Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeftones › Deftones

Deftones › Deftones

cd • 11 titres • 47:14 min

  • 1Hexagram
  • 2Needles and Pins
  • 3Minerva
  • 4Good Morning Beautiful
  • 5Deathblow
  • 6When Girl Telephone Boys
  • 7Battle-axe
  • 8Lucky You
  • 9Bloody Cape
  • 10Anniversary of an Uninteresting Event -
  • 11Moana

enregistrement

The Spot, Sacramento CA ; Studio X, Seattle, WA ; Larrabee Studios, West Hollywood, CA

line up

Stephen Carpenter (guitares), Chi Cheng (basse), Abe Cunningham (batterie), Frank Delgado (samples, claviers), Chino Moreno (chant, guitare)

remarques

Le disque contient une partie multimédia avec vidéos, photos, et bonus divers

chronique

Quinze ans. Cela fait maintenant quinze que le groupe s'est formé dans la petite ville de Sacramento. De la mélodie nerveuse d'Adrenaline aux univers post-héroïnomanes du poney blanc, les Deftones se sont tant bien que mal forgé un nom au sein de la scène alternative. Piliers malgré eux d'un mouvement mort-né dont ils auront tantôt fait de s'émanciper, les Deftones voguent, d'album en album, proposant à chaque nouvelle offrande un son singulièrement différent, sans pour autant prétendre à la sacro-sainte originalité. Si cet album a été si long à attendre, c'est que chacun allait se changer les idées au sein de ses side-projects personnels, Kush, Bamboo parachute, Team sleep, et j'en passe. On a par ailleurs eu très peur pour le groupe, lorsque Stephen montrait un début de lassitude lors des dernières tournées, ne jouant même plus le jeu des rappels, ou pour parler clairement, s'emmerdait sec. Il faut dire que si Chino avait plus ou moins tiré les rennes du poney blanc selon ses propres influences, Stephen avait sans nul doute en tête de reprendre le contrôle du fiacre un jour ou l'autre, de préférence avant que l'une des roues ne cède. Début 2003, nous apprenons que le nouvel album sera finalement baptisé 'Deftones', montrant par-là même la ferme volonté du groupe de marquer le pas. Cependant, très peu d'informations filtrent, si ce n'est le fameux 'loud and heavy' utilisé par le groupe pour décrire son propre son. Alors non, je ne vous dirais pas que cet album est une bombe, car la richesse et la qualité des albums de Deftones ne vous petera jamais à la gueule, quand bien même la production serait extraordinaire - et Dieu sait qu'elle l'est - car les Deftones ne vous feront jamais le coup du pétard mouillé, il n'est pas question de tape à l'oeil ici, mais de compositions extrêmement travaillées, au niveau des arrangements vocaux, des samples parcimonieux, de mixage judicieux pour chacun des titres, des guitares toujours à leur place. Car ce nouvel album, tout comme ses trois prédécesseurs, ne prend sa véritable mesure qu'après de nombreuses écoutes, sans doute douloureuses pour ceux qui, comme moi, ne trouveront pas ici de pousses déroutantes et innovantes comme un Knife party ou un Mascara. Mais c'est aussi là la grande force de ce disque, qui contient secrètement tout ce que le groupe a su faire durant ces quinzes années de travail commun : de la puissance, de la profondeur, des riffs imparables et beaucoup de justesse. Bien sûr il y a des surprises dans ce disque, 'Lucky you' et 'Anniversary of an uninteresting event', car Deftones, c'est avant tout l'histoire de cinq personnes aux horizons musicaux totalement différent, de la new wave au reggae en passant par le metal lourd, le hip hop, et la poésie, cinq personnages extirpés d'origines et d'éthnies différentes, et ce sobrement nommé 'Deftones' est là pour les souder. C'est un album fédérateur, qui réunira aussi bien les fans de première heure, que les accros aux influences new wave du Chino, et c'est bien là que ce disque prend tout son sens. Alors, si vous pensez encore que les fans de Deftones ne sont qu'une bande de gamins en recherche d'identité, frôlant à peine les quatorze ans ou écoutant Meshuggah pour faire peur au voisin, faites moi le plaisir de mettre vos a prioris de côté, et jetez une oreille plus qu'attentive à ce disque. Ensuite, on reparlera de black metal si vous le désirez.

note       Publiée le vendredi 30 mai 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Deftones".

notes

Note moyenne        40 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Deftones".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Deftones".

heirophant › jeudi 20 août 2020 - 13:54  message privé !

Plutôt American Nightmare.

Note donnée au disque :       
Raven › jeudi 20 août 2020 - 00:59  message privé !
avatar

American Beauty.

Note donnée au disque :       
Raven › samedi 8 août 2020 - 02:29  message privé !
avatar

L'impression qu'il me laisse toujours est celle d'un gros bouillon d'émotions et de textures, de nervures enchevêtrées, avec des maelstroms qui naissent et disparaissent de toutes parts du disque, moins espacés que sur White Pony, plus dans un effet de densité maximale mais avec la même fièvre qui suinte de partout, compactée comme si le groupe était en écrasement sur lui-même. Un truc qui se répand par éclaboussures pourtant, et qui en même temps fait l'effet d'un énorme bloc indivisible. Très, très spécial celui-ci. Un Deftones massif oui, mais surtout insaisissable, pour ma part.

Note donnée au disque :       
(N°6) › vendredi 7 août 2020 - 22:56  message privé !
avatar

Bon, faut pas se l'enquiller juste après les deux précédents, on risquerait de passer à côté de la subtilité qui se dissimule un peu derrière le côté "chargeurs réunis" de la chose. Que ce son est lourd ! Pleins de morceaux vicieux qui ne se dévoilent vraiment qu'après s'être longuement goutés en bouche (Needles and Pins, When Girl Telephone Boys, Anniversary of an Uninteresting Event) quoiqu'il y ait aussi son lot de grosse branlée franche du collier (Battle-axe et bien sûr le morceau d'ouverture infernal, sans doute la meilleure de tous leurs albums). Minerva ouvre vraiment le champs de ce gros métal-shoegazy (genre Jesu ou même des Boris à venir), le morceau le plus pop des Deftones jusque-là et quel morceau ! Malgré un petit coup de mou sur la fin, ils savent conclurent les salauds, Moana c'est encore et toujours du lourd (non mais c'est le mot qui doit revenir, ce son qui pèse).

Note donnée au disque :       
brianm › mercredi 26 février 2020 - 14:46  message privé !

Damn, y a des jours où je me dis que c'est peut-être celui-ci mon préféré. Pas loin derrière White Pony dans tous les cas, mais plus les années passent et plus c'est celui-ci que j'ai envie de réecouter. Pour reprendre un commentaire plus bas, Battle-Axe c'est fabuleux ; peut-être leur morceau qui m'obsède le plus depuis le début de ma vie d'adulte.

Note donnée au disque :