Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSkeleton Key › Obtanium

Skeleton Key › Obtanium

11 titres - 40:44 min

  • 1/ Sawdust (3:39)
  • 2/ One Way, My Way (3:31)
  • 3/ Candy (3:17)
  • 4/ Panic Bullets (3:28)
  • 5/ The Barker of the Dupes (3:14)
  • 6/ Kerosene (3:00)
  • 7/ Dingbat Revolution (2:23)
  • 8/ Roost in Peace (3:28)
  • 9/ King Know It All (3:03)
  • 10/ That Tongue (3:51)
  • 11/ Say Goodnight (7:50)

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Bleak House et The Hiss Factory, USA, 2002

line up

Rick Lee (batterie, percussions), Eric Sanko (Erijk Sanko) (basse, programmation), Chris Maxwell (chant, guitare, programmation)

chronique

Avec Tomahawk, Skeleton Key est sans doute la formation la plus mainstream du catalogue Ipecac, celle qui a le plus de chance d'attirer à elle un public plus large. Cette volonté farouche d'écrire des chansons, et des chansons avant tout, est nettement perceptible, s'inscrivant dans le prolongement d'une rencontre hypothétique entre les musiciens de Faith No More et un Kurt Cobain enfin en paix avec lui-même. Les mélodies n'ont d'ailleurs rien de compliquées, mais l'approche est moins évidente qu'il n'y paraît si bien qu'"Obtanium" a en main tous les éléments qui en font un album qui a besoin de s'apprivoiser avec le temps. Dans un certain sens, on retrouve dans ce constat en demi-teinte le même effet que procurait déjà à l'époque l'écoute des albums d'Oingo Boingo (et, à ce titre, à mes yeux, ce n'est pas un hasard si Danny Elfman est épinglé dans les remerciements). Mais Skeleton Key serait un groupe bien morne et ennuyeux s'il ne se contentait que de cela. Ce qui cimente la personnalité du groupe et qui lui donne son cachet, c'est son approche particulière des rythmiques qui proviennent en général de tout ce que l'on peut imaginer, sauf d'une batterie. Par exemple, "The Barker of the Dupes" ou "Roost in Peace" font songer à du Tom Waits, avec ses casseroles creuses, sales et boîteuses. Pour le reste, la plupart des morceaux contrebalancent ce manque d'immédiateté avec des tas d'interférences sonores diverses et autres bruits brouillons à la forte densité. En cela, ce que tente d'accomplir ici Skeleton Key fait se dresser un parallèle inévitable avec ce qu'avait accompli le regretté Soul Coughing. L'un dans l'autre, "Obtanium" est un album digne d'intérêt mais qui, en dépit de tous leurs efforts, ne possède pas suffisamment d'éléments pour les démarquer radicalement de tout ce que l'on a pu déjà s'envoyer en travers des trompes d'Eustache jusqu'ici.

note       Publiée le jeudi 14 août 2003

partagez 'Obtanium' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Obtanium"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Obtanium".

ajoutez une note sur : "Obtanium"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Obtanium".

ajoutez un commentaire sur : "Obtanium"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Obtanium".

tom › dimanche 31 décembre 2006 - 18:18  message privé !
bon album , mais largement inferieur a leur excellent premier "Fantastic Spikes Through Balloon" , delice de groove crado et percu anachistes , de son lo fi et de refrains bien senti avec en point d'orgue l'hypnotique et magnifique "the needle never end" , un groupe méséstimé , "fantastic sppikes ..." est un album a decouvrir
Note donnée au disque :