Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTType O Negative › Slow, deep and hard

Type O Negative › Slow, deep and hard

cd • 7 titres

  • 1Unsuccessfully coping with the natural beauty of infidelity
  • 2Der Untermensch
  • 3Xero tolerance
  • 4Prelude to agony
  • 5Glass walls of limbo
  • 6The misinterpretation of silence and its disastrous consequences
  • 7Gravitational constant : G = 6.67 * 10-8 cm-3 gm-1 sec-2

enregistrement

Enregistré aux Systems Two

line up

Sal Abruscato (batterie, chant), Kenny Hickey (guitares, chant), Josh Silver (claviers, chant), Peter Steele (chant, basse)

remarques

chronique

Styles
hardcore
metal
Styles personnels
dark heavy metal

Premier album de ces New-Yorkais et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce premier essai est déconcertant ! 7 titres pour près d'une heure de musique - ou si peu car un titre est entièrement composé de... silence !!! Le groupe a aussi choisi des noms de titres à coucher dehors et n'hésite pas non plus à incorporer dans sa musique quelques gémissements féminins d'un style très spécial ! Musicalement, le style alterne des passages de metal lourd et rapide avec des passages beaucoup plus lents avec claviers prédominants. On peut noter un côté industriel très prononcé. Il subsiste quelques bons moments, mais la longueur de l'album et surtout celle des morceaux (de 6 à 13 minutes) font que l'on s'ennuie rapidement à l'écoute de cet album. Par contre, l'ironie et le sens de l'humour, très noir et d'ailleurs pas très bien compris en tant que tel par certains, est déjà présent et représentera une certaine marque de fabrique du groupe dans le futur. Pas encore l'ecstase, juste une petite mise en place.

note       Publiée le lundi 30 avril 2001

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Slow, deep and hard".

notes

Note moyenne        30 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Slow, deep and hard".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Slow, deep and hard".

Demonaz Vikernes › jeudi 8 novembre 2018 - 16:22  message privé !

Tuerie cet album (même si je garde ma préférence pour Bloody Kisses). 3 gros tubes surtout, à chanter sous la douche et dans les transports en commun. Type O démarre très fort.

Note donnée au disque :       
Mithra › samedi 26 novembre 2016 - 11:08  message privé !

Le meilleur de Type O ? Des paroles tordantes, en tout cas, sur le viol de sa copine au marteau-piqueur pour se venger d'elle pour l'avoir trompé ou sur la nécessité d'en terminer avec les "socioparasites". D'ailleurs, ça me fait penser que certains de leurs concerts avaient été censurés par les antifas de l'époque.

Twilight › vendredi 3 avril 2015 - 13:36  message privé !
avatar

Hé bien, je me rends compte que j'aime beaucoup beaucoup ce disque. Il est vraiment très bon et terriblement audacieux...Rien que ce premier titre qui parvient à conjuguer hardcore, doom, avec une larmounette gothique de la manière la plus naturelle au monde...Waow ! C'est sûr, il convient de l'écouter comme un tout mais qu'est-ce qu'il est intense ! Peter est au top. Peut-être bien mon préféré, qui sait ?

Note donnée au disque :       
Rendez-Moi › dimanche 9 février 2014 - 03:42  message privé !

Rien de romantique ici, juste une épaisse couche de crasse urbaine, des relents d'égouts et la stupidité des punks qui en sortent. Peter Steelo est bestial ici, "I know you're fucking someone eeelse ! Tu tu tutu tuu !"

NevrOp4th › mercredi 6 novembre 2013 - 16:41  message privé !

Avec un peu de parano et de misogynie aussi ^^

Note donnée au disque :