Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBrad › Shame

Brad › Shame

11 titres - 42:35 min

  • 1/ Buttercup (4:14)
  • 2/ My Fingers (3:19)
  • 3/ Nadine (3:31)
  • 4/ Screen (5:11)
  • 5/ 20th Century (4:02)
  • 6/ Good News (4:23)
  • 7/ Raise Love (4:14)
  • 8/ Bad for the Soul (1:11)
  • 9/ Down (4:17)
  • 10/ Rockstar (2:47)
  • 11/ We (5:26)

enregistrement

Avast Recording Co., Seattle, USA, 4 - 21 octobre 1992

line up

Stone Gossard (guitares), Shawn Smith (chant, piano, orgue), Regan Hagar (batterie), Jeremy Toback (basse, chant)

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
post grunge

Des multiples projets de Shawn Smith, Brad est certainement celui grâce auquel il pouvait aspirer le plus à une reconnaissance internationale. Menant de front Pigeonhed et bientôt Satchel, il retrouve ici le guitariste de Pearl Jam, Stone Gossard, pour qui Brad représente plutôt en définitive une récréation. Un même véhicule et deux optiques différentes qui vont pourtant se révéler payantes. Car si Brad n'a jamais décollé dans les ventes, peu de personnes s'ayant penché sur son cas ont pu résister bien longtemps au charme indéniable véhiculé par ce quatuor aussi désintéressé que percutant. Par la force des choses, Brad va tout d'abord traîner derrière lui une image grunge qui ne lui sied pourtant pas. A l'image de Satchel qui ne se fait pas prier pour faire parler les guitares, Brad va lui aussi faire des concessions au genre ("My Fingers", "Raise Love"). Cependant, ce n'est pas cet aspect du groupe qui retiendra toute notre attention. Même sur les titres au tempo un peu plus lent mais toujours martelé par Regan Hagar avec un punch décisif ("Nadine", "Screen", "Good News"), on retrouve l'empreinte Pearl Jam, même si elle est tempérée par les inclinaisons soul cristallisées par la voix de Smith. C'est d'ailleurs dans cette ambiguïté, dans cette collision entre deux sensibilités dissemblables que réside tout le pouvoir d'attraction de leur musique. Les variations langoureuses de "Buttercup", l'immatériel "Down" - chanté pour l'occasion par le bassiste Jeremy Toback - ou "20th Century", d'inspiration clairement seventies, avec sa rythmique en spirale et ses nappes de claviers aussi discrètes qu'obsédantes, laissent entrevoir la réelle personnalité d'un combo qui n'en est qu'aux premiers balbutiements de son art. Pas assez rock pour les uns, un peu trop funky pour les autres, Brad n'en demeure pas moins un groupe au caractère trempé qui, comme pas mal de groupe de l'époque du genre auquel on l'a rattaché, reflète un certain mal de vivre, mais à sa manière.

note       Publiée le jeudi 22 mai 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Shame".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Shame".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Shame".

Rastignac › samedi 6 janvier 2018 - 13:41 Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Chanteur bien particulier, belle musique, pochette entêtante.

Seijitsu › samedi 24 août 2013 - 13:40 Envoyez un message privé àSeijitsu

(et merde, "Down" est aussi sublime qu'une ballade de AiC...).

Note donnée au disque :       
Seijitsu › samedi 24 août 2013 - 13:14 Envoyez un message privé àSeijitsu

Une belle pépite grunge oubliée (découvert grâce à Guts qui plus est) et une excellente alternative à Pearl Jam et aux Afghan Whigs.

Note donnée au disque :       
Dun23 › mardi 21 novembre 2006 - 00:16 Envoyez un message privé àDun23
Sympa, ce nouveau style Post grunge, Proggy. Bref. Brad, c'est pas grunge parceque le grunge n'a jamais existé, c'est simplement un truc de journaliste et qu'il fallait bien décrire ce qui semblait être un courant musical. Courant que je me suis pris en pleine tronche à l'époque. Et curieusement, Brad, j'y ai échappé jusqu'à assez récemment, je dois dire. Mais maintenant, je suis pris et j'ai pas l'intention de m'échapper: je m'explique, cet album est excellent. Point. Pas la peine d'aller plus loin. Et bon dieu, cette voix, cette voix. Je commence à franchement envier le père Gossard pour son talent, cela va sans dire, n'oublions pas qui est derrière Ten, son compte en banque mais aussi pour avoir joué avec tellement de bons chanteurs: Andrew Wood, Chris Cornell, Eddie Vedder et of course, Shawn Smith! Parceque le chant du p'tit pote Smith donne tout son corps à cet album. Grand! Passez pas à côté!
Note donnée au disque :