Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAnekdoten › Gravity

Anekdoten › Gravity

  • 2003 • Virta VIRTA004 • 1 CD

cd • 8 titres

  • 1Monolith6:07
  • 2Ricochet5:44
  • 3The War is Over4:42
  • 4What Should but Did not Die6:43
  • 5SW46:04
  • 6Gravity8:19
  • 7The Games We Play3:24
  • 8Seljak5:16

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Atlantis Grammofon, Sisu Sound, Suède, Janvier - Avril 2003

line up

Nicklas Berg (guitare, mellotron, Fender Rhoses, farfisa, chant), Anna Sofi Dahlberg (piano, mellotron, orgue, farfisa, voix), Jan Erik Liljeström (basse, chant), Peter Nordin (batterie, vibraphone, mellotron)

remarques

chronique

On pouvait craindre le pire au sortir de "From Within", Anekdoten montrant déjà sur ce dernier des signes flagrants d'un essoufflement téléphoné. Bâtir toute une carrière en tentant de rester dans l'ombre d'un groupe de géant, c'est risquer de se retrouver pris au piège du système qu'ils auront eux-mêmes mis sur pied. "Gravity", derrière sa pochette toujours aussi noire, mêlant fantasmagorie, allégorie et mélancolie, est ce piège. Les huit titres de leur nouvel album nous donnent à entendre exactement ce que l'on était en droit d'attendre d'Anekdoten ; un disque incroyablement prévisible, à tel point que l'on devine, avant même qu'ils ne débutent, quels vont être les passages où le groupe s'emballe, se mesure, se détend... D'excellents usurpateurs, Anekdoten s'est mué au fil de sa carrière en un excellent faiseur. Un constat amer et regrettable qui survient juste au moment où le groupe tente enfin d'être lui-même, car s'ils s'entêtent à vouloir s'épanouir dans un environnement sonore propre au rock progressif (les louches de mellotron sont toujours là et bien là) - un choix délibéré qu'on ne peut pas leur reprocher - ils s'exposent aussi désormais aux critiques qui devront enfin les juger pour ce qu'ils sont réellement, pour ce qu'ils sont prêts à donner sans se réfugier derrière un mimétisme à outrance qu'il était toutefois temps d'abandonner, nous en conviendrons tous. Ainsi, bien que les compositions soient fluides et plutôt abordables, elles ne laissent pas non plus de marques indélébiles. On notera toutefois une nette propension vers l'acoustique (guitare et percussions sur "The War is Over", piano sur "The Games We Play") et surtout un aspect plus planant, plus éthéré, à proprement parler, avec le seul titre à sortir du lot, "SW4", qui s'écarte à bon escient de leurs habitudes, où échos et résonances calculées donnent de la profondeur à la composition. Avec "Gravity", Anekdoten peut au moins s'enorgueillir d'avoir au moins essayé de se renouveller.

note       Publiée le dimanche 15 juin 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Gravity".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gravity".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gravity".

Grégory › samedi 15 avril 2006 - 00:33  message privé !
Grosse déception ! Même si l'album sonne bien, j'ai eu l'impression d'écouter un redite du précédant album "From Whithin" version pseudo pop... Je ne peux que constater qu'Anekdoten se met au vent de la mode... On est desormais bien loin de morçeaux de bravoure tel "Book Of Hours", "Harvest" ou "Nucleus" dont l'originalité et l'inspiration subliment Même leur concert m'a un peu déçu... (Spirit Of 66 en juin 2003) Heureusement qu'il existe d'autres groupes pour prendre le relai : Godspeed You Black Emperor, Mono, Piano Magic
Note donnée au disque :       
fracture › lundi 29 mars 2004 - 14:46  message privé !
Il y a quelques temps, j'avais émis un jugement bien négatif en écoutant pour la première fois cet album. Je dois reconnaître que je me suis bien trompé. Il s'agit d'une petite perle pour moi. Plus pop, plus acoustique, moins sombre que les albums précédents, il ne contient non plus pas la folie de Nucleus. Mais il possède une beauté romantique insoupçonnée qui se découvre au fil des écoutes. Les liens avec King Crimson sont plus évoqués que pleinement apparents, ce qui rend en fait l'album attachant. Et, malgré l'utilisation intensive du mellotron - superbe au demeurant -, Anekdoten propose une musique très actuelle. L'instrumental final (Seljak) fait un peu tache sans être déplaisant.
Note donnée au disque :