Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNon › Children of the black sun

Non › Children of the black sun

cd | 7 titres

  • 1 Arka [4:37]
  • 2 Black Sun [4:24]
  • 3 Serpent of the Heavens [5:19]
  • 4 Serpent of the Abyss [6:10]
  • 5 The Underground Stream [3:42]
  • 6 The Fountain of Fortune [5:55]
  • 7 Son of the Sun [0:51]

enregistrement

Studio Absenta, Denver, Colorado, USA, 2002

line up

Albin Julius (violon), Boyd Rice (guitare, sampling, voix), Joel Haertling (trompette)

chronique

Styles
ambient
indus
electro
Styles personnels
noise

"Children of the Black Sun", c'est une longue et douloureuse descente dans les ténèbres dont les recoins les plus obscurs de notre esprit en constituent la clé. Point de guitares assassines, point de hurlements. Juste une agonie préprogrammée qui se perd dans un écho éternel, telle la brise venue de l'Arctique profond véhiculant avec elle les voix tourmentées de la déraison et de la souffrance infinie d'un milliers de déments. Un souffle de mort qui parcourt tout votre être, un râle de torpeur continu qui se laisse glisser sur les cordes d'un violoncelle au message fatidique et qui vibre au gré des distortions et des réverbérations extérieures d'un courant électrique que l'on sait létal. Puis, les cordes cèdent, se brisent une à une, comme autant de coupures portées par la lame d'un rasoir à la peau frêle et vierge d'un poignet en guise d'offrande. L'abandon est total, le chemin sinueux. Bientôt l'on se dissout dans ce tourbillon de sang avant de pouvoir renaître sous l'égide du soleil. Pour cela, il va falloir d'abord se laisser dépérir, se laisser envahir par la pourriture, cette forme de vie grouillante et nauséabonde dont les saisons sont dictées par les battements d'ailes d'un essaim de mouches coprophages. On se consumme. On se disperse. On s'évapore... Puis, ce feu intérieur qui nous déchire nous éveille alors à cet appel mystique d'un autre être qui nous ressemble déjà, vers un ailleurs qui nous sera familier bien assez tôt. Toutes nos certitudes disparaissent, comme balayées par la force d'un torrent. Et quand on rouvre les yeux, c'est pour revenir nu au monde. Plus qu'à une expérience, c'est à un cycle que nous avons participé. Vous dirais-je quel était-il ? Non.

note       Publiée le jeudi 27 février 2003

chronique

Bien moins agressif que les productions habituelles de NON, ‘Children of the black sun’ est une merveilleuse plongée au cœur d’un ambient ténébreux et profond, hanté de cordes glaciales et de grondements obscurs, qui évolue parfois en tournures quasi symphoniques (‘Black sun’) torturant l’âme pour mieux la délivrer de sa peur, la soumettant à une pression constante par des montées de sons grinçants, sans cesse à la limite de l’abîme et du beau (‘Serpent of the abyss’), l’obligeant à affronter ses doutes et persévérer. Certains morceaux laissent parfois entrevoir quelques éclats d’un paradis incertain (‘Fountain of fortune’ et ses chœurs faussement angéliques) mais rien ne semble jamais acquis puisque même le court et symphonique ‘Son of the sun’ final, hanté de samples malsains, s’arrête brusquement sans fournir de réponse nette et laisse l’auditeur pantelant et incrédule face à ses questions intérieures. Boyd Rice nous livre probablement là son œuvre la plus intense et la plus réussie (même si un peu courte). En apparence plus accessible, elle se révèle bien plus riche et dangereuse qu’elle n’y paraît de prime abord et prend très vite les couleurs du chef-d’œuvre. A noter qu’il en existe une version limitée proposant une version dolby 5.1 du disque sur un DVD sonore. Un rituel grandiose auquel il est conseillé d’être préparé avant de s’y soumettre.

note       Publiée le vendredi 13 juin 2003

partagez 'Children of the black sun' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Children of the black sun"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Children of the black sun".

ajoutez une note sur : "Children of the black sun"

Note moyenne :        22 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Children of the black sun".

ajoutez un commentaire sur : "Children of the black sun"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Children of the black sun".

Klarinetthor › vendredi 25 septembre 2015 - 20:13  message privé !

Vraiment bon celui-ci, pas d'indus pouet-pouet sauf fugacement sur la tres breve outro. Des cordes angoissantes qui oscillent. Un malaise, un flottement provoqué. Une impression de terminement des le debut de l'album on est deja dans un apres.

Note donnée au disque :       
Harry Dickson › vendredi 28 juin 2013 - 01:25  message privé !

Trente minutes de Force noire extatique sur l'âme déchue de l'humanité. Monumental et majestueux en attendant face aux cieux, la fin des temps de "Melancholia" et le Soleil Noir.

Note donnée au disque :       
Twilight › lundi 19 septembre 2011 - 00:39  message privé !
avatar

De plus en plus, oui...

heirophant › lundi 19 septembre 2011 - 00:35  message privé !

C'est pas en adéquation avec le personnage?

Note donnée au disque :       
Solvant › dimanche 18 septembre 2011 - 22:40  message privé !

Non, c'était vraiment pas génial. Je n'ai pas passé une bonne soirée.

Note donnée au disque :