Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPA Perfect Circle › Thirteenth Step

A Perfect Circle › Thirteenth Step

cd | 12 titres

  • 1 The package
  • 2 Weak and powerless
  • 3 The noose
  • 4 Blue
  • 5 Vanishing
  • 6 A stranger
  • 7 The outsider
  • 8 Crimes
  • 9 The nurse who loved me [reprise de Failure]
  • 10 Pet
  • 11 Lullaby
  • 12 Gravity

enregistrement

Produit et enregistré à A Perfect Circle Studio par Billy Howerdel...

line up

Josh Freese (batterie), Maynard James Keenan (chant), Billy Howerdel (guitare, chant), Jeordie White (basse)

Musiciens additionnels : Devo (choeurs 10), Jarboe (vocals on 3, 11), Danny Lohner (guitare [3]), Troy Van Leeuwen (guitare 1, 5, 12), Patrick Warren (instrumentation [9]), The section quartet ([6, 9]), Jon Brion (instrumentation [9])

remarques

aPC live is : Maynard James Keenan, Billy Howerdel, Josh Freese, Jeordie Orsborne White, James Iha

chronique

Force m'est d'avouer que je n'ai pas été convaincu du tout à la première écoute de ce deuxième opus de aPC. Il faut dire que je suis grand fan du premier que je trouve relativement intemporel entre autres qualificatifs encenseurs. Je ne rejoins donc pas mes camarades chroniqueurs sur ce groupe qui certes est tout à fait accessible voire pop mais n'en demeure pas moins à mon sens bien plus profond que ce que l'on veut bien croire. Bref j'aimais beaucoup "Mer de Noms" et j'avais des reflexes pavloviens à foison lorsque je déballais fébrilement "13th step". Et là je me retrouve avec de la musique fade, fade et molle. Mais avec un je-ne-sais-quoi qui fait qu'on y revient encore et encore. Après donc trois ou quatre jours où le CD n'a pas tourné moins de cinq fois par jour je suis persuadé que cet album est bon. Les ambiances sont éthérées et ce que j'avais pris pour de la fadeur est en fait de la subtilité, certes il n'est pas parfait, certains morceaux sont dispensables (notamment le très pénible "Nurse...") mais d'autres éveillent en moi des sentiments contradictoires, sérénité et tristesse, mélancolie et envie d'en découdre... Bref je voyage avec le disque, transporté par la voix de Maynard omniprésente et toute en infimes variations. La section rythmique est impeccable et tour à tour lancinante, vivante, tribale, tout y passe. Quant aux guitares elles sont à première vue en deça des magnifiques sons de "Mer de Nom", mais meme si on ne retrouve pas la fraicheur de "Rose" ou de "Judith" ici c'est plus dans des arpèges clairs et purs que l'on cherchera la note qui fait mouche, l'accord qui se déploie et sonne encore plusieurs heures après l'écoute. En bref c'est un album qui se découvre peu à peu et pas directement meme si certains morceaux plus rock peuvent avoir raison des novices qui n'ont pas usé leur copie du précédent. Mais voilà : "The Noose" est splendide avec son enchevètrement de couches multiples, "The Package" fera résonner sa ligne de chant dans votre esprit et "Gravity" vous laissera un gout amer de fin prématurée d'une expérience qui s'éteint trop vite. Pour ne citer que ceux-là. Si je ne mets pas un 6/6 c'est soit qu'il me manque une douzaine d'écoutes, soit que je perçoive de-ci de-là de la redite et peut-etre le sentiment que ce coup-là ne marchera pas deux fois... Pavlov sera avec moi au troisième album d'un groupe qui fera date en ma vision du monde.

note       Publiée le lundi 22 septembre 2003

chronique

Styles
metal alternatif
rock
Styles personnels
alternatif > post grunge

Bon, bein, le moins que l'on puisse dire, c'est que je ne suis pas vraiment du même avis que notre ami Hern. Certes, "Mer de Noms" avait mis du temps à réellement me convaincre et on pourrait me reprocher une fois de plus de vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Mais j'ai la désagréable impression que cette fois le second effort de Billy Howerdel et ses joyeux drilles ne parviendra pas à me faire changer d'avis. A Perfect CIrcle a pris du coffre, de l'assurance, au point d'enrôler James Iha (ex-Smashing Pumpkins) et même Twiggy Ramirez (des clownesques Marylin Manson, mais est-ce vraiment un bien ?). Y gagnent ils vraiment au change quand on sait qu'au passage ils ont perdu la violoniste Paz Lenchantin auquel le précédent opus devait beaucoup ? Les choses ont surtout l'air d'être devenues beaucoup plus laborieuses. Sur les modestes morceaux excédants rarement les cinq minutes que comportait "Mer de Noms", il y avait plus d'inventivité, de recherche et d'originalité que sur l'intégralité de ce tout nouveau disque. J'en veux pour preuve des titres comme "Crimes" ou "Lullaby", qui ne sont ni plus ni moins que des intro de morceaux possibles dont le groupe n'a à priori pas su trop quoi en faire. Sans doute, leur rôle désigné sur "Thirteenth Step" est celui de pause ou d'interlude. Moi, je veux bien, mais quand il n'y a pas déjà grand chose à se mettre sous la dent... Passées à la trappe également les petites touches élèctro qui ont aidé le groupe à affirmer leur personnalité propre au-delà des comparaisons évidentes qui surgiraient au sujet de Tool. Et on en arrive tout simplement à un constat navrant : retirez leur la voix de James Maynard Keenan, et que reste-t-il à A Perfect Circle sinon rien, ou en tout cas pas grand chose ? Les seuls moments vraiment crédibles sont "The Outsider" et "Pet" qui surviennent un peu tard, un "Gravity" plus convainquant que ce que nous a offert les suédois d'Anekdoten cette année (pas difficile) et, dans une moindre mesure, "The Package". Mais, là encore, gros problème ; la filiation avec Tool est plus que flagrante alors que "Mer de Noms" avait réussi à ne jamais tomber dans ce piège. Bien sûr, on me reprochera de vouloir toujours chercher la petite bête, de me plaindre d'un manque d'originalité chez un groupe qui répète la même formule à l'envi, quand ce n'est pas pointer du doigt, au contraire, un manque de constance chez un groupe qui, justement, tente, bon gré mal gré, de se diversifier. Et alors ? Oui, vous avez peut-être raison... Mais c'est qui le chroniqueur ? Alors, quitte à s'envoyer un ersatz aseptisé de Tool aux contours bien propres et au charisme raplapla, je préfère encore m'envoyer cent fois (de plus) un bon "Aenima" de derrière les fagots. Décevant, ce disque n'a même pas les qualités requises pour m'aider à attendre le nouveau Tool... En espérant qu'ils ne le foirent pas celui-là, comme faillit l'être d'ailleurs "Lateralus"...

note       Publiée le lundi 6 octobre 2003

partagez 'Thirteenth Step' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Thirteenth Step"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Thirteenth Step".

ajoutez une note sur : "Thirteenth Step"

Note moyenne :        57 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Thirteenth Step".

ajoutez un commentaire sur : "Thirteenth Step"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Thirteenth Step".

(N°6) › dimanche 15 avril 2018 - 19:45  message privé !
avatar

Quel beau chanteur ce Maynard. Quelles belles chansons. Quel bel album.

enslaver_666 › jeudi 22 mars 2018 - 20:01  message privé !

Les deux nouveaux singles, "The Doomed" et "Disillusioned", sont de vraies petites bombes, avec un Maynard au top de sa forme vocale. Très catchy, tout en gardant la saveur sombre de APC.

torquemada › lundi 6 novembre 2017 - 21:49  message privé !

56 en fosse, c'est trop cher évidemment mais moins délirant.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › lundi 6 novembre 2017 - 12:54  message privé !
Rastignac › jeudi 7 septembre 2017 - 11:28  message privé !
avatar

J'ai vu (et non rêvé parce que ça me taraude des fois) une récente interview sur l'enregistrement du dernier Tool qui prend du temps, vu qu'ils ont une procédure assez longue si je comprends bien le Maynard. Il parle aussi un peu de Puscifer et de APC (ça se trouve facilement sur youtube - pour les anglophones par contre).

Note donnée au disque :