Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIInade › Aldebaran

Inade › Aldebaran

cd | 8 titres

  • 1 Signals from 68 dimensions
  • 2 Signals from 68 dimensions
  • 3 The conquest of being separated
  • 4 The conquest of being separated
  • 5 The crushing of earthly foundations
  • 6 The crushing of earthly foundations
  • 7 The end of the beginning
  • 8 The end of the beginning

enregistrement

Light Channel, Allemagne, 1995-1996

line up

René Lehmann (musique), Knut Enderlein (musique)

chronique

Styles
ambient
Styles personnels
dark ambient

La musique de Inade semble définitivement liée aux ténèbres. Dans le cas de ‘Aldebaran’, elle prend une dimension organique, voir chamanique car c’est à un véritable voyage au cœur des éléments qu’elle nous convie. L’album semble se fondre au diapason des glissements tectoniques et des mugissement de la lave en fusion….les nappes grondantes s’insinuent lentement dans l’esprit de l’auditeur jusqu’à faire partie intégrante de son corps pour s’y changer en un pouls ténébreux qui rend chaque veine douloureuse et fait battre les sangs comme un gigantesque tambour. Plutôt que de parler d’écouter cet album, il serait plus judicieux de dire qu’il se ressent, aucun autre mot ne me semble mieux adapté dans ce cas. Certains considèrent cet album comme le chef-d’œuvre de Inade, je suis de ceux-là.

note       Publiée le mercredi 16 juillet 2003

partagez 'Aldebaran' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Aldebaran"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Aldebaran".

ajoutez une note sur : "Aldebaran"

Note moyenne :        19 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Aldebaran".

ajoutez un commentaire sur : "Aldebaran"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Aldebaran".

moreblues › mardi 25 juin 2013 - 02:09  message privé !

Mon dieu les amis, c'est la première note que j'attribue sur ce site que je lis depuis longtemps, j'ai fini pas tomber sur ce disque en faisant des recherches sur le genre dark ambiant rituel, j'avoue n'avoir jamais entendu un truc pareil.

Quand ce disque tourne je suis totalement perché, dans un autre monde inconnu, c'est franchement de la bonne, mais de la bonne qui attaque le cerveau quand même^^

Je ne sais pas dans quel état je vais sortir de mes écoutes répétées de ce disque, mais tant que je suis toujours de ce monde et pas encore abonné à l'antre de la folie, j'en profite pour dire que c'est un chef d'oeuvre.

Note donnée au disque :       
stankey › dimanche 11 novembre 2012 - 10:24  message privé !

Magnifique et immersif. Impression de respirer à s'en éclater les poumons un courant de fraicheur dans le vide intersidéral. Marrant de me rendre compte qu' étant complètement novice dans ce genre, j'ai immédiatement tendance à associer la musique aux éléments. "Good vibrations" quoi ^^

julius_manes › dimanche 28 octobre 2012 - 11:07  message privé !

Oui, mais on a aussi le droit de trouver cet album aldébarbant... C'est quoi "un critère d'évaluation propre au courant artistique"? Et c'est fixé par qui? Des musicologues experts?

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › dimanche 28 octobre 2012 - 10:02  message privé !

Ca me rappelle le sketch de Pierre Palmade : Tu préfères avoir la grippe toute ta vie, ou trente canards qui te suivent partout ?

Int › dimanche 28 octobre 2012 - 10:00  message privé !

boh, c'est pas une histoire d'étroitesse d'esprit, c'est une histoire de compréhension minimale du genre dans lequel s'inscrit le disque que tu prétends évaluer. Juger sans adopter les critères d'évaluation propres au courant artistique et en prenant ta pure subjectivité comme critère suffisant implique de tout confondre. Comme ceux qui critiquent une adaptation cinématographique parce qu'ils veulent y retrouver la littérature d'origine, ça a juste autant de sens que de reprocher à un livre de ne pas avoir de plans-séquences... ou à un disque ambient de ne pas faire ce que faisaient les Cure, les P. Floyd et Bowie.

Note donnée au disque :