Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBrad › Interiors

Brad › Interiors

11 titres - 44:55 min

  • 1/ Secret Girl (3:13)
  • 2/ The Day Brings (3:43)
  • 3/ Lift (4:39)
  • 4/ I Don't Know (3:39)
  • 5/ Upon My Shoulders (4:37)
  • 6/ Sweet Al George (4:03)
  • 7/ Funeral Song (4:58)
  • 8/ Circle & Line (3:42)
  • 9/ Some Never Come Home (4:23)
  • 10/ Candles (2:20)
  • 11/ Those Three Words (5:38)

enregistrement

Litho Studio, Seattle, USA, décembre 1996 - janvier 1997

line up

Stone Gossard (guitares), Bashiri Johnson (percussions), Mike Mccready (guitares), Brendan O'brien (guitare, claviers), Shawn Smith (chant, piano, orgue), Regan Hagar (batterie), Jeremy Toback (basse), Wendy Sutter (violoncelle)

remarques

chronique

Styles
rock
pop
Styles personnels
post grunge

Quatre ans ont passé depuis la publication de ce "Shame" dont Brad n'a pas à rougir. "Interiors" débute sur un "Secret Girl" hargneux au moment où la page du grunge semble avoir été définitivement tournée. Un parti pris étonnant, à rebours diront certains, et pourtant aussi lucide que pertinant car dynamisé par la voix haut perchée de Shawn Smith, lui donnant un relief insoupçonné. "Lift" en fait de même, de manière peut-être encore plus appuyée. Et c'est sans compter "Sweet Al George" qui, plus que jamais, confirme la filiation Pearl Jam avec des riffs de guitare instantanément mémorisables. Le second Brad semble donc aller à contre courant et durcir le ton. Pourtant, il n'en est rien (comment se contredire au sein d'une même chronique...). Exception faite des trois titres précités, "Interiors" semble en fait bien plus tempéré ; les mélodies de "The Day Brings" et "I Don't Know" sont, par exemple, immédiates et recèlent un côté pop très catchy assez irrésistible. Le piano prend une place accrue dans un rôle qui s'approcherait de celui occupé autrefois par Nicky Hopkins aux côtés des Stones sur leurs albums les plus mythiques. Une note acoustique avec "Circle & Line", une autre résolument plus funky avec "Those Three Words" qui part en délire seventies au clavier avant d'aboutir à sa conclusion ; nous n'avons besoin de rien de plus pour démontrer les compétences et l'éclectisme des musiciens ici présents. Mais c'est avec "Funeral Song" et "Upon My Shoulders" que Brad enfonce le clou de cette mélancolie qui l'a toujours traversé sans trop en avoir l'air. Pour peu, on croirait entendre Neil Young s'étouffer dans des sanglots irrépressibles derrière un orgue Hammond. Réellement poignant. Et puis les cordes surgissent de nulle part pour imbiber encore quelque peu un mouchoir déjà bien humide. Brad s'affirme réellement avec ce second disque et démontre à ceux qui ne le voyaient pas ainsi qu'ils ne sont pas un vulgaire passe-temps, mais un réel groupe.

note       Publiée le jeudi 22 mai 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Interiors".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Interiors".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Interiors".

Chris › mardi 27 mai 2003 - 08:31 Envoyez un message privé àChris
avatar
Un disque vraiment plaisant avec quelques morceaux carrément excellents...
Note donnée au disque :