Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSet Fire To Flames › Sings reign rebuilder

Set Fire To Flames › Sings reign rebuilder

15 titres - 73:19 min

  • 1/ I Will Be True... [from Lips of Lying Dying Wonder Body #1] / Reign Rebuilder [Head] (2:39)
  • 2/ Vienna Arc Weld / Fucked Gamelan / Rigid Tracking... (13:45)
  • 3/ Steal Compass / Drive North / Disappear... (6:12)
  • 4/ Wild Dogs of the Thunder Bolt / They Cannot Lock Me Up... I'm Eternally Free... [from Lips of Lying Dying Wonder Body #2] (4:54)
  • 5/ Omaha (6:16)
  • 6/ There is No Dance in Frequency and Balance... (4:16)
  • 7/ Côte d'Abrahams Roomtone / What's Going On ?... [from Lips of Lying Dying Wonder Body #3] (4:35)
  • 8/ Love Song for is Ontario (3:19)
  • 9/ Injur:Gutted Two Track... (2:49)
  • 10/ When I First Get to Phoenix... (3:12)
  • 11/ Shit Heap Gloria of the New Town Planning... (10:50)
  • 12/ Jesus / Pop... (1:42)
  • 13/ Esquimalt Harbour (2:16)
  • 14/ Two Tears in a Bucket... (3:43)
  • 15/ Fading Lights are Fading... Reign Rebuilder [Tail Out] (2:51)

enregistrement

East Hastings, Vancouver, Alberta et Montréal, Canada, juillet 2000 - janvier 2001

line up

Aidan (batterie), Beckie (violoncelle), Bruce (batterie, percussions), Christof (flûte à bec, banjo), David (guitare), Geneviève (violon), Gordon (clarinette), Jean-Sebastien (basse), Moya (guitare), Roger (guiatre), Sophie (violon), Speedy (guitare), Thea (trompette)

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
post rock

Une image inquiétante. Et cependant, un rendu qui nous est familier. En tâchant de se remémorer les photographies susceptibles d'avoir un lien de parenté avec celle qui nous est présentée ici, on ne peut quasiment pas s'y tromper ; la pochette de ce "Signs Reign Rebuilder" fait inmanquablement penser à celle qui ornait "F# A# infinity", le premier Godspeed You Black Emperor ! en 1996 (déjà ?). Quoi de plus normal, puisqu'avec Molasses, Exhaust,L-Speed Bike, Shalabi Effect, Fly Pan Am et A Silver Mt.Zion, Set Fire to Flames est la dernière formation en date incluant certains des membres du collectif canadien. Parler d'images n'est pas en soit non plus fortuit puisque Set Fire to Flames est sans nul doute le plus cinématique de tous. Une véritable bande sonore, faite de bruits, d'interférences, de crispations. Une assourdissante tension qui grandit en nous sans jamais vraiment se réaliser. C'est là la nuance de taille à apporter à un groupe qui, sur seulement quatre des quinze titres qui constituent son premier album, rappelle les liens qui l'attachent à son aîné. Malgré tout, ces quatre pièces montées ("Steal Compass/Drive North/Disappear", "Omaha", "Love Song for is Ontario" et "Shit Heap Gloria of the New Town Planning") ne basculent jamais dans l'excès de décibels, écueil devenu aussi redondant que le nom du présent groupe. Set Fire to Flames prend le risque de jouer une musique plus difficile, plus mâture, débarassée des apparâts du rock qui en constituaient jusqu'à présent les appâts pour tout ceux qui persistent à penser à tort qu'au-delà des coups de sang et d'adrénaline n'existe aucune autre forme de musique. Plus de la moitié du disque repose en effet sur des passges d'improvisations à l'envoûtante abstraction. Violons, guitares et bruitages en tout genre dominent le discours claustrophobique de ce dense "Sings Reign Rebuilder" avec lequel Set Fire to Flames prend le pari de se faire le relais d'une nouvelle étape dans cette esthétique post rock aux contours artistiques des plus flous. Un compromis intelligent entre ce qui est à présent et ce qui est en devenir.

note       Publiée le samedi 24 mai 2003

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Sings reign rebuilder" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Sings reign rebuilder".

notes

Note moyenne        5 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Sings reign rebuilder".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Sings reign rebuilder".

Tacrolimus Envoyez un message privé àTacrolimus
**** Steal Compass / Drive North / Disappear... ***

Frissons / 47°C en Californie / un disque qui construit l'histoire plus qu'il ne la marque.

FLRLNG Envoyez un message privé àFLRLNG

Pour la pochette il s'agit du photographe michael ackerman : http://www.agencevu.com/photographers/photographer.php?id=1 Il est archi-culte dans le milieu et on peut dire qu'il a lancé une nouvelle mouvance photographique. A voir, ces deux meilleurs travaux: Half-life et End Time city.

Moonloop Envoyez un message privé àMoonloop

.

Note donnée au disque :       
Jean Rhume Envoyez un message privé àJean Rhume

Cet album c'est le vide absolu. Peut-être qu'à la tombée de la nuit devant la mer avec un spliff et un Cognac, ça pourrait marcher, éventuellement. J'ai cet album depuis des années et à chaque tentative d'écoute, je n'en retiens absolument rien. Le second morceau de 13 minutes démarre vaguement vers la 11 ème, le reste étant consacré à des frottements, des gens qui papotent, des meubles qu'on bouge, on ne sait pas. Il y a des albums équivalents, où il se passe peu de choses mais qui dégagent un mystère, une ambiance, un truc... Là rien. Pourtant on a envie de l'aimer avec sa belle photo de pochette, son livret tout de calques vêtu et son joli packaging carton mais niet.

Note donnée au disque :       
Seijitsu Envoyez un message privé àSeijitsu

Dans mon top 3 des pires albums de post-rock que j'ai écouté. Je suis étonné de savoir que des membres de GY!BE se sont compromis dans un projet pareil...

Note donnée au disque :