Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCogito › Présence illusoire

Cogito › Présence illusoire

cd • 12 titres

  • 1Le voleur d'âmes
  • 2Présence illusoire
  • 3Innéisme
  • 4Unité 731
  • 5Voyage à l'intérieur du cerveau
  • 6Cogito ergo sum
  • 7Pollution intérieure
  • 8Le temps des dragons
  • 9Drogue à effet perpétuel
  • 10Ouragan
  • 11Les chambres du cerveau
  • 12Phénicia

enregistrement

Composé, arrangé et produit par Laine Gebel

line up

Laine Gebel (chant, musique, production)

remarques

chronique

Laine Ex Nihilo Cicérone et…Cogito ; vous me suivez ? Non, ce n’est pas une énigme à résoudre. Explications : non content d’explorer des climats dark electro toujours plus sauvages avec Ex Nihilo, de distiller du trip hop glauque avec Cicérone, Laine, âme de tous ces projets, s’en est crée un troisième, Cogito, plus orienté martial ambient. Pour dissiper tout malentendu, précisons que notre homme ne semble pas un spécialiste de la culture dite néofolk, et c’est tant mieux car cela lui donne une approche fraîche et bien éloignée des clichés du genre. Principalement instrumentaux, les morceaux de ‘Présence illusoire’ se construisent autour d’une rythmique assez martiale à base de roulements de tambours, de grosses caisses et de cymbales, accompagnée de sons synthétiques volontiers grandiloquents qui donnent à l’album une atmosphère entre dark wave et néoclassique; je songe par exemple au travaux des Allemands de Avalist. On pourrait aussi parler d’heroic fantasy électronique. Certaines compositions ne sont pas inconnues puisqu’on y retrouve des titres de Ex Nihilo (‘Voyage à l’intérieur du cerveau’,’Le voleur d’âmes ‘Les Chambres du cerveau’, ‘Phénicia’ dont la reprise ici présentée est bien meilleure que l’original). Bien qu’en général assez dynamiques et bâtis sur des tempi influencés par des structures symphoniques, voir médiévales (‘Cogito ergo sum’), certains morceaux peuvent se révéler plus angoissants, notamment ‘Unité 731’ (et ses samples ’chirurgicaux’) ou ‘Les Chambres du Cerveau’. Malgré un très bon travail de programmation des percussions et des qualités mélodiques indéniables, ‘Présence illusoire’ est néanmoins marqué par quelques faiblesses au niveau du mixage et de certaine longueurs. Je trouve même un morceau comme’ Drogue à effet perpétuel’ franchement raté, les vocaux sonnant hors de propos. On pourrait se demander s’il ne serait pas préférable que Cogito reste un projet instrumental, la musique étant suffisamment expressive en elle-même et peu conçue pour du chant…On sent donc un bon potentiel mais il faudra probablement un autre album pour permettre à Cogito de s’extraire complètement de la matrice Ex Nihilo et de s’affirmer comme un projet à part entière

note       Publiée le mardi 11 mars 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Présence illusoire".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Présence illusoire".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Présence illusoire".