Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIce Ages › Strike the ground

Ice Ages › Strike the ground

cd • 12 titres

  • 1A dream as real as darkness (part 1)
  • 2A dream as real as darkness (part 2)
  • 3Strike the ground
  • 4Time of dawn
  • 5Endless circle
  • 6Shrink to nothing
  • 7Almost invisible
  • 8Trapped and scared
  • 9Dead but wide awake
  • 10Darkend world
  • 11Transparent dreams
  • 12Eternal sleep.

enregistrement

Tonspur AG, Buchs, Suisse

line up

Protector (at) (chant, synthés, programmation)

remarques

chronique

Styles
electro
dark wave
Styles personnels
dark électro glauque

Curieusement, à l’époque de sa sortie, ce disque n’avait pas fait grand bruit et nombre de gens n’apprendront l’existence de Ice Ages qu’avec la sortie de ‘This killing emptiness’, près de cinq ans plus tard. ‘Strike the ground’ a pourtant tous les éléments qui font un bon album de dark electro. Rien d’étonnant puisqu’aux commandes des machines, on trouve Richard Lederer, également connu pour ses travaux symphonico-heavenly au sein de Die Verbannten Kinder Evas et en tant que membre du duo black métal de Summoning. C’est à la fois la force et la ‘faiblesse’ (encore que je n’apprécie guère ce mot) de ce projet ; la force car Lederer a une technique de création assez fine, construisant progressivement chaque pièce autour de rythmes mi-lents qu’il étoffe de nappes de synthés glauques au fur et à mesure. La voix est trafiquée et l’on pourrait éventuellement situer Ice Ages dans la lignée de Wumpscut mais en moins sauvage et plus désenchanté. Lederer parvient à concilier lourdeur, noirceur et mélodie de brillante manière en évitant les habituelles structures et rythmes typiques de l’electro, ce qui le placerait davantage dans la lignée spirituelle de groupes comme Das Ich. La faiblesse, en admettant que l’on considère cela ainsi, vient du fait que lorsque l’on connaît bien les deux autres projets de notre homme, sa technique de composition devient trop aisément reconnaissable, trop similaire : même genre de tempi, d’orchestrations, seules les sonorités changent. Abstraction faite de ce détail, je ne puis qu’encourager à découvrir cet album injustement ignoré, peut-être car moins dansant que In Strict Confidence, Wumpscut, Yelworc et autres, ou juste faute de distribution adéquate ? Les amateurs d’ambiances glauques et froides seront largement servis, au coeur de la machine, une froide vallée attend les âmes perdues...

note       Publiée le jeudi 25 septembre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Strike the ground".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Strike the ground".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Strike the ground".

cyberghost › jeudi 11 mars 2004 - 23:55  message privé !
Un disque aux ambiances glaciales... assez réussi pour un premier essai, même s'il est vrai qu'il ne s'agit là que d'une nouvelle déclinaison de sa formule habituelle... Cela dit, je l'écoute pas souvent, pasqu'à chaque fois, j'en sort déprimé...
Note donnée au disque :       
Les.Mondes.Gothiques › jeudi 11 mars 2004 - 21:23  message privé !
brrrrrrrr .. . ..rr