Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLucisferrato › Ingermanland

Lucisferrato › Ingermanland

cd • 7 titres

  • 1Götterdämmerung
  • 2Infants with deathgrant
  • 3Sign of despair
  • 4Nopainnobelief
  • 5Totenvögel
  • 6Ahnenerbe
  • 7Miasma

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

aucune indication de personnel

remarques

chronique

Styles
indus
Styles personnels
indus possédé / ambient hanté glauque

La première question que je me suis posée en ouvrant le livret a été de savoir si l’homme posant tout souriant avec ses deux merveilleux bambins était bien celui derrière Lucisferrato. Si c’est le cas, c’est à vous en glacer les sangs tant le contraste entre cette image idyllique et la musique de cet album est saisissant. Ce qui démarre comme un air d’opéra se mue rapidement en véritable symphonie des ténèbres, des nappes de samples indus symphoniques s’élèvent, une voix masculine haut perchée se greffe sur la première, rejointes ensuite par une troisième plus proche du grognement d’une bête infernale et le tout se mue une véritable lutte vocale possédée qui évoque volontiers une sorte de Diamanda Galas au masculin. Le second morceau démarre sur des plages lourdes et ambient ponctuées de clochettes sur lesquelles s’élèvent des voix hantées en arrière-fond puis une sorte de grincement insistant tandis que ça et là surgissent quelques rapides montées sonores qui contribuent à accentuer l’impression de malaise et de noirceur qui se dégage de la musique. Pour renforcer l’effet sur les nerfs, les variations sont minimes et les titres plutôt longs, ce qui plonge l’auditeur dans une transe lugubre qui requiert un état d’esprit adéquat. L’aspect ambient est encore développé sur le troisième morceau dont les nappes, au début à peine perceptibles, se soulèvent progressivement comme des souffles, s’enrichissant de sonorités plus métalliques au fur et à mesure que s’élèvent des chœurs ténébreux loin en arrière-fond. Nous ne sommes pas si éloignés ici des travaux les plus glauques de Raison d’être. Sentiment confirmé sur ‘Nopainnobelief’, sorte de bouillonnement abyssale d’où toute forme de lumière semble avoir fui. Une voix vient nous en sortir au cinquième titre mais doit-on s’en sentir soulagé ? Vu les hurlements et les couches de voix superposées qui s’ajoutent, non, car on a bien vite l’impression de se sentir au cœur d’une séance d’exorcisme. Cette ambiance de folie pure se conclut par une pièce plus symphonique dans sa structure mais tout aussi oppressante rythmée comme le pas d’une armée en marche entrecoupée de samples tirés de la période du IIIème Reich avant une salve d’explosions, une plage de bribes en boucles tout à fait dans l’esprit d’un ‘Live at Bar Maldoror’ de Current 93 pour retomber sur la marche du début du morceau. Le sample folklorique de fin peut rassurer mais c'est sans compter 'Miasma', collage bruitiste entre Skinny Puppy, Brighter death now et l'Exorciste qui vous achèvera définitivement. Si au niveau atmosphérique ‘Ingermanland’ remplit parfaitement ses objectifs en nous livrant un album lourd, sombre, lugubre et oppressant à souhait, on peut néanmoins lui reprocher la longueur de ses pièces et le manque de variations, ou préciser du moins que ce genre d’album requiert une écoute attentive et des conditions adéquates, brrrr.

note       Publiée le mercredi 3 septembre 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ingermanland".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ingermanland".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ingermanland".

Slugbait › lundi 25 juillet 2005 - 18:48  message privé !
en général les productions Hau Ruck c'est souvent a double tranchant, on aime ou on deteste, mais force est de constater que albin julius se régale a sortir tout ce qui lui plait (sans jamais faire de promo, ce qui parfois rend les découvertes difficiles) Il y vraiment beaucoup de truc excellent chez Hau Ruck (et pas qu'en "indus martial", loin de la!) - Pour en revenir a Lusciferrato, j'ai trouvé ça tres interessant a la premiere écoute, reste plus qu'a dénicher l'album...
Marco › jeudi 4 septembre 2003 - 07:08  message privé !
avatar
J'atteris moi ! Sa nationalité était déjà signalée ! (mais si Twilight, je t'assures je lis tes chroniques,lol)
Marco › jeudi 4 septembre 2003 - 07:07  message privé !
avatar
C'est vrai que cet album est plutôt spécail, on rentre dedans ou on fait l'indifférent. Pour ma part, je l'ai trouvé sympa mais bon, je susi passé à autre chose ensuite...Et pour info, je crois que notre bonhomme est russe (même la bio du soldat inconnu est plus complète !)