Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGoethes Erben › Leben im Niemandsland

Goethes Erben › Leben im Niemandsland

cd • 12 titres

  • 1Das Ende
  • 2Abseits des Lichtes
  • 3Das schwarze Wesen
  • 4Zinnsoldaten
  • 5Märchenprinzen
  • 6Der Vergrass zu atmen
  • 7Niemandsland
  • 8Kaltes Licht
  • 9So sei es
  • 10Bunter Rauch
  • 11Mit dem Wissen
  • 12Der Weg

enregistrement

enregistré au Zwischenfall, Bochum, Allemagne, le 10 juin 1993

line up

Hoswald Henke (chant, récitation, voix), Mindy Kumbalek (claviers, saxophone, batterie), Troy (guitare sèche), Vladimir Ivanoff (percussions, claviers), Rose Bihler-Shah (violon, chant), Alexandra Feil (violon, danse), Dasha Gashewitsh (violoncelle)

remarques

chronique

Styles
gothique
Styles personnels
cabaret gothique / néoclassique noir

Pour un groupe aussi théâtral que Goethes Erben, enregistrer un album live relève de la plus absolue logique. Dorénavant accompagnés par un ensemble de musiciens conséquent, le duo Oswald Henke-Mindy Kumbalek nous délivre ce superbe ‘Leben im Niemandsland’ qui constitue un précieux témoignage des prestation scéniques du groupe. D’un charisme terrifiant, Oswald Henke se sent chez lui sur scène et manie la langue allemande comme s’il l’avait crée. Sincère et extrême dans sa démarche, il ne joue pas sa poésie mais la vit (ceux qui l’ont vu sur scène savent de quoi je parle), tour à tour mélancolique (’Abseit des Lichtes’, ‘Kaltes Licht’),colérique, il peut se montrer effrayant (‘Das Ende’), ironique (Märchenprinzen), quasi lyrique (‘Zinnsoldaten’). Parfaitement épaulé par un groupe solide, notre homme donne le meilleur de lui-même. Musicalement, rien à dire, tout est parfait, la présence de violon, de violoncelle et de guitare pour compléter l’excellent jeu de clavier de Mindy Kumbalek permet de donner une texture plus puissante et plus profonde aux compositions tout en renforçant leur aspect néoclassique. Leur adaptation pour la scène est également très soignée et certaines versions surpassent même celles en studio (‘Märchenprinzen’ plus puissante et rythmée, ‘Kaltes Licht’ encore plus mélancolique et surtout ‘Der Weg’, encore plus déchirante et qui clôt le concert par une plage d’orgue funèbre qui tirerait des larmes à une pierre tombale… un titre vraiment superbe). ‘Leben im Niemandsland’ est un monument de romantisme noir à l’image de Oswald Henke en chemise blanche au milieu des chandelles et, servi par un bon son, un disque qui donne tout son sens à la démarche de l’enregistrement live.

note       Publiée le jeudi 3 juillet 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Leben im Niemandsland".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Leben im Niemandsland".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Leben im Niemandsland".

necromoonutopia666 › samedi 15 septembre 2012 - 13:05  message privé !

n'étant pas un habitué de la chose gothique, j'ai été vraiment soufflé par ce live. Et les textes et la manière dont il sont interprétés est absolument géniale.

Note donnée au disque :       
dav › mercredi 20 avril 2005 - 22:27  message privé !
Complètement d'accord avec la chronique... 6/6 sans la moindre hésitation !!
Note donnée au disque :       
dav › lundi 7 février 2005 - 13:12  message privé !
Les quelques extraits de prestation live de Goethes Erben figurant sur le clip du titre "Der Eissturm" me donne vraiment envie de les voir un jour et surtout de réussir à trouver cet album !!!
Note donnée au disque :       
vin sang › mardi 26 août 2003 - 14:05  message privé !
j'ai connu par hazard ou dirons nous par une favorable providence goethes erben grace a ce cd live qui est d'une ambiance et d'une qualité extra,c'est un voyage entre theatre et romantisme noir ,et si on ce laisse porter par cet album du début a la fin on est toujour surprit d'entendre la chaine hifi s'arreter et de revenir dans la realité ,une expérience des plus agréable.
Note donnée au disque :