Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDJacqueline Danno › Lorca

Jacqueline Danno › Lorca

13 titres - 34:55 min

  • 1/ A Cinq Heures du Soir (3:42)
  • 2/ Le Sang Répandu (6:08)
  • 3/ Corps Présent (4:21)
  • 4/ Âme Présente (2:28)
  • 5/ Mort de Antonio El Camborio (3:44)
  • 6/ L'Obscure Racine du Cri (2:07)
  • 7/ Galant (0:50)
  • 8/ Romance de la Lune, Lune (2:14)
  • 9/ La Chanson (0:50)
  • 10/ Preciosa et Le Vent (3:16)
  • 11/ L'Enfant Muet (1:00)
  • 12/ Mort d'Amour (3:01)
  • 13/ Sonnet (1:14)

enregistrement

Petite Chapelle, Quimper, France

line up

Jacqueline Danno (récitation), Michel Magne (orgue)

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
poésie

Tout disque a une histoire. Et l'histoire de celui-ci se nourrit de passion et d'urgence. En ballade à Quimper, c'est en franchissant le seuil de la vieille chapelle d'un collège que notre trio composé de Jacqueline Danno (actrice), Michel Magne (célèbre compositeur de musique de film) et André Maurice (producteur télé) sont absorbés par le silence qui les entoure en ce lieu sacré. Il les émeut, les charme, les pénètre tout entier. Danno se met à réciter des vers de Garcia Lorca et Magne l'accompagne en se glissant derrière l'orgue. Indubitablement, ce lieu les appelle à y réaliser quelque chose, peut-être même à se réaliser eux-mêmes. Maurice est décidé ; il faut y enregistrer les poèmes de Garcia Lorca ! Mais le temps d'aller chercher le matériel et toute l'infrastructure qui l'accompagne, la fièvre qui les habite en ce moment précis pourrait bien s'estomper et ne plus jamais réapparaître. Aussi, décident-ils de s'y mettre séance tenante ; armé d'un pauvre magnétophone, ce trio improvisé se met au travail et donne vie aux mots de Lorca en les transformant en images qui se déclinent sur fond rouge et noir. Jacqueline Danno habite les textes du poète espagnol, comme si chaque phrase était celle de son dernier souffle. Des histoires d'épouvantes et de fatalité. Des histoires de meurtre et d'horreurs en tout genre qui baignent dans le sang. Une emphase parfois par trop excessive, mais nécessaire et logique quand on se laisse subjuguer par le rendu terriblement dramatique de leur interprétation. Michel Magne brille sur ce disque comme un soleil noir qui irradie sournoisement son environnement le plus proche avec des sonorités aussi angoissantes que fantomatiques. Sa retenue exemplaire précipite littéralement l'atmosphère générale de l'enregistrement aux confins de l'expérience humaine. Cette pièce obscure, ce fragment de vérité, est sans doute la seule à avoir réussi à retranscrire aussi fidèlement cette obsession confuse chez Federico Garcia Lorca entre amour et mort. Elle sèmera assurément le doute et le trouble dans vos propres vies, surtout si vous choisissez la pénombre pour l'écouter. Effroyablement intemporel.

note       Publiée le jeudi 22 mai 2003

partagez 'Lorca' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Lorca"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Lorca".

ajoutez une note sur : "Lorca"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lorca".

ajoutez un commentaire sur : "Lorca"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lorca".

dariev stands › dimanche 2 avril 2017 - 01:03  message privé !
avatar

6/6 de proggy, you bet it's a costaud truc. Pas prêt d'être réédité , celui-là, par contre *rire Bela Lugosien*

DukeOfPrunes › dimanche 2 avril 2017 - 00:43  message privé !
avatar

Hé mais les mecs, ça a l'air costaud, ce truc. Michel Magne ? Allez c'est bon, wishlisté.

Raven › mardi 25 mars 2014 - 21:51  message privé !
avatar

Salaud ! j'enrage... quand je pense que cet enfoiré de Dariev l'a choppé - sous mes yeux - dans un vieux bac de vide grenier pour le même prix que toi...

merci pour le fusil... › mardi 25 mars 2014 - 21:12  message privé !

Chopé pour 20 euros. Sûrement plus crépusculaire et désespéré que toutes les baltringueries encapuchonnées actuelles, le genre d'acier qu'on ne forge plus. Musique sacrée.

Note donnée au disque :       
Alfred le Pingouin › mercredi 29 août 2012 - 17:42  message privé !

Ecouté au fonds recherche de la BNF (faut quand même ça, sinon j'ai dû en voir un traîner sur ebay). Une vraie tuerie en effet. Le jeu d'orgue est sensationnel, Danno est toujours juste, et puis j'adore la poésie de Lorca... Que du bonheur!

Note donnée au disque :