Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCaprice › Elvenmusic

Caprice › Elvenmusic

cd • 12 titres

  • 1The realm of faerie
  • 2Princess Mee
  • 3Song of the wind
  • 4Far over misty mountains
  • 5The last dance
  • 6Lullaby
  • 7The Mewlips
  • 8Of Amroth and Nimrodel
  • 9The road goes ever on and on
  • 10Merrymaking of the forest elves
  • 11Of True Thomas and Fairy Queen
  • 12Farewell

enregistrement

Enregistré à Moscou entre septembre 2000 et janvier 2001.

line up

Anton Brejestovski (compositeur, chef d'orchestre, clavier), Inna Brejestovskaya (chant), Vladimir Bobovnikov (flute), Vlad Komissarchuk (cor anglais), Valeri Vasiliev (clarinette), Andrei Abakumov (clavier, programmation), Alexandra Korzina (violon), Alexei Tolstov (violoncelle), Alexei Bazhalkin (basson), Denis Golubev (hautbois), Tatiana Strunina (harpe), Ostlupusmmeon (voix)

remarques

tous les textes sont de JRR Tolkien, à l'exception du titre 11 (air traditionnel arrangé par Francis James Child)

chronique

Styles
musique classique
Styles personnels
néoclassique

Tolkien n’en finit pas d’inspirer les artistes à travers le monde. L’intérêt dans le cas de Caprice, c’est que, tout d’abord, ils viennent de Russie, ensuite, il ne s’agit ni d’un groupe de métal, ni d’une formation gothique mais bel et bien d’un ensemble néoclassique. Attention, leur approche est bien différente de ce que vous pourriez imaginer ; ici, nulle envolée symphonique ou rythmique martiale, Caprice a volontairement délaissé l’aspect guerrier pour se concentrer sur le monde des elfes et des fée. Il en résulte une musique plus délicate et poétique qui pourrait même par instant servir de bande son au ‘Songe d’une nuit d’été’ de Shakespear. Peu de percussions donc (exception faite de ‘Lullaby’, probablement la pièce la plus dramatique du disque, ‘Road goes ever on and on’, coloré d’influences ethniques) mais des violons, des harpes, des hautbois qui évoluent, virevoltent par touches saccadées, entre ambiances purement néoclassiques et cabaret, légèreté moqueuse (‘Princess Mee’) et tension dramatique ( ‘Lullaby’). Tout en la musique de Caprice évoque la rosée à l’aurore, le bruissement des ailes, les rondes de farfadets, bref un monde en harmonie même si le danger n’est jamais loin. Si le chant féminin est plutôt haut perché, des morceaux comme ‘The realm of faerie’ ou ‘Of Amroth and Nimrodel’ incluent aussi un peu de récitation. Une touche de mélancolie pimente allégrement cet album bien mené, mais malgré tout un peu feutré et qui manque parfois d’un ‘je ne sais quoi’ qui lui donnerait plus de corps. Exception faite de cette remarque, ‘Elvenmusic’ reste un beau voyage onirique dans un univers féerique que la musique de Caprice (qui demande tout de même un certain goût pour le néoclassique) évoque à merveille. A noter que ce disque est le premier d’une suite consacrée au monde elfique selon Tolkien.

note       Publiée le lundi 22 septembre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Elvenmusic".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Elvenmusic".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Elvenmusic".

Arch-Vile › mercredi 24 septembre 2003 - 15:35  message privé !
Grim : déçu? Moi c'est tout le contraire, je m'attendais à du caricatural et j'ai découvert une musique vraiment belle et inspirée.
Note donnée au disque :       
Marco › lundi 22 septembre 2003 - 23:13  message privé !
avatar
Oui, j'aurais pu, mais non :))...Je n'ai pas d'album de Caprice en fait. Je respecte Prikosnovénie mais ne suis pas friand de ce qu'ils produisent. Et puis dès qu'il s'agit de fantasy (elfe, fées et gnagnagna)...Moi pas tellement aimer (lol). En gros, je laisse le champs libre à Twilight pour tout ce qui est heavenly (à de rares exceptions près) ou gothic-rock/death-rock.
taliesin › lundi 22 septembre 2003 - 14:11  message privé !
Chouette il est chroniqué ! Et par Twilight - mais qui d'autre bien sûr (Marco, peut-être ^_^) ? Je dois admettre qu'en général, le genre que l'on dénomme "heavenly voices" (ou même, plus largement, néoclassique) a tendance à me guider rapidement vers les bras de Morphée... Alors que Caprice m'invite à un voyage onirique bel et bien éveillé mais néanmoins doux, chaleureux, doré, parfumé, raffiné... Toute l'elvitude (ou elfitude ? ^_^) en musique !
Note donnée au disque :       
Grim › lundi 22 septembre 2003 - 13:53  message privé !
Je me suis laissé avoir par l'apparence et le nom du cédé. Mais c'est très moyen et ça fait pas beaucoup rêver. Je trouve quand même que c'est une curiosité ce disque, il faut jeter une oreille pour avoir une idée.
Note donnée au disque :