2007 - 17:25  message privé !
Le disque parfait pour s'arracher les cheveux: beaucoup de très beaux moments, certains vraiment somptueux. Mais, putain, qu'est-ce qu'on s'emmerde dans les intervalles, surtout qu'ils sont plus nombreux que les beaux moments. On a la triste impression d'une errance musicale qui à chaque fois qu'elle croit trouver une oasis s'aperçoit que ce n'est qu'un mirage.
Note donnée au disque :       
aur › mercredi 31 décembre 2003 - 11:10  message privé !
Ah, les sublimes envolées vocales de Julie Tippets sur SE Part 1 !!! çà me donne envie d'écouter Sunset Glow, chroniqué ici-même par notre excellent Proggy, très porté comme moi sur le british jazz, semble-t-il. Je tiens à faire l'éloge de la voix de Julie, de celle de Wyatt dans ces envolées softmachingmoliennes et sur Rock Bottom, et de celles du couple Vander sur "Les cygnes et les corbeaux". Cette oeuvre du grand Zebehn Straïn De Gestah devrait passionner tout mélomane digne de ce nom, et notre Sheer Kan en particulier. En effet, la composition et l'enregistrement de ce chef d'oeuvre ont pris 15 ans, et le résultat surpasse un grand nombre d'oeuvres de musiques classiques contemporaines chroniquées ici même !!! "Nul ne peut briser l'élan des rythmes libres, il vous rattrape là où vous l'attendez le moins !!!", nous rappelle Christian !
Note donnée au disque :       
aur › mercredi 12 novembre 2003 - 18:39  message privé !
Mais ce qui reste vivant après l'évènement, c'est avant tout la bonne humeur qui unissait les musiciens. Mon édition contient une photo dégoulinantes de barbes et de chevelures hippies, qui témoigne bien de l'état de l'esprit de l'époque. Les paroles de Julie Tippett invitent à abandonner le monde ancien et à reconstruire une unité entre les nations dans une libération totale ! Pourquoi pas. Wyatt conclut les notes de pochette (BGO Records) en nous disant :"It's the happiest group I've ever worked in", et en nous laissant un message très important de la part de Nick Evans : "Wah Hey" !!! Amen !
Note donnée au disque :       
aur › mercredi 12 novembre 2003 - 18:38  message privé !
Centipede, c'est un peu la tour de Babel du jazz progressif ! L'ambition de Tippett pour cette formation de 50 musiciens, est de réunir la ferveur et l'impact du big band et la sensibilité d'une petite formation. Mais il souhaitait aussi évoquer un vol de canards (Ducks in flight !!!) Les envolées free des canards en question sont malheureusement à la limite du supportable : Elton Dean est certaines fois très bon, d'autre fois très chiant ! La partie 4 est une ressucée de Green and orange night park, la partie 3 est moyenne. C'est plutôt l'intro et la conclusion de la première partie (7 min * 2), un long mantra de basses bourdonnantes (Ah ! Roy Babbington !!), de violons caressants et de percussions inventives et bavardes (John Marshall n'a pas fait mieux !!), qui sont intéressantes. La partie 2 est un prétexte aux soli de cuivres des Soft Machine, Keith Tippet, Nucleus, et autres, EXCELLENT!!! Le piano fou de Tippet croise le fer avec le hautbois de Jenkins, en rayonnant de 1000 feu !
Note donnée au disque :