Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDjam Karet › A Night for Baku

Djam Karet › A Night for Baku

9 titres - 59:54 min

  • 1/ Dream Portal (5:26)
  • 2/ Hungry Ghost (9:17)
  • 3/ Chimera Moon (7:08)
  • 4/ Heads of Ni Oh (8:03)
  • 5/ Scary Circus (3:41)
  • 6/ The Falafel King (3:23)
  • 7/ Sexy Beast (4:25)
  • 8/ Ukab Maerd (7:56)
  • 9/ The Red Thread (10:29)

enregistrement

The Vault, Foggy Mountain, Green Street et White Arrow Studios, USA, décembre 2002

line up

Aaron Kenyon (basse), Gayle Ellett (guitare électrique, orgue, synthétiseur, theremin, flûte à bec, effets), Mike Henderson (guitare électrique, synthétiseur, flûte à bec, effets), Chuck Oken Jr. (batterie, percussions, synthétiseur, séquenceur), Henry J. Osborne (basse)

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
instrumental > fusion

On n'arrête pas Djam Karet. Ni leur désir de laisser une trace - sans doute leur moteur principal, ni la réputation qui les poursuit toujours. Pour cette livraison annuelle, l'aspect acoustique qui avait fait son apparition sur "New Dark Age" et son compagnon confidentiel "The Ascension" a complètement disparu, emportant avec lui la fraîcheur et la légerté dont il faisait bénéficier la musique du groupe. Ce parti pris résolumment électrique, un retour aux sources en quelque sorte, devrait séduire les amateurs de performances outrancières qui se délectent à contempler leur reflet dans le miroir en train de mimer un jeu de guitare improbable, le dos courbé et la tête penchée bien en arrière. Nous sommes ainsi plus proche de "Reflections from the Firepool" et "Burning the Hard City", bien qu'un facteur nouveau apporte une nuance considérable. En témoignent les trois premières plages qui ouvrent ce "A Night for Baku" ; un clavier, tantôt aussi criard que ceux utilisés par les indécrottables adeptes du néo prog, tantôt aussi planant et allumé que ceux que l'on a pu entendre chez les Ozric Tentacles, fait son apparition et transforme le voyage en trip kaléidoscopique inhabituel. La plage ambient que le groupe s'attribuait souvent semble lui aussi s'être effacé. En somme, Djam Karet vient de signer là un disque cliché qui répond point par point aux standards réclamés par ceux qui préfèrent voir en la musique progressive une musique morte qui ne fait que vivre sur ses acquis qu'elle décline à l'infini, jusqu'à l'indigestion.

note       Publiée le samedi 10 mai 2003

partagez 'A Night for Baku' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "A Night for Baku"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "A Night for Baku".

ajoutez une note sur : "A Night for Baku"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A Night for Baku".

ajoutez un commentaire sur : "A Night for Baku"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A Night for Baku".