Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHBen Harper › Diamonds on the inside

Ben Harper › Diamonds on the inside

  • 2003 • Virgin 7243 5 82502 20 • 1 CD

14 titres - 61:25 min

  • 1/ With my own two hands 4.35
  • 2/ When it’s good 3.04
  • 3/ Diamonds on the inside 4.27
  • 4/ Touch from your lust 4.28
  • 5/ When she believes 5.20
  • 6/ Brown eyes blues 5.42
  • 7/ Bring the funk 4.08
  • 8/ Everything 3.01
  • 9/ Amen omen 5.50
  • 10/ Temporary remedy 3.12
  • 11/ So high so low 3.44
  • 12/ Blessed to be a witness 4.12
  • 13/ Picture of jesus 5.46
  • 14/ She’s only happy in the sun 3.54

enregistrement

Produit par Ben Harper, ingénieur et mixage : Todd Burke. Enregistré aux Sunset Sound Recorders ; Hollywood.

line up

Ron Blake (trompette), Danielle Charles (Danielle Charles-Hunter) (violon alto), Leo Chelyapov (clarinette), Ben Harper (Guitares rythmiques, acoustique slide, électriques, acoustiques, slide, voix, bass synth, church organ, thiele tongue drum, basse et batterie sur 14), Greg Kurstin (hammond B3, mellotron, clavinet, synthétiseurs, piano électrique , piano, celeste), Timothy Loo (viloncelle), Leon Mobley (percussions), Juan Nelson (Juan D. Nelson) (basse), Olivier Francis Charles (batterie) ; Al Anderson (lead guitare sur 1) ; Carla L.Benson (chœurs) ; John Ingram (chœurs) ; Misty love (chœurs) ; Greg Leisz (Pedal steel) ; Nicky P. (guitare électrique lead sur 3 et 11, acoustique lead sur 8) ; Joseph Zimmerman (Upright bass) ; Rebecca Yeh (violoncelle) ; David Ralicke (trombone) ; Amy Wilkins (Harpe) ; Barbara Nichtengale (accordéon) ; Ladysmith Black Mambazo (voix sur 13)

remarques

chronique

Avec ce cinquième album studio, Ben Harper, sans abandonner ses perles mélancoliques et ses pièces protest-song, affirme un peu plus sa volonté, et sa capacité particulière, à faire du rock et du rythme, gorgé de feeling et toujours illuminé par une approche sonore, chœurs, cordes, acoustique folk, chaque fois exceptionnelle (écoutez ici l’énorme «So high so low» et sa guitare gigantesque, ou l’acoustique folk-blues de «when it’s good» aux chœurs gospels ), mais qui n’a certes que peu de chose à voir avec l’angle de ce site. «Diamonds on the inside» possède tout de même une petite majorité de compositions nostalgiques, plaintives, mélancoliques ou sombrement protestataires, comme le reggae nerveux et ruisselant d’hammond qui ouvre l’album : «With my own two hands». 8 livraisons d’émotions brutes contre 6 de génie groove et rock. Parmi les diamants tristes à l’intérieur de ce recueil, signalons le morceau titre, une ballade rythmée mais magnifiquement nostalgique, le sombre et torturé « Touch from your lust », mélange de raffinement acoustique et de roots saturé, le blues/gospel a cappella «picture of jesus», «amen omen», ou l’extraordinaire «Blessed to be a witness», une complainte étoilée de courtes percussions, d’orgue d’église et de choeurs délicats… et de la basse irremplaçable de l’irremplacé Juan D.Nelson. Quant aux «Brown eyed blues», «Bring the funk», «Everything» et autre «Temporay remedy» qui constituent le reste des 6 pièces moins «gutsiennes» de cet album, elles démontrent, mais besoin n’était pas, à quel point le bonhomme est bon… il a la musique dans le sang, sous la peau, dans la voix et les doigts. Un album de Ben Harper est toujours une bénédiction, il apporte son flot salvateur de sincérité, d’émotion, d’authenticité mais aussi de sons, de cordes, de délicatesse d’arrangements, de richesse mélodique… de musique. Ce n’est peut-être pas l’album à conseiller à ceux qui veulent découvrir le bonhomme en raison de sa présence sur ce site. A ceux-là on conseillera surtout «Welcome to the cruel world », ou «the will to survive». Et parmi ceux-là, ceux qui deviendront alors adeptes de cet artiste d’exception pour tout ce qu’il représente, devront impérativement se jeter sur ce «Diamonds… ». Car c’est un bel album, fait par un grand bonhomme.

note       Publiée le samedi 5 avril 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Diamonds on the inside".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Diamonds on the inside".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Diamonds on the inside".

nowyouknow › jeudi 11 avril 2019 - 21:14  message privé !

Mr. Cab Driver qui fait graaave Lou Reed/Velvet, là ou "Be" est un pastiche de Plastic Ono Band... J'ai rarement entendu un disque avec des influences aussi cramées. Mais oui est il est bien celui là, le seul que j'écoute de temps en temps.

nicola › jeudi 11 avril 2019 - 19:16  message privé !

Lenny Kravitz dont le premier album est très écoutable (Mr Cab-driver…)

nowyouknow › jeudi 11 avril 2019 - 12:23  message privé !

Ouais on a été trop dur avec lui, j'écoute pas ça souvent mais un album comme "The Will To Live" ça mérite le respect et sur celui là le morceau éponyme est un régal, très Dylan période Nashville Skyline/New Morning. Pas un artiste révolutionnaire mais doué et intègre, l'étiquette racoleur/arriviste sied davantage à Lenny Kravitz à mon avis.

mangetout › jeudi 11 avril 2019 - 11:14  message privé !

Je suis d'accord avec Dariev, parler d'arrivisme concernant Ben Harper c'est un peu fort de café, même s'il est vrai qu'aujourd'hui, quand on a du succès, il faut s'excuser et faire amende honorable c'est connu, le vrai artiste se doit de crever la bouche ouverte et ne concerner que le petit monde pur et parfait de l'underground, putain de monde de merde. Sinon, bande de peigne-cul, allez jeter une oreille ou deux sur les deux albums que Ben a sorti, récemment, avec Charlie Musselwhite, histoire d'écouter du blues rustique, fabriqué à l'ancienne...

dariev stands › dimanche 27 août 2006 - 17:44  message privé !
avatar
c'est pas de sa faute à lui si people = shit. la musique de ben harper ouvre sur Marvin Gaye, Bob Marley, Bob Dylan, Curtis Mayfield, Taj Mahal, ce genre de choses. C'est aux gens à être curieux après pour découvrir ces artistes. Y'a internet maintenant.