Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCoil › Gold is the metal with the broadest shoulders

Coil › Gold is the metal with the broadest shoulders

cd • 18 titres

  • 1The last rites of spring
  • 2Paradisiac
  • 3Thump
  • 4For us they will
  • 5The broken wheel
  • 6Boy in a suitcase
  • 7Golden hole
  • 8Cardinal points
  • 9Red flux
  • 10...Of free enterprise
  • 11Aqua Regalia
  • 12Metal in the head
  • 13Either his or yours
  • 14Chickenskin
  • 15Soundtrap
  • 16Hellraiser
  • 17The wheal
  • 18The first five minutes after violent death

line up

John Balance, Peter Christopherson, Stephen E.Thrower, Otto Avery

remarques

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
indus /ambient /expérimental

‘Gold is the metal...’ a une valeur toute particulière à mes yeux car il est le premier disque de Coil qu’il m’ait été donné d’entendre. De haut de mes 17 ans, à peine familiarisé avec l’univers gothique, mes oreilles n’étaient encore guère préparées à l’écoute d’un tel travail…mon enthousiasme n’en fut que plus grand. Cet album n’est pas à proprement parler un véritable album studio mais plutôt une compilation de titres résultant d’esquisses écrites durant les enregistrements des deux précédents opus (les superbes ‘Scatology’ et ‘Horse rotor vator’) ou d’expérimentations incomplètes que le groupe tenait à achever comme une œuvre à part entière. Le résultat est très convaincant et, comme de coutume avec les productions de Coil, reste difficile à présenter de par sa richesse et sa diversité. Principalement instrumentales, les pistes de ‘Gold is the metal...’ me semblent plus expérimentales encore et témoignent de la volonté du groupe d’explorer sans cesse de nouvelles voies sans renier ses principes de base. S’y croisent des structures industrielles, électroniques, mêlant des samples distordus à des grincements, des rythmes oppressants, des discordances savamment travaillées, le tout couplé à des touches de musique concrète. De par leur force visuelle, beaucoup de ces titres siéraient à merveille pour des expositions, des performances, des films…Comme ces titres ont été écrits à des périodes diverses, on pourrait craindre une atmosphère trop peu cohérente, ce qui est loin d’être le cas. On se sent toujours dans l’univers malsain de Coil, un monde angoissant où s’affrontent Eros et Thanatos, Dieu et la psyché, le sexe et les runes, que ce soit dans la petite ballade new wave absurde de ‘Boy in the suitcase’ ou dans le magnifique ‘Cardinal points’ (avec ses arrangements de cordes soignées) sans oublier les explosions, grognements, nappes psychédéliques glauques qui constituent la trame de ces cauchemars jouissifs hantés par les œuvres de Pasolini, Artaud, Freud, Crowley, et autres. Cerise sur le gâteau, la version cd propose en bonus le glacial ‘Hellraiser’ composé pour le film du même nom, finalement ( et stupidement ?) refusé par Clive Barker. Les fans d’indus old school et des travaux de SPK, Current 93, Psychic TV ou Test Dept seront ravis.

note       Publiée le dimanche 27 avril 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Gold is the metal with the broadest shoulders".

notes

Note moyenne        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gold is the metal with the broadest shoulders".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gold is the metal with the broadest shoulders".

Twilight › jeudi 23 octobre 2014 - 19:48  message privé !
avatar

c'est de la folie pure !?! Un peu d'éthique, bon sang !

Klarinetthor › mercredi 22 octobre 2014 - 21:39  message privé !

Ce Coil est le disque le plus cher vendu sur discogs depuis le debut de l'année: http://www.factmag.com/2014/10/22/10-most-expensive-records-sold-on-discogs-in-the-first-half-of-2014.

zugal21 › vendredi 3 janvier 2014 - 21:38  message privé !

mouais

Note donnée au disque :       
novy_9 › vendredi 3 janvier 2014 - 21:37  message privé !

Foutoir dès plus agréable à mon oreille :) je l'aime pour la variété des titres, comme pour les compilations "Unnatural History", et il y a quand même des perles dessus Zug non ?

Note donnée au disque :       
zugal21 › vendredi 3 janvier 2014 - 21:28  message privé !

Euh ... foutoir désagréable ?

Note donnée au disque :