Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDesiderii Marginis › Songs Over Ruins

Desiderii Marginis › Songs Over Ruins

cd • 11 titres • 56:38 min

  • 1Songs over ruins I04:46
  • 2Scintillate II06:28
  • 3Ephemeral07:05
  • 4Chrism03:59
  • 5Entombment04:53
  • 6Ashes04:24
  • 7Solemn descent05:00
  • 8The core of hell II05:08
  • 9Embossed in bones, hidden...04:15
  • 10Songs over ruins II05:02
  • 11Chreston05:38

extraits audio

informations

Enregistré en 1996 au Meadowland Studio, Mjölby

Reédition en boîtier cristal en 2001 Remaster CD (500 ex.) et vinyle (250 ex. noir, 100 ex. vert) par Cyclic Law en 2017 Disponibles sous divers formats numériques

line up

Johan Levin

chronique

  • electro - indus post apocalyptic

Rien que le titre de l’album résume bien la musique qui nous est présentée par Desiderii Marginis. En effet « Songs over ruins » est la musique post apocalyptique par excellence, celle-ci apportant bon nombre de visions à son écoute. On s’imagine en fait au milieu d’un monde ou plus rien n’existerait en dehors des ruines d’un glorieux mais douloureux passé et des cendres encore chaudes de toutes les formes de vies organiques anéanties. Rien en dehors de la poussière soulevée par le vent ne bougerait, et au loin une seule et unique musique s’élèverait et ce serait ce « Songs over ruins ». Pour parvenir à dégager en nous ces visions, Desiderii Marginis aura été piocher des éléments aussi bien dans la musique électronique que dans l’indus. En effet, nous retrouvons un savant mélange entre les claviers harmonieux et froids, les percussions sonnant de manière très martiale et les bruits étranges et inquiétants typique de l’indus. Les premiers incarneraient alors toute la désolation du paysage en présence, la grande déchéance, la fin de tout et exprimeraient au mieux les sentiments qui en découleraient. Les sons industriels quant à eux représenteraient le bruit naturel que ferait des tôles ou des morceaux de ferraille s’entrechoquant muent par le vent, ou bien le son qui s’échapperait d’usines désaffectées et désertées, à la fois troublant et inquiétant mais pourtant fascinant. Les structures des morceaux sont parfaitement établies puisque chaque éléments (et ça foisonnent de détails) présents se chevauchent sans pour autant tomber dans une cacophonie désagréable, mais bien en restant dans cet aspect harmonieux, froid, triste et déprimé. Quelques voix viennent agrémenter l’ensemble, que celles-ci soient de simples narrations ou bien des chœurs religieux apportant cette touche supplémentaire de sérénité, comme si pour les musiciens (et peut être moi même puisque je le ressens ainsi), l’apocalypse était source de bien être, voire même salutaire et salvateur, un véritable purgatoire donc. Une œuvre terriblement envoûtante dont j’ai toujours du mal à me remettre tellement ce qui s’en dégage est fort et prenant.

note       Publiée le dimanche 7 septembre 2003

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Songs Over Ruins" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Songs Over Ruins".

notes

Note moyenne        13 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Songs Over Ruins".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Songs Over Ruins".

Dead26 Envoyez un message privé àDead26

Cet album a été ré-édité chez Cyclic Law avec un artwork différent en édition limitée cd digipack et lp.

Note donnée au disque :       
Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

A mon sens, le meilleur. Talonné de près par 'Dead beat'

Note donnée au disque :       
Dead26 Envoyez un message privé àDead26

Un vrai petit bijou de noirceur ce premier album, j’adore ce mélange de dark ambiant, de sons industriels et de percussions. Une ambiance parfois martiale et épique et que j’ai eu du mal à retrouver dans les albums suivants qui traînent un peu plus sur la longueur mais tout à fait bon dans le genre...

Note donnée au disque :       
No background Envoyez un message privé àNo background

Disque acheté pour découvrir le genre dark ambient. Pas de regret, cet album m'emporte à chaque fois dans ce monde post-apocalyptique, dans lequel on sent bien que la présence humaine vient juste de s'éteindre. Je ressens également cette sérénité dont parle Stéphane.

Note donnée au disque :       
Lethal Envoyez un message privé àLethal

Je verrai bien cet album traversant le film "The road", tout colle parfaitement au paysage. Pour l'album, le meilleur de Desiderii Marginis tout simplement.

Note donnée au disque :