Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEmpyrium › Where at night the wood grouse plays

Empyrium › Where at night the wood grouse plays

cd | 9 titres

  • 1 Where at night the wood grouse plays
  • 2 Dying brokenhearted
  • 3 The shepherd and the maiden ghost
  • 4 The sad song of the wind
  • 5 Wehmut
  • 6 A pastoral theme
  • 7 Ubendrot
  • 8 Many moons ago
  • 9 When shadows grow longer '99

enregistrement

Klangschmiede studios, 1999.

line up

Non renseigné.

remarques

Edition fourreau.

chronique

Chroniquer un album d'Empyrium est un exercice bien difficile, encore plus lorsqu'on se fait la discographie complète... à rebours. Et c'est donc avec joie et peine que je m'attaque à ce "Where at night the wood grouse plays". Dès les premières écoutes, la magie opère à nouveau. L'auditeur pénètre dans un monde intimiste, dénué d'artifices, attrayant et glacial où le rêve devient synonyme de voyage... La comparaison avec "Weiland", son successeur, est cependant inévitable. Les deux oeuvres transportant la même aura, "Weiland" sonnant peut-être moins mélancolique... Une demi-heure de voyage, transporté par ces fines guitares classiques, cette flûte et ces choeurs caverneux, l'ensemble de cette oeuvre sonne comme une préparation à "Weiland"... Une mise en bouche... Chaque pièce est unique et inspiré, notamment les deux premières, mais l'on ne ressent pas cette impression d'histoire à vivre... "Where at night..." semble plutôt être une sorte de recueil d'odes à la nature, une nature magnifique de majesté et de calme, une nature accueillante, sereine, nous invitant à nous extraire du quotidien pour quelques minutes de bonheur et d'évasion... Emballé dans un packaging d'une noirceur sans précédent, force est d'avouer que l'atmosphere naturelle et desesperante est superbement retranscrite... Bref, ce disque est à nouveau magnifique, bien plus mélancolique que les autres, mais sa durée et ses quelques défauts (choeurs parfois limites, redondance de certaines parties...) risquent de le laisser dans l'ombre de son petit frère... Dans l'ombre, voilà qui ne lui irait finalement pas si mal...

note       Publiée le vendredi 28 mars 2003

partagez 'Where at night the wood grouse plays' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Where at night the wood grouse plays"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Where at night the wood grouse plays".

ajoutez une note sur : "Where at night the wood grouse plays"

Note moyenne :        18 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Where at night the wood grouse plays".

ajoutez un commentaire sur : "Where at night the wood grouse plays"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Where at night the wood grouse plays".

Int › dimanche 26 septembre 2010 - 19:24  message privé !

Réponse à Taliesin 7 ans plus tard>>> Oui, c'est clairement le petit frère de Kveldssanger. J'hésite entre 5 et 6 boules, ça évoluera avec le temps...

Note donnée au disque :       
Noohmsul › jeudi 20 novembre 2008 - 12:44  message privé !

Juste génial. C'est le meilleur Empyrium en fait! Dommage qu'il soit si court...

Note donnée au disque :       
Gounouman › mardi 3 juillet 2007 - 22:10  message privé !
Magnifique promenade forestière, mélancolique, intimiste, touchante à souhait. Le morceau titre me fascine, et j'aime beaucoup la légende de "Many moons ago"... L'acoustique va très bien à Empyrium, et cette demi-heure, à l'évidence, passe un peu trop vite ! Un album proche de la perfection, cependant, même si j'y suis moins attaché qu'aux trois autres !
Note donnée au disque :       
Ares › samedi 24 février 2007 - 17:58  message privé !
Un superbe album ... magique et mystique :) Ma prefere c'est The Shepherd and the Maiden Ghost, absolument magnifique :)
Note donnée au disque :       
Galhaeren › jeudi 19 février 2004 - 18:37  message privé !
Une chronique on ne peut plus juste et excellente pour un album qui ne l'est pas moins. Coincé entre 2 chefs d'oeuvre, sa petite 1/2 heure a du mal de le faire remonter à la surface, mais au diable la reconnaissance, le plaisir est là et c'est tout ce qui compte.
Note donnée au disque :