Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBClaude Ballif (1924) › L'oeuvre pour flûte

Claude Ballif (1924) › L'oeuvre pour flûte

  • 2002 - Nocturne, S 204 - NT 100 (1 cd)

cd | 5 titres

  • 1 Un délire de dédales, 4ème concert symphonique pour flûte et orchestre op.49 n°4 (2000) [22.24]
  • 2 Sonate pour flûte et piano op.23 (1958) [17.11]
  • 3 mouvements pour 2 op.27 pour flûte et piano (1959) [10.39]
  • 4 Solfeggietto n°1 op.36 pour flûte seule (1961) [10.00]
  • 5 Chant de l’innocent, pièce facile pour flûte seule (1977) [6.05]

enregistrement

Enregistré à Paris en l’église réformée de la rue Cortembert, Piano Fazioli réglé par Jean-Michel Daudon (Pianoshpère) ; prise de son et direction artistique : Joël Perrot

line up

José Garcia Guerrero (flûte) ; Phillipe Keler (piano) ; Orchestre symphonique Simon Bolivar ; Manuel Hernandez Silva (direction)

chronique

Styles
musique classique
Styles personnels
comtemporain

Magique, sombre et envoûtante, la musique pour flûte de Claude Ballif trouve son équilibre instable entre mélodisme et atonalité, douceur et agression, pureté et esthétisme. De la pièce symphonique aux partitions solistes, les circonvolutions troublantes et virtuoses de l’instrument miracle hypnotisent et dérangent, pénètrent le cerveau et vous tiennent sous leur chant. D’allure difficile, la musique de Ballif est en fait immédiate, complexe mais sans opacité, pour peu que l’on se laisse aller à son flot capricieux et à ses suites de notes étranges et magnifiques. «Un délire de dédales» commence par la tourmente de l’orchestre qui hurle pour se taire aussitôt, les cuivres sont dissonants, les rythmes inattendus… avant que l’instrument ne s’insinue enfin et n’entame son récit aux détours captivants. Ballif s’attache aux percussions, clochettes et xylophones, fait dialoguer les sons dans les hauteurs aiguës tout en plaquant plus bas des accords névrosés, cordes noires comme la nuit, cuivres laids et tranchants, ou installe des moments de tensions souterraines et de grondements contenus sur le matelas desquels il fait chanter une flûte qui révèle l’ombre de Pan. Ce délire de dédales se déroule comme une scène aux nombreux événements et aux lumières changeantes. Les rythmes y sont brisés, les tempi très rapides avant d’être rompus par de soudaines plongées qui distendent le discours jusqu’à le faire vagir. Plus intriguantes encore, les quatre pièces suivantes pour deux ou un soliste fascinent par leur richesse et leur intelligence. Oniriques et intellectuelles, elles confrontent un piano aux gouttes imprévisibles à une flûte sublunaire, qui siffle, qui roule… qui s’étire tout doucement en des notes inquiétantes. De la musique par éclats, en ruptures de silence, qui parcourt tout l’espace en se moquant de tout comme le démon pointu. Inventeur de l’autoproclamée Métatonalité, Claude Ballif a certes trouvé là un terme qui lui va bien. Le Solfeggieto solitaire est une fabuleuse errance d’un instrument perdu entre notes et bruits bruts, entre cris et questions, entre recherches discrètes sur la forme du son et rêveries pures et simples. Quarante années de vie pour cette heure de musique, de 1958 à 2000 Ballif a peaufiné des partitions subtiles aux lueurs plutôt sombres. De la très, très, très belle musique…

note       Publiée le dimanche 28 septembre 2003

partagez 'L'oeuvre pour flûte' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "L'oeuvre pour flûte"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "L'oeuvre pour flûte".

ajoutez une note sur : "L'oeuvre pour flûte"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "L'oeuvre pour flûte".

ajoutez un commentaire sur : "L'oeuvre pour flûte"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "L'oeuvre pour flûte".

marine-mia › lundi 14 juin 2004 - 17:44  message privé !
Le moindre détail n'échappe pas au chroniqueur, on a l'impression de lire l'analyse psychologique de la musique de Ballif. Quel ouverture d'esprit !
taliesin › mardi 30 septembre 2003 - 07:46  message privé !
Visiblement à découvrir ! Si cette oeuvre égale le terrible 'A cor et à cri', ce sera un 6 ^_^