Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesII-wolf › Soul strata

I-wolf › Soul strata

12 titres - 56:54 min

  • 1/ Crescendo (0:29)
  • 2/ Careful Who You Love (5:35)
  • 3/ Never Leave (5:10)
  • 4/ Falling (5:49)
  • 5/ Raise My Hand (5:30)
  • 6/ Inna Meditation (5:57)
  • 7/ Positivity (4:38)
  • 8/ Lil Things (4:40)
  • 9/ 3/9/1975 (1:04)
  • 10/ Somebody Say (7:49)
  • 11/ Be My Light (3:49)
  • 12/ Tear It All Down (6:24)

enregistrement

The Treehouse (Pasadena), Massone (Oakland), Dublab (Los Angeles), USA et I-Wolf's Apartment, Vienne, Autriche, 2002

line up

Dälek (chant), Damon Aaron (chant, guitare acoustique), César (chant), Jon Buck (trombone), Rob Hdt (scratches), Manfred Hofer (contrebasse), Dj Still (platines), Dj Collage (chant), Uwe Urbanowski (contrebasse), Celia (guitare), I-Wolf (programmations, arrangements)

remarques

chronique

Épineux problème que celui soulevé par cette toute nouvelle production signée par l'autrichien Wolfgang Schloegl (Sofa Surfers), un des vétérans de la scène trip hop viennoise aux côtés de Kruder & Dorfmeister. "Soul Strata", en dépit de ses évidentes qualités, restera, je pense, un album qui ne trouvera jamais son public. Il me fait d'ailleurs le même effet qu'un autre excellent album européen, suédois en l'occurence ; celui de "Black Moses", passé en revue également sur Guts of Darkness. Reposant sur les bases d'une musique trip hop aventureuse qui revient sur les chantiers plus chaleureux ouverts autrefois par Massive Attack, I-Wolf se fait un devoir de préserver l'authenticité de ce projet singulier au travers d'un décor sonore déployé à 360 degrés où se bousculent les références électro, jazz, rap, soul, dub, ragga et même pop. Les beats sont presque toujours cassés, volontairement boîteux. Des nappes de claviers viennent soutenir une atmosphère souvent bien lourde. Enfin, de multiples samples bien choisis et d'autres bidouillages électro générés par ordinateur donnent à l'ensemble une réelle densité. Les featuring, quant à eux, sont assurés dans leur majorité par Damon Aaron et César (au falsetto parfois fort proche de l'irremplaçable Curtis Mayfield). Et pour ceux pour qui cela veut dire quelque chose, ils ne seront pas surpris de retrouver dans un tel projet Dälek pour, hélas, un unique morceau, "Careful Who You Love", qui est aussi le plus obsédant du lot. Diablement inventif, relativement efficace, "Soul Strata" est un album à l'univers singulier et obsédant mais qui, selon toutes vraissemblances, sera condamné à demeurer ce petit secret gardé qui fera le bonheur discret et privilégié des quelques heureux possesseurs de leur première carte de visite. Esperons que tout ceci ne les dissuade pas de renouveller l'expérience un jour prochain...

note       Publiée le dimanche 20 juillet 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Soul strata".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Soul strata".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Soul strata".