Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIIce Ages › This killing emptiness

Ice Ages › This killing emptiness

cd • 10 titres

  • 1Far gone light
  • 2Lifeless sentiments
  • 3The fiend
  • 4I come for you
  • 5This killing emptiness
  • 6Heartbeat
  • 7The last time
  • 8Shades of former light
  • 9The denial
  • 10Lost in daze

enregistrement

Enregistré, mixé et produit par Richard Lederer au Nachtschattenstudio.

line up

Protector (at) (chant, synthés, programmation)

remarques

chronique

Styles
electro
gothique
Styles personnels
dark electro glauque

Est-ce pour avoir été distribué par SPV ? Ou à cause de la réputation croissante de Richard Lederer au sein de Summoning et Die Verbannten Kinder Evas ? Toujours est-il que le second album de son projet dark electro Ice Ages a reçu un plus large accueil que le pourtant très valable ‘Strike the ground’. Une chose est certaine, entre ces deux disques, sa vision des choses n’est pas devenue plus optimiste, au contraire. Les atmosphères de ‘This killing emptiness’ sont encore plus lourdes et glaciales. On retrouve certes la patte ‘Lederer’, c’est à dire un goût pour les rythmes lents et des orchestrations presque symphoniques (même si les sons ici utilisés sont electro). La musique de Ice Ages n’est pas là pour faire danser (cela devient rare parmi les projets dark électro), elle trop glauque pour cela, même si elle se place volontiers dans la lignée des travaux les plus’ atmosphériques’ de Wumpscut ou Yelworc. Ce que j’apprécie chez Ice Ages, c’est que voilà une musique qui ne se laisse pas contaminer par la mode, on n’y retrouve pas en effet les multiples éléments techno et autres structures habituelles de la plupart des groupes contemporains oeuvrant dans le style, on sent un réel travail sur les sonorités et les atmosphères et c’est probablement ce qui fait la force de cet album enveloppé dans un écho glacial, déprimant à souhait. Par contre, si la production est meilleure, on peut regretter que Lederer n’ait pas cherché à se renouveler davantage par rapport à son premier opus. On lui pardonne volontiers vu la noirceur et la qualité de ce travail (écoutez donc 'The fiend' ou 'This killing emptiness') mais qu’en serait-il d’un troisième disque ? Car il y en aura un, hein,hein ?

note       Publiée le jeudi 25 septembre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "This killing emptiness".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "This killing emptiness".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "This killing emptiness".

julius_manes › lundi 1 août 2011 - 13:12  message privé !

Manque clairement 1 ou 2 ingrédients par rapport au dernier, "Buried silence" (2008), comme une texture sonore plus riche ou des compos moins simplistes, ce qui donne un album assez monotone et relativement répétitif. L'ambiance est là (ce one-man-band porte bien son nom), mais c'est long et le résultat final est très moyen : 2,5/6.

Note donnée au disque :       
Marco › mardi 9 septembre 2008 - 21:03  message privé !
avatar
voire BeksinskI
Note donnée au disque :       
xtofchambers › mardi 9 septembre 2008 - 13:56  message privé !
A noter également une pochette empruntée à un artiste génial polonais BEKSINSKY sa galerie est à voir, rue quincampois à Paris (proche de beaubourg) y'a plein d'autres peinture tout aussi dark, mais celle ci est ma préférée de tous temps...
Les.Mondes.Gothiques › dimanche 11 janvier 2004 - 12:19  message privé !
La lUMièRe écLAiRE ICe AGes au MILIeu Des TénèBReS .. .
Note donnée au disque :       
Ywrath › samedi 27 septembre 2003 - 11:44  message privé !
Je l'aime bien cet album, tout à fait le genre d'electro que j'apprécie (c'est à dire Dark). Cependant il n'y a pas grand chose d'innovant, car on retrouve des ambiances à la :Wumpscut: ou Velvet Acid Christ. Cependant c'est interressant de voir les influs electro que Protector (Summoning) se trimballe. Certainement dues à sa connivence avec Raymond Wells, l'esprit qui se cache derrière Pazuzu...
Note donnée au disque :