Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRed Noise › Sarcelles-Lochères

Red Noise › Sarcelles-Lochères

12 titres - 38:43 min

  • 1/ Cosmic, Toilet Ditty (0:39)
  • 2/ Caka Slow / Vertebrate Twist (4:20)
  • 3/ Obsession Sexuelle n°1 (0:28)
  • 4/ Galactic Sewer Song (4:03)
  • 5/ Obsession Sexuelle n°2 (0:12)
  • 6/ Red Noise Live au Café des Sports (2:07)
  • 7/ Existential Import of the Screw Driver Eternity Twist (2:02)
  • 8/ 20 Mirror Mozarts Composing on Tea Bag and 1/2 Cup Bra (2:28
  • 9/ Red Noise en direct du Buffet de la Gare 2ème partie (2:14)
  • 10/ A la Mémoire du Rockeur Inconnu (0:39)
  • 11/ Petit Précis d'Instruction Civique (0:35)
  • 12/ Sarcelles c'est l'Avenir (18:56)

enregistrement

Studio Europasonor, Gaîté, Paris, France, 28 novembre 1970

line up

Patrick Vian (guitare, chant), Jean-Claude Cenci (saxophones, flûte, chant), Daniel Geoffroy (basse, chant), Philip Barry (batterie, guitare, chant), John Livengood (orgue), Austin Blue (percussions)

remarques

chronique

Styles
progressif
rock
Styles personnels
psychédélique

Selon l'âge respectif et respectable de ceux qui nous lisent, il est une question dont la réponse demeure une inconnue : connaîtrons nous un jour à nouveau un vent de révolution, ou en tout cas une brise contestataire, à même de nous faire croire, ne fût-ce qu'au cours d'un bref instant, à un changement en profondeur de la logique mécanique de nos sociétés à broyer de l'humain ? Pourrons nous derechef nous enivrer de ce regain de liberté illusoire, et par-là même nous adonner à des comportements aussi débridés qu'inavouables ? Mai 68 n'inspire pas le respect au regard de ce qu'il en est advenu, mais l'étincelle qu'elle a produite alimente encore et toujours une certaine forme de jalousie passive auprès de ceux qui auraient tant aimé pouvoir partager ce sentiment foncièrement frondeur, celui-là même qui est singé par des pseudos provocateurs de bazar, pieds et poings liés au star système, et qui en ternissent l'impact par tant d'ignorance et de banalisation. Tout cela nous éloigne de nos préoccupations musicales ? Pas du tout. Red Noise, groupuscule délirant activé par Patrick Vian, fils d'un non moins célèbre autre Vian, exemplifie à merveille ce souffle chaud et bestial de la bête enfin débarassée de ces chaînes virtuelles. Constitué de petites plages cocasses aux relans mi-prog mi-jazz, le tout est entrecoupé par des interventions grotesques, irrévérencieuses, avec un fameux bagout pour tout ce qui est scatologique. Bein oui ; une bande de sales gamins qui tendent un majeur, fier et bien dressé, à la face de tout ordre convenu et préétabli. En dehors de cette tendance pipi caca qui semble désuette aujourd'hui, Red Noise lâche le gros morceau en toute fin d'album avec son titre fleuve, un délire psyché de haute facture où saxophone, guitare, basse, batterie, flûte et orgue se battent jusqu'à ce qu'il y ait mort d'homme. Les groupes allemands tels que Can ou Guru Guru auraient pu trouver en Red Noise un sérieux concurrent si celui-ci avait perduré. Il ne reste d'eux que ce "Sarcelles-Lochères", un souvenir intense, aussi radical qu'imprévisible, à l'image du terreau qui l'a vu naître.

note       Publiée le samedi 24 mai 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sarcelles-Lochères".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sarcelles-Lochères".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sarcelles-Lochères".

Horn Abboth › mardi 27 janvier 2015 - 15:35  message privé !

Bien foutraque et faussement débile. Ya bon.

Note donnée au disque :       
Jean Pierre Moko › lundi 15 décembre 2014 - 15:10  message privé !

Super esprit et super musique. Réédité ces temps ci en vinyle par Souffle Continu, le disquaire parisien. A la bien.

Note donnée au disque :       
Solvant › mardi 28 septembre 2010 - 22:14  message privé !

pochette Zappa

taliesin › mardi 28 septembre 2010 - 21:55  message privé !

'Horde catalytique pour la fin des temps' !!! Cool, moi qui croyais être le seul à connaître ce truc ;-) Excellent au demeurant !

Note donnée au disque :       
Coltranophile › mardi 28 septembre 2010 - 13:10  message privé !

A ressortir tout comme Barricades. J'en ai plutôt un bon souvenir mais moins frappant que la Horde Catalytique Pour La Fin Des Temps, pas forcément pour de bonnes raisons. Pour ceux que ça intéresse, Terronès a réédité certaines "bizarreries" comme La Fille Qui Mousse et le "Aurora" du Théâtre du Chêne Noir est annoncé.