Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTokyo Zawinul Bach › Vogue Africa

Tokyo Zawinul Bach › Vogue Africa

7 titres - 39:24 min

  • 1/ Rakikindu (5:52)
  • 2/ Mudunwali (5:38)
  • 3/ Anga Walinzi (4:24)
  • 4/ Waganga Dnb (8:39)
  • 5/ Sonic Voo Doo Union (2:50)
  • 6/ Gondwana Line (8:18)
  • 7/ Jukun's Robot Disco (3:43)

enregistrement

Onkio Haus et Studio Freez, Japon, février - décembre 2002

line up

Negro Horacio Hernandez (batterie), Kikuchi Naruyoshi (saxophones soprano, alto et ténor, claviers), Masayasu Tzboguchi (claviers, programmation), Nobuo Fuji (batterie)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais

chronique

Styles
jazz
electro
Styles personnels
nu jazz fusion

Au milieu d'abondants souvenirs et d'une quantité inhumaine de disques à ingérer pour un seul homme en un temps record, j'aurais aussi ramené du pays du soleil levant des trucs assez inattendus et étonnants, comme cet exemplaire de l'injustement méconnu second album de ce duo étrange affublé du nom mystérieux de Tokyo Zawinul Bach ! Injustement méconnu tout simplement parce que pas distribué dans nos régions. Une lamentable erreur, c'est moi qui vous le dit. Nom mystérieux parce que celui-ci se décline comme une énigme dont on ne sait rien mais dont les bornes référentielles savent comment s'y prendre pour aguicher l'amateur. Alors, qu'y a-t-il de chromatique dans cet enregistrement ? Je n'en sais rien ; je ne suis pas assez mélomane que pour pouvoir le dire. Mais l'amour de Bach pour les nombres, et donc pour les mathématiques, pourrait trouver un écho dans le traitement systématique de la musique présentée ici par le biais de l'électronique et des programmations complexes qui vont de paire. Sans être d'une redoutable post modernité, ces sons synthétiques demeurent pour le moins impertinents dans un contexte jazz qui n'est aujourd'hui qu'aux prémices de son ouverture au langage informatique. Tokyo Zawinul Bach va plus loin, sans ménagements, et l'engouement que son univers suscite, on le doit à l'héritage, très clair celui-là, du père des musiques du monde actuelles, ancien claviériste et mentor de Weather Report, Joe Zawinul. On retrouve la même énergie, la même générosité, la même densité que le groupe de fusion américain parvenait à déployer dans ses jeunes et folles années. L'addition du batteur cubain Horacio Hernandez à la présente session ne fait d'ailleurs qu'accentuer cette prodigieuse collision entre mécanique et organique. "Vogue Africa" se déploie comme un doux mirage à travers duquel le jazz électrique audacieux du début des années soixante-dix se remettrait en question en se parant d'habits plus contemporains, ouvrant la voie royale à ce que seront nos explorations sonores de demain.

note       Publiée le jeudi 15 mai 2003

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Vogue Africa" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Vogue Africa".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Vogue Africa".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Vogue Africa".