Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWTom Waits › Blue valentine

Tom Waits › Blue valentine

  • 1978 - Elektra, 7559-60533-2 (1 cd)

10 titres - 49:37 min

  • 1/ Somewhere 3.50
  • 2/ Red shoes by the drugstore 3.11
  • 3/ Christmas card from a hooker in minneapolis 4.30
  • 4/ Romeo is bleeding 4.50
  • 5/ $29.00 8.12
  • 6/ Wrong side of the road 5.11
  • 7/ Whistlin’past the graveyard 3.14
  • 8/ Kentucky avenue 4.47
  • 9/ A sweet litle bullet from a pety blue gun 5.34
  • 10/ Blue valentines 5.50

enregistrement

Enregistré au Filmways/Heider Recording, Hollywood, les 24 et 25 juillet et 10,17,23 et 26 aout 1978. Ingénieur : Bones Howe.

line up

Scott Edwards (basse), Jim Hughart (basse), Earl Palmer (batterie), Frank Vicari (ténor saxophone), Tom Waits (Voix, piano acoustique, guitare électrique), Da Willie Conga (Yamaha electric grand piano) ; Rick Lawson (batterie) ; Chip White (batterie) ; Roland Bautista (guitare électrique) ; Byron Miller (basse) ; Ray Crawford (guitare électrique) ; Charles Kynard (orgue) ; Bobbye Hall (congas) ; Harold Battiste (piano) ; « Shine » Robinson (guitare électrique) ; Herbert Hardesty (ténor saxophone)

chronique

Styles
jazz
blues
Styles personnels
...prémices waitsiens...

«Blue valentine» est sans doute le plus bel album de la première période de Tom Waits. Encore jazz/blues alcoolique, il est pourtant très stylé, bariolé et quelque part, déjà, un peu difforme. La voix est ici en pleine liberté, cette voix, cette personne nouvelle, fin saoul, ou chargée d’années, mais aussi de malice, de cigarettes, de démence et d’ironie. Car ici Tom Waits a su y soustraire sa musique et laisser cet aspect de lui-même imprimer à son jazz les fissures et maltraitances nécessaires. Ca n’est plus «Foreign affairs» où la grosse voix perdue cherchait sa place dans une musique immuable, c’est désormais tirée par la personnalité de l’artiste que la musique trouve sa différence et son style. Dès «Somewhere», la violonneuse reprise de West side story, la voix du fond des grottes de Waits et son phrasé bizarre, l’album révèle un univers, une bizarrerie réjouissante et un peu inquiétante… «red shoes… » commence à jouer avec la sueur nocturne de la nouvelle-orléans, le clavier perle comme «riders on the storms» et le rythme étouffé roule comme un cœur qui court… «RED SHOES ! ! grogne Tom Waits sur fond de transe qui monte, sa virtuosité désormais illuminée de cette folie vocale lui font raconter les choses avec une classe à la fois actrice, sonore et typiquement musicale. «RED SHOES ! !… et le rythme nocturne continue de rouler comme des tams tams au loin… et Tom Waits pousse l’expressivité à son maximum, effets d’accents, de phrasé, de rythmes, de mélodies, de textures… une voix omnipotente à la sonorité de vieux sanglier fou. Même si la musique de Tom Waits est encore inscrite clairement dans une famille, le personnage a commencé à la colorer, à la titiller, instruments plus nombreux, plus inattendus. «Christmas card… », archétype de piano-jazz milieu de nuit, d’une lenteur assommante, un piano épuisé, qui peut encore soudain dégouliner comme on titube, et Tom Waits qui chante en se cassant la gueule du normal au guttural, il tombe et se relève. «Romeo is bleeding» le walking-jazz à suspens où il roule de la voix comme un ogre roule des yeux… «Wrong side of the road» qui inaugure discrètement les arrangements intrus, harmonies saugrenues dans un carcan de blues fumé… le chant halluciné du rythmé «Whistlin’.. », même si Waits est encore très soumis à sa musique natale, il est déjà un autre, et sa musique le suit. A la fois outré et d’une extrême délicatesse (il suffit d’écouter «Kentucky avenue» ou «Blue valentines»…), «Blue valentine» laisse volontiers transparaître le côté trublion de l’artiste Tom Waits, ainsi qu’une inspiration mélodique et atmosphérique nettement élargie… avant de franchement lâcher cinq ans plus tard. Délicate, entraînante, boursouflée, inquiétante, tendue, joueuse et maline, la musique du jeune Tom trouve dans «Blue Valentine» sa plus belle incarnation

note       Publiée le dimanche 20 avril 2003

partagez 'Blue valentine' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Blue valentine"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Blue valentine".

ajoutez une note sur : "Blue valentine"

Note moyenne :        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Blue valentine".

ajoutez un commentaire sur : "Blue valentine"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Blue valentine".

Int › mardi 15 mai 2012 - 22:48  message privé !

Première rencontre avec Waits, et c'est foutrement génial.

Spektr › jeudi 28 février 2008 - 19:08  message privé !
Eh bien ! quel album ce "Blue Valentine", un seul mot: B-E-A-U-T-I-F-U-L
Note donnée au disque :       
nelmg › lundi 15 octobre 2007 - 08:33  message privé !
un artiste découvert il y a peu de temps avec cette album.quelle claque!un style unique une voix unique.un album sobre et dejanté a la fois. une vrai révelation pour ma part .tom waits est vraiment unique.j'adhére complement a cet univers romantico crado cette ambiance de bar malsain puant la poussiére ,la clope et l'alcool allez je me lache 6 boules il le mérite bien ils sont rares les artistes comme ca
Note donnée au disque :       
Tomas Chatterton › dimanche 25 avril 2004 - 02:00  message privé !
Le crepuscule du jazz par Tom Waits , bon mais inegal , il va un peu a gauche , un peu a droite , hesite , doute , attend ... Et moi je reste un peu sur ma faim/fin .
Note donnée au disque :       
Sheer-khan › samedi 24 mai 2003 - 19:01  message privé !
avatar
De rien... et je fais de mon mieux pour rédiger le reste de la discographie... au moins deux livraisons ce week-end si tutti va bene. Mais remercie surtout Waits de faire de la musique, et n'héiste pas à te pencher surblood money, et Bone machine, déjà chroniqués ici.
Note donnée au disque :