Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVirgin Prunes › The moon looked down and laughed

Virgin Prunes › The moon looked down and laughed

cd | 10 titres

  • 1 Heaven
  • 2 Love lasts forever
  • 3 I am God
  • 4 Sons find devils
  • 5 Alone
  • 6 The moon looked down and laughed
  • 7 Uncle Arthur's lonely world
  • 8 Don't look back
  • 9 Betrayal
  • 10 Deadly sins

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Windmill Lane, Dublin, Irlande, Trident, Londres, Angleterre, Rockfield, Monmouth, Pays de Galles, S.T.S, Dublin, Irlande. / Produit par Dave Ball

line up

Gavin Friday (chant), Strongman (basse), Mary (guitare), Pod (batterie)

Musiciens additionnels : Foetus

remarques

Produit par Dave Ball (Soft cell ) / Apparition spéciale de Dave-Id Busaras et de Jim Thirlwell (Foetus)

chronique

Styles
gothique
Styles personnels
gothique baroque / cabaret

Virgin Prunes est décidément un groupe qui n’aime pas se répéter; après avoir donné dans le gothique, l’industriel et l’expérimental, les voilà qui opèrent à nouveau une reconversion assez radicale dans un rock gothique cabaret baroque, décadent à souhait. Reconversion radicale ? Pas tant que ça, finalement. Virgin Prunes a toujours développé un côté théâtral et une approche esthétique marquée. Aussi extrême qu’aient été leurs inoubliables performances (songeons notamment à l’exposition ‘A new form of beauty’), leur motivation a toujours été artistique et n’a jamais basculé dans la vulgarité. Désormais seul au chant (Cuggi ayant quitté le groupe de même que Dick), Gavin Friday a toujours, comme son auteur de référence, Oscar Wilde, cultivé le sens du raffinement et de l’excès. Rien d’étonnant à le voir pousser son image de dandy au paroxisme. Plus cabaret que jamais, la musique de ‘Moon looked down and laughed’ joue la carte du baroque et du sulfureux. Ainsi ‘Heaven’ et le narcissique ‘I’am God’ ruissellent-t-ils de violons, de clochettes, de choeurs en arrière-fond des guitares, mais derrière le kitsch apparent rampent d’inquiétantes atmosphères. Soupçon confirmé sur le très bon ‘Sons find devils’ présenté comme une sorte de valse rituelle et décalée qui se termine sur des notes de piano désaccordées. ‘Alone’ malgré ses violons ne dissimule qu’à peine le profond désespoir des paroles. Les thèmes de la trahison, du mensonge, de l’incompréhension sont omniprésents même si enrobés d’une bonne couche d’humour noir. ‘The Moon looked down and laughed’ est du même acabit, chanson d’artiste alcoolique marqué des stigmates de son art. Virgin Prunes ne faillit pas à la tradition de la chanson interprétée par Dave-Id, ce dernier assurant les vocaux du ‘Uncle Arthur’s lonely world’ où il narre sur fond de comptine quasi enfantine le désespoir et la solitude de certaines personnes, preuve que le groupe n’a rien perdu de sa verve grinçante. ‘Don’t look back’ se fait plus rock, mais reste empreinte d’un goût certain pour l’absurde. ‘Betrayal’ nous replonge avec délice dans un spleen aux brumes d’absinthe et de cigares avant que le disque ne s’achève par un ‘Deadly sins’ gothique bluesy à souhait. Virgin Prunes se montre parfaitement à l’aise dans ce nouveau registre et confirme une fois encore son statut de groupe culte.

note       Publiée le mardi 11 mars 2003

partagez 'The moon looked down and laughed' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The moon looked down and laughed"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The moon looked down and laughed".

ajoutez une note sur : "The moon looked down and laughed"

Note moyenne :        17 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The moon looked down and laughed".

ajoutez un commentaire sur : "The moon looked down and laughed"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The moon looked down and laughed".

Raven › lundi 4 avril 2016 - 12:51  message privé !
avatar

Débile. Sublime.

Note donnée au disque :       
Raven › mardi 25 février 2014 - 01:50  message privé !
avatar

Sur la réédition (celle avec la pochette différente, plus "almondienne") ça craint, ils ont rempacé Love lasts forever (la meilleure, le joyau) par un putain de remix à rallonge, les enfoirés...pas mauvais en lui-même ce mix mais pas dans l'esprit je trouve, ça salit quelque chose de beau ! (juste pour dire : si vous le prenez, prenez bien la version originale)

Note donnée au disque :       
22goingon23 › lundi 24 février 2014 - 20:45  message privé !

Pur envoûtement ce disque. Sûrement pas plus accessible ou pop mais une théâtralité immense. Claviers tragiques, orchestrations paniques, basse bestiale, guitares expressionnistes et voix ensorcelantes : voilà le patchwork magique de ce bastringue luxueux

Note donnée au disque :       
cyberghost › dimanche 18 avril 2010 - 18:57  message privé !

Récupéré pour trois sous en vynile pendant une revente chez un disquaire qui n'en voulait pas... Je découvre là, et il est quand même assez formidable, je dois dire... Un rien Fœtus par moments, d'ailleurs

Aaltra › lundi 1 juin 2009 - 09:02  message privé !

L'album est effectivement excellent, autant que If I Die I Die, mais dans un registre différent. Il faut dire que le line up a changé. Surtout, Gavin Friday s'est affiné, il est passé de ce personnage outrancier des débuts à un dandy plus subtil, tout comme la musique. Le changement est bien visible si on compare les deux pochettes, et il ne s'agit pas que d'une affaire d'esthétisme visuel, de look, ça s'entend aussi. L'album est peut-être plus accessible, mais aussi riche, personnel et varié que If I Die I Die. Aux influences de toujours, le glam rock, le punk, le cabaret, le théâtre, l'expérimentation, s'ajoutent des incursions vers le blues, voire le jazz, totalement réussies. 5,5

Note donnée au disque :